jeudi 11 octobre 2007

Ma ville à moi

11 10 2007

A travers la cartographie 2.0 nous cherchons à (re)trouver nos activités, nos réseaux, nos repères dans un grand « tout » . Demain la carte ira jusqu'à la chronolocalisation. (localisation et synchronisation des événements). Demain, nous voudrons tous utiliser sur nos écrans téléphoniques afin de nous retouver dans une ville qui est à notre image : plus hyperlocale que jamais (peuplade, mobizen). Ensemble, nous partagerons l’espace et le temps.

Les mashup et technologies explosent en témoignage de cette ville mobile : Street View de Google, Mapjack et son avatar qui vous balade dans les rues de San Francisco, avec des vues réelles à explorer en 360°, Flickrvision, codes QR ... La ville sera pervasive, rejouant les réalités immédiates (trafic). Notre mobile sera notre familier numérique (de l’inconnu au familier) ouvert sur une ville plus fluide.

Encore faudra-t-il que les acteurs du numérique et les politiques se responsabilisent … La condition nécessaire d'une mobilité ouverte reste celle servie par des plates-formes également ouvertes. Elle concerne bien d'autres acteurs de la ville qui ne manqueront pas de se manifester. Quelles seront les prochaines étapes ? Villes 2.0 entreprend une réflexion dans ce sens (défi "Mobilité libre et durable "). A suivre….

Sources : chronos

vendredi 23 février 2007

Créer l’événement et générer du Buzz

23 02 2007
Définitions

Le marketing viral est une initiative marketing qui permet de générer un intérêt suffisant, chez les consommateurs, pour qu’ils la diffusent librement et en amplifient ainsi son effet ainsi que sa portée. Une campagne générant ou se proposant de générer un tel engouement sera donc qualifiée de campagne de marketing virale. Le marketing de buzz serait plutôt un événement, une campagne ou une activité marketing qui est si captivante que les gens en discuteront librement. On dira alors qu’une campagne a créé le « buzz » que l’on tentera par la suite de mesurer, à l’aide de différents outils. Finalement, le marketing de bouche à oreille (Word of mouth marketing) est dans les faits, la résultante du marketing viral ou de « buzz », et se traduira par l’échange entre au moins deux consommateurs, de leur opinion sur un produit ou un service. Cependant, il existe maintenant plusieurs entreprises américaines qui se spécialisent dans ce créneau prometteur et qui par plusieurs types de tactiques, vendent leurs services afin de stimuler et/ou de surveiller, le bouche à oreille. C’est en fait, le plus formidable outil de marketing maintenant disponible puisqu’il fait des consommateurs, les promoteurs mêmes de votre marque, produit ou service. Son apogée ultime est le média librement généré par le consommateur (Consumers generated medias). C’est-à-dire une forme de publicité qui recréera l’aspect, viral, le buzz et générera à son tour du bouche à oreille et qui sera entièrement conçu, tourner et diffuser par des consommateurs enthousiastes, sans l’apport de l’entreprise dont ceux-ci vantent les mérites.

Michel Leblanc

Créer un évènement 100% « on-line »

Dans l’espace des possibles : concours « on-line » (illustratif, vidéo…), fakes, rich média,…
Exemple avec le dernier buzz de greenpeace

Avec plus ou moins un relais « off-line »

« street-marketing » (ou comme dans la vrai vie : du marketing relationnel et humain ! si !si !) où le retrouve un marketing sous forme de happening ou encore celui lié à des objets insolites (sur une boite de pizza… ?) : ce sont pour ces derniers des médias tactiques.
Un bel exemple ici dans la presse qui relate la créativité de l’agence Tribeca
« guerilla-marketing » (via des mouvement de foule par exemple comme le flashmob). Beaucoup de ces techniques s’inspirent de mouvement de collectifs créatifs et/ou activistes...
Celles-ci peuvent être complétées avec une campagne d’affichage « teaser » ou encore teaser TV .
Voici un bon exemple de co-branding

Voir mon bookmark "buzz"