mercredi 27 janvier 2010

La vie est un jeu

27 01 2010

Je reviens de la 8e rencontre du forum français de la formation ouverte et à distance à Strasbourg et je m’interroge sur cet engouement pour le serious game.

Depuis que je regarde mon fils grandir, je perçois de moins en moins cette frontière qui sépare le jeu de l’apprentissage. Tout ce qui le stimule a un caractère ludique, que j’utilise allègrement comme un vecteur de transmission de mes connaissances ou de mes valeurs.

En France le monde universitaire de l’enseignement ou de la formation ne fréquente pas celui du jeu. Et si jamais on y serait obligé ce serait un jeu sérieux. M’enfin !

Il y a quelques signaux faibles pourtant à saisir : imaginons combiner une application mobile géolocalisée comme l’application aka-aki ( reseau social + mobile + geolocalisation) qui s'utilise aussi simplement que twitter (140 caractères maxi, autant dire que c'est écrire un texto) avec un réseau social utilisant l'application Elgg qui développe par ailleurs son interface mobile iPhone et Androïd… (ex: lionsclub.me...ou comment optimiser son interface web pour l'iPhone via jQTouch...)

Pour moi le serious game sera social ou n’existera pas. Rien n’est à inventer, juste combiner un réseau social avec une plateforme ludique de mise en situation professionnelle où chacun peut jouer l’apprenant, le client…(même le formateur si si !). Je joue à mon futur métier, sur mon téléphone, à des temps choisi et cela me permet de construire aussi mon parcours de formation car je donne à montrer de moi : comment je réagis à telle ou telle situation, quelles erreurs j’ai su corriger, comment je progresse dans le jeu…Reste à tracer et récupérer les scores et les temps de jeu sur un ePortfolio

La formule gagnante : réseau social + mobile + usages acceptables + ePortfolio = outil d'apprentissage ludique et collectif ou encore : partager entre pairs + être accompagner + capitaliser ses expériences professionnelles = construire son parcours de formation...tout au long de la vie !

Les notes partagées lors des rencontres d'Autrans démontrent qu'il existe du collaboratif sur le sujets de la formation et des TIC. De même j'ajoute aujourd'hui ce texte Le monde à portée de la main : Géolocalisation et apprentissage mobile du Clic. Et pour finir, lisez ce bel article d'internet actu : soyons sérieux, jouons !

Professionnellement, ce qui nous fait avancer ce sont aussi nos rêves, nos histoires, nos jeux…

mardi 15 septembre 2009

TIC et Vieillissement

15 09 2009




mercredi 10 juin 2009

Approche compétences, ePortfolio et communauté de partage

10 06 2009

J'ai dernièrement rencontré des ex-membres du CLP sur leur approche du "Français compétence professionnelle" comme une compétence à développer en situation professionnelle. Ils développent actuellement des cartes spécifiques métiers et cela est assez enrichissant.

  • elle permet de construire ses compétences linguistiques en situation professionnelle (partant du travail vers la langue)
  • elle inverse la méthodologie habituelle de l’ingénierie de formation théorie et pratique en proposant une ingénierie de formation-action
  • elle propose une conscientisation de l’activité de travail avant les impératifs orthographiques et grammaticaux (c’est la compréhension et la communication qui est valorisée).
  • Le prisme de la situation de travail permet la progression plus douce et souple, valorisant une relation de travail distanciée (servant de liaison à l’environnement étendu et à l’enrichissement continu des compétences)
  • La langue se développe en même temps qu’il y a conscientisation de la complexité de l’activité de travail)
  • L’autonomie du salarié devient alors le sujet de toutes les préoccupations

Dans la même idée retrouvez les échelles de niveaux de compétences proposé par le gouvernement du Québec dans la formation des jeunes.

J'ai flané sur le site du RECIT, toujours aussi riche, et j'ai trouvé quelques documents éclairants sur le ePortfolio et le réseau, comme :

Une démarche de vulgarisation auprès des formateurs sur l'intérêt des TIC dans les communautés dans la mutualisation des ressources et tout un tas d'autres articles dans leur "Baluchon"... On y retrouve entre autre une application de cartes heuristiques, assez intuitives pour les néophytes : Exploratree avec sa petite démo qui va bien.

De riches expérimentations se réalisent en France, aussi à travers le mouvement de l'innovation sociale comme cette régie de quartier qui développe la démarche "Français compétence professionnelle" dans une auto-école sociale : ou comment inverser la problématique de la barrière de la langue où l'on passe d'une logique : "je ne parle pas français, donc je ne peux pas passer le permis ... " à "j'apprends le français en situation, ce qui me permet ..."

vendredi 17 octobre 2008

Do you speak english ?

