La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD Etranger

Archive - Restriction
Marilyn Manson – The Pale Emporor
Fiction Plane - Mondo Lumina
Ben Howard - I Forget Where We Were
Inutili - Unforgettable, Lost and Unrealised
Twin Atlantic - Great Divide
Cold war kids - Hold my home
Craig Armstrong - It’s Nearly Tomorrow
Lamb - Backspace Unwind
Gwenno - Y Dydd Olaf
Sleepmakeswaves - Love of Cartography
Toehider - What Kind Of Creature Am I ?
Niagara – Don’t Take It Personally
Sinead O’Connor – I’m not Bossy, I’m The Boss
Angus & Julia Stone – éponyme (3e album)
Bill Pritchard - A Trip to the Coast
Aucan - EP1
Damon Albarn - Everyday Robots
Archive - Axiom
James – La petite mort
Eels - The Cautionary Tales of Mark Oliver Everett
ARCHIVES 2011 - 2013
ARCHIVES 2009 - 2010
ARCHIVES 2006 - 2008
ARCHIVES 2003 - 2005
ARCHIVES 2000 - 2002

Haut

Archive - Restriction
2015 - 12 titres
Style : Rock Experimental
Label :
Dangervisit / Pias Coop
Sortie : 12/01/2015



Note : 8/10

Il y a moins d'un an, en mai 2014, Archive nous avaient surpris en sortant un mini album, aux allures bigarées, assez conventionnel pour les titres les plus formatés, et quarément délirant concernant le titre éponyme de l'album, Axiom, et son chapelet de cloches, digne d'un dimanche de Pâques sur la Place St Pierre de Rome.
Restés sur notre fin, c'est avec une agréable suprise, que l'on découvre l'arrivée rapide d'un nouvel album pour balayer le souvenir du précédent.
Et pour mieux mettre Axiom sous le tapis, Archive propose un virage non contrôlé, qui propulse des sons, des rythmes, des voix, tout azimut, sans aucun respect des genres, des étiquettes, des styles existants ou même des codes. Et c'est à ce moment même qu'on se met à aimer de nouveau Archive. Peu de répétitions éternelles des précédents spleens floydiens, pas de trip hop, pas de pop quasi mieleuse.
Non cette fois, Archive nous prend par surprise, avec un album dominé par ces rythmes Rock terriblement répétitifs, et cette voix tonitruante, dès le premier titre, Feel it. Toute proportion gardée, on dirait une ode à Steve Reich !

Seule variante entre le premier et le troisieme titre, Kid Corner, la voix devient féminine. Pour ça, Archive ne change pas ses habitudes. Marqué tout de même par l'absence du guitariste, Steve Harris, Archive montre ici sa volonté de mutation, de renouvellement perpetuel.
Petites pauses dans ce tourbillon, End Of Our Days et Black and Blue (entendu dans la tournée précédente), au féminin, et Third Quarter Storm, au masculin, reprennent les codes planants des balades atmosphériques bien connues du groupe. L'ambiance est sombre, glacée, aceptisée, mais toujours hypnotique.
Et tres vite, on repart dans un pséchédélisme musical quasi épileptique, gorges déployées, programmation convulsée, pour nous conduire dans un final furieux et destructuré.
Avec Restriction, Archive poursuit son travail de défricheur pour marquer les années 10 de son emprunte indélébile. Un album qui ne sera pas facile à dompter !
Site officiel / Facebook

Mike S.


Haut

Marilyn Manson – The Pale Emporor
2015 – 10 titres + 3
Style : Metal
Label : Cooking Vinyl / Hell, etc. Records
Sortie : 19/01/2015


Note : 9.5/10

The Pale Emperor est le neuvième album studio de Marilyn Manson. Il est produit par Marilyn Manson himself et Tyler Bates, guitariste du groupe. 3 années se sont écoulées depuis Born Vilain et, pour ce nouvel opus, Manson s’est rapproché de Shooter Jennings, chanteur de musique Country… Peut-être pour brouiller les pistes, ou chercher cette inspiration, qui manque tellement à Hank Moody (avec qui il a joué dans la saison 6 de Californication).
Quoi qu'il en soit, Marilyn Manson débute magistralement son nouvel album avec Killing Strangers, un titre écrit pour le film John Wick, avec Keanu Reeves, mais qu'on ne retrouvait pas sur la BO. Un titre aux paroles explicites telles que "Nous tuons des étrangers pour ne pas tuer ceux que nous aimons" ou "Nous avons des fusils, vous feriez mieux de courir !" (M...F..cker !). Des paroles qui résonnent dans une société en proie au déchirement entre les peuples, entre les religions. L'animal social est en mal de repères ! Musicalement, le titre est basé sur une basse sous tension, des synthé angoissant, et des ligne de guitares blues ! S'ensuit immédiatement le nouveau single de l'album qui tourne déjà en boucle sur Youtube, avec 2.5 millions de vues... Et qui lui est une tuerie ! Le clip tres épuré, a été réalisé par un artiste hollandais, Bart Hess, plus connu pour son travail sophistiqué sur les corps humains. Un premier single, Cupid Carrie a gun avait déjà été dévoilé début janvier avec des textes tels que "Une main sur la gachette, l'autre dans la mienne", dans une ambiance lourde, tendu. Du pure Manson là encore !

