Accueil
Ajouter aux favoris
Envoyer à un ami

Services
Hébergement
Annuaire
Publicité
Traductions
Cours
Réservation
Petites annonces

Découvrir le pays
Guide pratique
Agenda
Découvertes
Cuisine et tradition
Vivre là bas
Vocabulaire

VIVRE LÀ BAS

tchequie.net un magazine, des conseils et des services

Ils sont tous les deux français et ils sont mariés avec des filles tchèques ce qui leur permet de découvrir les nouveaux horizons. Ils ont eu, par exemple, l'occasion de passer le Noël en Tchéquie. Nous avons demandé Jérôme et Christophe, comment les Tchèques fêtent-ils leur Noël et qu'est-ce qui t'a manqué le plus.


Vous aussi envoyez nous vos histoires
redaction@tchequie.net

Les Fois Gras contre La Carpe Panée
Reportage
JEROME

Dans le fond, on trouve les mêmes choses qu'en France (crèche, sapin, cadeaux, repas,…) mais la forme diffère quelque peu, voire beaucoup…
Je suis arrivé un jour avant le réveillon, dans ma belle famille, la première surprise fut celle de voir les maisons des quartiers pragois très bien décorées à l'extérieur. Les guirlandes lumineuses colorent les rues, elles brillent comme dans les grands magasins parisiens, très rares sont les maisons à ne pas respecter cette tradition. À l'intérieur, le sapin est orné de décorations en pain d'épices, de chocolats, et de quelques guirlandes souvent rouges et or. Contrairement à chez nous, la crèche n'est pas encore en place. Cette dernière se fait le jour du réveillon. Ceci a pour effet de faire augmenter l'excitation et de rendre un peu moins passive l'attente du moment suprême, le repas et surtout les cadeaux…

Nous y voilà, je suis prêt, je suis même impatient de goutter au long repas de Noël tchèque.
L'entrée arrive sur la table. Une soupe. Jusqu'ici rien d'extraordinaire, la soupe fait partie des repas quotidiens en Tchéquie. Peut-être y aura-t-il une deuxième entrée ? Non, la soupe sitôt avalée, c'est le plat principal qui arrive. Point de dinde ? De la carpe panée. À croire que le père Noël est ami avec le capitaine Iglo. Oh comme ça a l'air pas bon ! Mes beaux parents ne comprennent pas le français, ça permet d'être très franc ! Effectivement, le moins que je puisse dire c'est que ce saladier dans lequel s'enchevêtrent des morceaux de carpe qui ont été panés avec leur peau, ne me tente pas du tout. Ce plat est accompagné d'une salade de pomme de terre, une sorte de piémontaise, un peu de finesse dans un monde brut. J'ai très vite compris que le repas n'était peut-être pas le point le plus fort du Noël tchèque. Notez, que cet avis soit totalement subjectif et qu'il existe sans doute sur terre un ou deux Français qui préfèrent la soupe au foie gras et la salade de pomme de terre à une petite fricassée de ceps. En 15 minutes tout le monde a fini le plat principal. Pourquoi prendre un désert quand on a si bien mangé ? La durée totale du repas aura donc été de 30 min, on est loin du cérémonial français !

Si le repas ne dure pas longtemps, il n'en est rien pour la distribution de cadeau et surtout pour les discussions familiales qui la succède. Toute la durée des fêtes les Tchèques se rendent visite en famille, et restent discuter entre eux pendant de longues heures. Vous l'avez compris ces conversations ne se font pas autour du repas mais dans le salon. J'ai fortement apprécié cet aspect convivial et familial. Il ne m'a manqué qu'une chose la parole (c'est que je dis à mon chien) pour profiter pleinement de ces moments.

Étant très gourmand, l'absence des plaisirs de la table française m'ont manqués quelque peu, mis à part ça ma famille bien entendu, mais dans l'ensemble j'ai beaucoup apprécié les fêtes en République Tchèque et dans ma belle famille.

CHRISTOPHE




J'ai en effet passé le Réveillon de Noël dans une famille tchèque, en l'occurrence ma belle-famille. Ce qui m'a d'abord surpris dans la manière dont les Tchèques fêtent Noël, c'est le travail préparatoire qu'ils effectuent déjà avant Noël. Je pense en particulier aux centaines (je n'exagère pas le chiffre !) de petits gâteaux qu'ils font cuire au début du mois de décembre et qu'ils placent ensuite patiemment dans des boîtes de carton. A ma connaissance, cela n'existe pas du tout en France, à l'exception des régions de l'Est (Jura, Vosges, Lorraine et surtout Alsace, mais on peut dire de cette dernière région, quand on observe ses traditions et coutumes, qu'elle est profondément ancrée dans l'Europe centrale).

L'autre différence marquante tient encore dans les différences culinaires. Nous avons en France nos "produits phares" pour cette période : les huîtres, le foie gras, la dinde aux marrons, la bûche, etc. Eh bien, les Tchèques ont aussi les leur : soupe au chou, carpe, vin blanc de Moravie, Slivovice . Et ces spécialités ne sont pas désagréables du tout !

Un faux point commun : l'arbre de Noël, car il a des décorations bien différentes. Les Tchèques réalisent de magnifiques petits objets en paille ou au crochet amidonné (étoiles, anges, etc.) qui changent de nos boules plastiques achetées à l'Hypermarché d'à côté. De plus, il y a de petits gâteaux suspendus faits dans une sorte de pain d'épice, ainsi que (c'est une mode depuis quelques années, me dit Radka) des tranches de fruits séchés (pommes, oranges et citrons essentiellement). Voilà ce qui change des habitudes françaises : les décorations tchèques sont bien plus sobres (matériaux utilisés, teintes mates, etc.) et je les préfèrent infiniment à nos accessoires kitch qui brillent beaucoup trop !

Un vrai point commun a priori pas agréable : Français et Tchèques passent la soirée devant la téloche, c'est moche ! A ceci près que la programmation française est depuis de longues années essentiellement racoleuse et tape-à-l'oeil alors que les programmes tchèques se distinguent par une grande qualité : on repasse les grands films tchèques de circonstance pendant toute la semaine, cela m'a permis de découvrir certaines de leurs références cinématographiques.

Pour les cadeaux, pas de différence, on en offre dans les deux pays, sauf qu'en Rép. tchèque, ils sont donnés à Minuit, pas le lendemain matin dans les chaussons ou les chaussures...

Ce qui m'a le plus manqué, je dois le dire, c'est du vin de qualité (j'ai bu un vin blanc et je me suis vraiment demandé si c'était du vin !). En revanche, j'ai mangé la fameuse carpe tout juste cuite à la poële comme du saumon, et j'ai adoré. Le lendemain, panée, elle est encore très bonne.

En ce qui concerne le froid, oui, il fait froid ! Mais, on est en Europe centrale, pas dans les Tropiques. Alors, il suffit d'apporter des vêtements chauds, et on est paré (heureusement que la petite soeur de ma femme m'a prêté un bonnet, car les oreilles ont quand même bien dégusté). Et puis, on a une belle compensation : de la neige. Une bonne couche, bien durable, pas de ce que l'on voit tous les deux ou trois ans à Nantes, un soir de janvier et qui disparaît dès le lendemain.

Voilà ce que je retiens de mon Noël tchèque, à savoir un très bon souvenir. J'attends déjà le prochain avec impatience et en espérant que j'aurai fait de nets progrès dans la langue...



©Tchequie.net - 14 bis rue Jean Mermoz 44240 La Chapelle sur Erdre - redaction@tchequie.net
Dernière modification le 18/12/2003 à 15:03
 



 


RECHERCHE dans notre site