17 10 2008

Je suis actuelement une formation en anglais. C'est l'occasion de réaliser une petite présentation des apports des TIC en matière d'apprentissage des langues
Loin de se substituer aux cours en présentiel, ils agissent comme une ressource d'accélération d'intégration des apprentissages en offrant de multiples approches

Speak English
View SlideShare presentation or Upload your own. (tags: english apprendre)


Quelques liens de cours donnés par Thot ici

Communautés d'apprentissages
Babbel (fr) / Palabea (fr) / LinQr (fr) / Livemocha (fr) / Myngle (fr) / SharedTalk (us) / Kantalk (us) / Italki (fr) / Huitalk (us) / Friendsabroad (fr)

Apprentissages via support vidéo
Yabla (en)

Podcasts
AnglaisPod (fr)

Autres outils
Listen and Write / Lingro / Balingua / soZiety / Avatarlanguages (us) ....

jeudi 13 mars 2008

MyMajorCompany

13 03 2008

MyMajorCompany est un label indépendant qui a lancé un projet assez révolutionnaire : autoriser les internautes, c'est à dire le public, à financer eux-mêmes la production des artistes de leurs choix. En clair, ce n'est plus un quelconque directeur marketing qui sélectionne pour vous ce que vous devez écouter. Celui qui choisit, c'est vous. Et il semblerait que le concept fonctionne. En effet, à peine deux mois après le lancement du concept de MMC, les responsables du label ont annoncé que le public avait déjà propulsé un artiste en studio. Grégoire (c'est l'artiste en question) a donc réussi à réunir les 70 000 €, palier nécessaire pour pouvoir passer à l'étape suivante : l'enregistrement en studio. De plus, si vous pouvez choisir votre artiste, MMC permet également aux internautes-producteurs de tirer des dividendes des ventes qu'engrangera l'artiste. La seule condition, c'est que votre poulain dépasse les 30 000 ventes. En effet, au-dessous de cette somme, la production ne sera pas amortie.

Les majors n’ont plus qu’a bien se tenir !

mardi 11 décembre 2007

Zilok

11 12 2007

Lire la suite …

lundi 5 novembre 2007

La Chine, ce continent à conquérir...

05 11 2007

Un nouveau portail informatif vient d'ouvrir : Chine-informations

Trés bien construit, trés Web 2 :

Trés bien construit, trés pédagogique. Pour les cours de chinois (calligraphie) je donne 20/20 !

jeudi 11 octobre 2007

Ma ville à moi

11 10 2007

A travers la cartographie 2.0 nous cherchons à (re)trouver nos activités, nos réseaux, nos repères dans un grand « tout » . Demain la carte ira jusqu'à la chronolocalisation. (localisation et synchronisation des événements). Demain, nous voudrons tous utiliser sur nos écrans téléphoniques afin de nous retouver dans une ville qui est à notre image : plus hyperlocale que jamais (peuplade, mobizen). Ensemble, nous partagerons l’espace et le temps.

Les mashup et technologies explosent en témoignage de cette ville mobile : Street View de Google, Mapjack et son avatar qui vous balade dans les rues de San Francisco, avec des vues réelles à explorer en 360°, Flickrvision, codes QR ... La ville sera pervasive, rejouant les réalités immédiates (trafic). Notre mobile sera notre familier numérique (de l’inconnu au familier) ouvert sur une ville plus fluide.

Encore faudra-t-il que les acteurs du numérique et les politiques se responsabilisent … La condition nécessaire d'une mobilité ouverte reste celle servie par des plates-formes également ouvertes. Elle concerne bien d'autres acteurs de la ville qui ne manqueront pas de se manifester. Quelles seront les prochaines étapes ? Villes 2.0 entreprend une réflexion dans ce sens (défi "Mobilité libre et durable "). A suivre….

Sources : chronos

mardi 27 mars 2007

Achat et nuage d'objets

27 03 2007

Browse Goods for visual shopping permet aux internautes de naviguer visuellement dans une page d'offre achat.



Les nouvelles approches sensitives engendrent les nouvelles techniques marketing.
La complexité simplifiée par le regroupement (nuages) ? Celà rejoint la pensée de John Maeda.

mercredi 21 mars 2007

L'anarchie c'est la vie

21 03 2007

Daniel Kaplan, dans deux articles d’Internet Actu met en lumière une approche aujourd’hui partagée par d’autres : celle d’appréhender le monde, et en particulier celui du net comme un nuage complexe d’agents autonomes (Thierry Crouzet parle dans son livre de l’auto-organisation de cette masse qu’il appelle le « peuple des connecteurs », John Maeda parle dans son livre des liens entre cette complexité et la simplicité).

Voici la présentation(.pdf) de Fabien Girardin, doctorant à l’université Pompeu Fabra, à Barcelone (Espagne), qui illustre le mieux le bordel ambiant du monde.




« Nous vivons dans un monde désordonné, complexe. Nous sommes imprévisibles, ou en tout cas, la masse des individus produira toujours des situations imprévisibles : on développe des applications en essayant de penser à des contextes d’utilisation et la surprise est toujours là. » « Ces technologies - qu’on associe généralement à l’ordre - jouent réellement dans nos vies des rôles d’agents du désordre . Ils sont les outils grâce auxquels nous pouvons accroître le niveau d’entropie de nos sociétés sans qu’elles cessent le moins du monde de fonctionner comme sociétés.

Nous devons apprendre à observer les technologies “pervasives” (omniprésentes) et invasives d’aujourd’hui sous cet angle, celui du désordre plutôt que de l’ordre, du désir plutôt que de l’efficacité, du quotidien plutôt que du grand dessein. On comprend mieux alors que, bien loin du grand silence des espaces immatériels, la “société de l’information” apparaisse extraordinairement bruyante. Et j’y vois plutôt un motif d’espoir. C’est par exemple de cette immense conversation, de ce boucan, qu’émergent des projets étonnants. »

Désordinateurs II : “Les mots de la tribu” / Internet Actu / Daniel Kaplan
Lift07, Fabien Girardin : “Comprendre la réalité bordélique du monde” / Internet Actu / Daniel Kaplan