D'autres titres suivent la tandance de Killing Strangers, dans l'album et explique le rapprochement de Manson avec Shooter Jennings, montrant ainsi que Manson peut encore nous surprendre, avec les années qui passent. Third Day Of A Seven Day Binge, est un titre vraiment blues, bien plus roots. Tout comme Fall Of The House Of Death, en fin d'album, qui n'est autre que sa version quasiment acoustique. Day 3, autre titre bonus va aussi dans ce sens.
Mais ne vous méprenez pas, il n'a pas viré sa cuti pour devenir bluesman, et ne va pas se laisser pousser la barbe ou s'acheter une Harley Davidson, et encore moins faire un duo avec Johnny Winter (ah, oui, de toute façon, il est mort ! mais ce n'est pas ça qui l'arrêterait !)... Non, Brian Hugh Warner ne s'est pas assagi, il ne s'est pas converti ! Il est toujours Marilyn Manson, l'antéchrist qu'on connait, et je dirais même qu'il remet les pendules à l'heure, apres trois albums précédents, moins passionnants. Bien que moins agressif, moins direct, The Pale Emporor parvient à retrouver le lien entre la mélancolie du Blues et la noirceur du Gothique de ses débuts, et même des débuts du Hard Rock (réécoutez les premiers AC/DC, vous comprendrez). On est finalement pas si loin de Sweet Dream, le titre qui l'a fait connaitre au plus grand nombre.
The Pale Emporor marque la résurrection de l'Empereur du Métal Gothique !

Facebook / Site officiel

Marilyn Manson est annoncé dans la programmation du festival français HELLFEST (Clisson) en juin 2015.
Il frole les 7.000.000 de fans sur Facebook, ça fait rêver ! Et vous, vous êtes déjà fans de la Magicbox ? ;-) Cliquez !

Mike S.


Haut

Fiction Plane - Mondo Lumina
2015 – 10 titres
Style : Pop Rock
Label : Verycord
Sortie : 09/02/2015



Note : 7/10

Il est toujours plus facile de débuter dans le cinéma quand on a un papa acteur ou réalisateur, avec un carnet d’adresses gros comme le bottin des PTT… Cette règle s’applique aussi dans la musique avec un papa chanteur… Et Joe Sumner n’échappe sans doute pas à l’étiquette de fils de Sting. D’autant que son organe vocal a très certainement été le résultat d’un clonage... Il ne peut en être autrement ! Et on se souvient que le groupe s’est fait connaitre en assurant la première partie de The Police lors de leur reformation exceptionnelle en 2007.
Ceci dit, le groupe, c’est aussi un batteur, Pete Wilhoit et un guitariste, Seton Daunt, Joe assurant la basse depuis 2006. Les trois réunis, ils parviennent à composer de belles balades pop pleines d’énergie, de bonnes vibrations, que les Beach Boys ne renieraient ! Après 15 ans d’activité et 3 albums studio, le groupe maitrise parfaitement son sujet. La preuve en est avec le nouvel opus Mondo Lumina, un petit bijou pop d’une dizaine de titres qui débute à grand renfort de guitares électriques, mais qui se transforme très vite en balade folk pop (Where do we go from here), au refrain rapidement entrainant, aux changements de rythmes plutôt bien faits, aux arrangements minutieux, rappelant cette fois les débuts de Coldplay, le piano remplacé par l’orgue hammond…

