vendredi 18 avril 2008

5 Eléments fondamentaux de l'apprentissage coopératif

18 04 2008

"Juste parce que vous mettez les élèves en groupes ne signifie pas qu'ils vont travailler comme une équipe."'

Interdépendance positive

L'interdépendance positive est bien structuré quand les membres du groupe estiment qu'ils sont liés les uns aux autres d'une manière que l'on ne peut réussir que si tout le monde réussit. Les groupes, les coachs et les tâches, par conséquent, doivent être conçues et communiquée aux étudiants de façon à leur faire croire qu'ils coulent ou nagent ensemble. Quand l'interdépendance positive est solidement structurée, elle souligne que tous les efforts des membres du groupe sont nécessaires et indispensables à la réussite du groupe et (b) chaque membre du groupe a une contribution unique à apporter à l'effort commun en raison de ses ressources et / ou Rôle et la tâche des responsabilités. Ceci crée un engagement à la réussite du groupe ainsi que personnelle, c'est cela qui est le coeur de l'apprentissage coopératif. S'il n'ya pas d'interdépendance positive, il n'ya pas de coopération.

Les neuf manières dont interdépendance positive peut être structurée comme suit:

1. Goal interdependence-le Groupe- disposent d'un objectif commun et chaque membre de l'équipe est nécessaire à leurs réalisations

2. Incentive interdependence- les Individus - sont récompensés, mais seulement si chaque membre de l'équipe réussit.

3. Resource interdependence—les Resources-, les informations et les matériels sont limités, afin que les étudiants soient obligés de travailler ensemble et de coopérer dans le partage des ressources disponibles.

4. Sequence interdependence—La séquence globale tâche est divisée en une série de tâches secondaires-. Les Individus, membres du groupe doivent s'acquitter de leurs tâches propres dans le cadre d'un ordre préétabli.

5. Role interdependencee—Chaque membre du groupe se voit attribuer un rôle aux responsabilités précises.- Chaque rôle contribue à la tâche globale et appuie sa réalisation.

6. Identity interdependence-Le groupe établit une identité mutuelle par le biais d'un nom, drapeau, logo, ou le symbole-.

7. Outside force interdependence—Le groupe, dans son ensemble, est en compétition contre d'autres groupes-.

8. Simulation interdependence—L'interdépendance des membres du groupe doivent s'imaginer qu'ils sont dans une situation ou un rôle où ils doivent collaborer pour réussir.

9. Environmental interdependence—Les membres du groupe travaillent ensemble dans un espace physique, comme une section de la salle de classe.

Actions

  • Mettre en place des tâches qui ne peuvent être menées à bien sans la participation de chaque membre de l'équipe
  • Réfléchir sur ces 9 interdépendances positives et comment elles peuvent être incorporées dans la leçon

Éviter de

  • Permettre à un étudiant d'être "porté" par les autres
  • Permettre à un étudiant de faire le travail pour le groupe
  • Inciter à la compétition

Promotion de l'interaction (de préférence en face-à-face)

Les élèves ont besoin de concrétiser dans le réel ce qui favorise la réussite de chacun en partageant des ressources communes et par l'entraide mutuelle. La dynamique des relations interpersonnelles qui s'y crée promeut l'apprentissage des uns et des autres. Les processus en place passent par des des résolutions de problèmes en collaboration, via l'enseignement donné, les connaissances des uns et des autres, l'auto-correction en groupe, des discussions spontannées.... Chacune de ces activités peuvent être structurées en groupe de travail des directions et des procédures. Celà contribue à garantir que les groupes d'apprentissage coopératif sont à la fois un système de soutien scolaire (chaque élève a un voire des tuteurs par ses pairs et par l'enseignant (l'enseignement)) et un système de soutien personnel (tous s'inscrivent dans un processus de bienveillance et d'épanouissement) . C'est à travers la promotion de l'apprentissage des uns et des autres fen présentiel (c'est à dire dans la relation) que les membres se sont engagés personnellement à "l'autre" ainsi qu'à leurs objectifs mutuels.

Actions enseignantes

  • Présentations visuelles et orales
  • Vérification de la bonne compréhension (ce que moi j'appelle la reformulation)
  • Discuter les notions apprises
  • Lier l'apprentissage quotidien à celui du passé

Responsabilisation individuelle et de groupe

Deux niveaux de responsabilité doit être structuré en apprentissage coopératif. Le groupe doit être responsable de la réalisation de ses objectifs ainsi que chaque membre doit être responsable dans sa partie. La responsabilité individuelle existe lorsque la performance de chaque individu est évalué et les résultats donnés au groupe et à l'individu afin de déterminer qui a besoin de plus d'aide, de soutien et d'encouragement à l'apprentissage. Le but de l'apprentissage coopératif en groupes est que chacun soit dans le renforcement de son droit. Les élèves apprennent ensemble pour de meilleurs compétences individuelles.

Actions enseignantes

  • Fonctionner en petits modules de 3-5 personnes : plus petite est la taille du groupe, plus grande est la responsabilité individuelle
  • Tester individuellement chaque élève.
  • Demander régulièrement un rapport oral de l'activité de chaque 'module' ou 'groupe' de travail
  • Observez chaque groupe et d'enregistrer la fréquence avec laquelle chaque membre contribue aux travaux du groupe
  • Etablir des processus de contributions individuelles (attributions de rôles, taux et fréquences d'interventions, initiatives, désigner un rapporteur...)
  • Demander aux élèves d'enseigner ce qu'ils ont appris à quelqu'un d'autre
  • Lier les évaluations de groupes aux individuelles

Éviter

  • Permettre de produire, tester, discuter et faire des choix sans prendre en compte toutes les interventions individuelles

Apprendre aux étudiants les enjeux des relations interpersonnelles

L'apprentissage coopératif est intrinsèquement plus complexe que la compétition ou l'apprentissage individuel parce que les étudiants doivent s'engager simultanément dans la tâche de travail (apprentissage académique ) et le travail d'équipe (fonctionnement efficace en tant que groupe). Les compétences sociales existent pour améliorer la collaboration, mais elles ne sont pas toujours spontannées. Il faut enseigner ces compétences aux élèves aussi précisément que les connaissances théoriques. L'attitude "moteur", la prise de décision, la mise en confiance, la communication et la gestion des conflits sont des compétences qui responsabilisent les étudiants en leur permettant de gérer à la fois le travail d'équipe leurs tâches avec succès. La coopération et les conflits sont intrinsèquement liés, les procédures et les compétences de gestion des conflits sont particulièrement importantes pour le succès à long terme des groupes d'apprentissage.

Focus

Aider les étudiants à développer des aptitudes sociales naturellement ou par un enseignement spécifique des compétences requises dans les domaines suivants:

  • Le leadership, la prise de décision, la mise en confiance, la communication, les compétences en gestion des conflits
  • Fournir des occasions pour que les étudiants s'y investissent naturellement : utiliser ces compétences sociales dans le plaisir ou là travers des sujets d'intérêt élevés
  • Enseigner les processus des enjeux sociaux, le jeu de rôle, et renforcer les compétences sociales

Éviter

  • Placer les élèves dans des situations inappropriées par rapport à leurs champ de compétences.

Cet article est une traduction du papier de Norm Green sur learnhub