Enregistré entre l’Angleterre et les USA, le groupe s’est amusé, plus qu’auparavant avec la production, qui apporte aux morceaux des habillages plus riches : orgue, mellotron, glockenspiel et autres chambres de reverb, donnant un ensemble plus volumineux, plus lumineux, plus luxueux finalement. Tom Syrowski, l’ingénieur du son connu pour ses travaux sur les albums de groupes plutôt musclés (Incubus, AC/DC ou Pearl Jam) a aussi souvent travaillé sur les albums de Springsteen ou sur le projet Viva Elvis Presley. Il n’est sans doute pas étranger à ces choix qui donnent de la chaleur, de la lumière, du dynamisme à la musique de Fiction Plane…
Pour assurer certaines parties, ils se sont entourés d’autres musiciens, comme Brendan O’Brien (Orgue Hammond de Springsteen) ou le choriste (de Steve Nicks des Fleetwood Mac), John Shanks pour les Backing Vocals (Listen, No one But you, Refuse).
Contre toute (non) attente, le 4e album de Fiction Plane, Mondo Lumina, est de bonne facture et devrait permettre définitivement à Joe Sumner de sortir de l’ombre pesante de son père !

Facebook / Myspace

Mike S.


Haut

Ben Howard - I Forget Where We Were
2014 – 10 titres
Style : Folk
Label : Tot ou Tard / Island
Sortie : 20/10/2014


Note : 8/10

Benjamin John Howard alias Ben Howard, jeune chanteur anglais de 27 ans, découvert en 2011 avec un premier album intimiste, Every Kingdom, est de retour avec ce second opus, baptisé I Forget Where We Were.
Influencé par la Folk Music des années 70, de Joni Mitchell à Van Morrisson, cet auteur-compositeur et interprête nous invite, de nouveau, le temps de 10 chansons, dans son univers folk, d'une sensibilité à fleur de peau. On est touché par sa voix, ses mots, par les notes graves du violoncelle, la chaleur Blues de la guitare (Small Things), le tout rappellant les atmosphères de Tom McRae, parfois de Ryan Adams.

Pour ce nouvel album, les chansons sont enregistrées à l'ancienne, en live, sa voix et tous les instruments, captés dans une seule prise, entretenant le lien privilégié avec ses idoles des 70's.
A l'inverse du précédent album qui était le résultat de plusieurs années d'écriture, ce second album a été travaillé, réfléchi dans l'année qui a précédé son enregistrement. Cela lui donne plus d'uniformité, de maturité, pourrait on dire. Il s'écoute alors d'un trait !
Ben Howard réussit le tournant du 2e album avec brio ! Un futur 'Classic' du genre !
Site officiel / Facebook

P.S. : Notez un onzieme titre bonus, Am I in your light ? sur la version vinyle...

Mike S.


Haut
Inutili - Unforgettable, Lost and Unrealised
2014 – 9 titres
Style : Post Rock Psychédélique
Label : Aagoo Records
Sortie : 1/12/2014


Note : 4/10

Enregistré aux Studios Torricalla en Italie entre 2012 et 2013, Unforgettable, Lost and Unrealised contient 9 titres "retrouvés" du groupe italien Inutili. Ce groupe, totalement inconnu en France est composé de Alessandro Antinori à la batterie, Giancarlo di Marco à la basse, Pietro Calvarese à la guitare et à la programmation; et Danilo di Francesco à la guitar et à la basse. Depuis ces enregistrements, Giancarlo di Marco a quitté le groupe.
Dans le même esprit que leur album Music to watch the clouds on a sunny day,sorti cette même année sur Aagoo Records, ces titres inédits propose une musique Post Rock, hypnotique et psychédélique, jouant sur l'aspect répétitif de leur boucle et de leur accords de guitares. Contrairement à leur précédent album,

par contre, le groupe n'a pas travaillé la production, le son est brut, un peu étouffé, lui conférant ce petit aspect de "démo". Pour cela, le titre de l'album ne ment pas ! Ne se limitant pas dans la production, le groupe ne s'est non plus bridé dans le format des pistes, laissant plusieurs titres déborder au delà des 10 minutes (Noise Again, Radon...). Et que dire ce titre halluciné, My girlfriend is a zombieslut, à grand renfort de basses, pendant plus de 20 minutes... Dommage encore que le travail de production n'ait pas été conduit jusqu'au bout.
Vous l'avez compris, cette compilation d'inédits n'est pas à mettre en toute les oreilles, il faut être prêt, et peut-être, écouter le premier album avant. Par exemple !
Site officiel

Mike S.


Haut

Twin Atlantic -- Great Divide
2014 – 12 titres
Style : Pop Rock
Label : Redbull Records
Sortie : 10/11/2014


Note : 9/10

Débutant sur un titre acoustique, piano-voix (The Ones That I Love), les écossais Twin Atlantic affichent la couleur, avec cet mélodie travaillée, ce refrain entêtant et cette voix, celle de Sam, qu'on rapprochera de celle du gallois Kelly Jones (Stereophonics).
C'est pourtant à partir du deuxieme titre que le groupe se révèle avec ce single Rock - Heart And Soul - véritable hymne ! Puissant, racé ! Hold on, qui le suit, est dans la même veine, mélodie accrocheuse, guitares électriques rugissantes et batterie rapide, qui pourrait réveiller un monastère endormi depuis mille ans !
Pour autant, si vous ne connaissez pas encore les Twin Atlantic, le groupe en est pourtant à son 3e album, depuis leur formation à Glasgow, qui remonte en fait à 2007.

Fall Into The Party, toujours aussi proche d'un titre des Stereophonics, a aussi des intonations à la F.U.N.
Chaque titre de Great Divide est travaillé comme un single, avec une ligne mélodique originale et un refrain fédérateur. La voix de Sam fait le reste. Car il faut bien admettre que cette voix a quelque chose de magique, par son timbre et son étendue vocale. La Brit Pop reprend des couleurs avec Twin Atlantic !
Alors, si vous en avez marre d"écouter les albums insipides de U2 ou de Coldplay, si Oasis vous manque (I Am An Animal), vous tenez là un concurrent sérieux pour la relève, les chansons de Twin Atlantic sont taillées pour la scène, et même les Stades ! On parie ?
Site officiel


Notez qu'il existe une version Deluxe de cet album, avec 4 titres bonus dont Heart And Soul, en version Acoustique, qui confirme tout le bien que je viens de dire sur les compétence de songwriting de ce groupe.

 

Mike S.


Haut
Cold war kids - Hold my home
2014 – 11 titres
Style : Rock
Label : Downtown Records / Sony Red

Sortie : 26 octobre 2014



Note : 9/10

Précédés par le single All This Could Be Yours, à la fois racé et mélodieux, ces mômes (turbulents) de la Guerre Froide font un retour très remarqué avec leur cinquième album studio. Composé de 11 titres, ce nouvel album baptisé Hold my home a tout de la belle surprise de fin d’année, avec ces mélodies travaillées (First) et ces rythmes dansants (Drive Disperate).
Pour ce nouvel opus, le groupe a fait appel à un nouveau musicien Matthew Schwartz, avec sa guitare et ses claviers, enrichissant les arrangements de l’album. Produit par Dan Gallucci, le guitariste arrivé dans le groupe en 2012 en lieu et place de Jonnie Russell, l’album révèle un son plus que jamais électrique, rappelant parfois les débuts Rock de U2 (Hotel Anywhere). Pour autant, les chansons de Cold War Kids ne sont rien d’autres que du Cold War Kids avec cette voix incomparable, au bord de la rupture, ces percussions exacerbées, et toujours ce travail de mélodie plein de génie.
Fort d’avoir déjà écoulé plus de 500.000 copies de leur 4 albums précédents, Les Cold War Kids sont en passe de réussir à devenir des incontournables de la scène Rock made in USA. Le tres bon niveau des titres qui composent cet album ne peut que confirmer tout le bien que l’on peut penser d’eux depuis leur tout premier opus Robbers and Cowards. C’était en 2006… 8 ans plus tard, avec Hold my home, le groupe condense le fruit de son experience, du son brut de ses débuts aux arrangements mélodieux et entêtants de Mine is Yours. Le groupe parvient à concentrer dans cet albums 11 compositions à la fois originales, harmonieuses et fédératrices ! Un véritable coup de force !

Site officiel


A lire aussi sur La Magicbox :


Cold War Kids - Loyalty to Loyalty
Cold War Kids - Robbers & Cowards
Mike S.


Haut
Craig Armstrong - It’s Nearly Tomorrow
2014 – 10 titres
Style : Musique Electro Symphonique
Label : BMG / Pias

Sortie : 13 octobre 2014



Note : 8/10

It’s Nearly Tomorrow est le 6e album solo de Craig Armstrong, parmi une discographie où se mêlent une trentaine de BO de films et des dizaine d'albums en tant qu'arrangeur...
Pour ce nouvel opus, Amstrong s'amuse toujours à mêler ses deux passions, les cordes et les nappes electro. Nombreux invités participent à cette albums, pour donner voix aux nouveaux textes de cet opus. Parmi eux, un compatriote, Paul Buchanan (The Blue Nile), qu'on avait déjà entendu sur “The Space Between Us”, le tout album d’Armstrong (1998 - Melankolic). D'autres écossais tels que James Grant complètent le casting de ce It’s Nearly Tomorrow.
Auquel il faut ajouter un anglais, le plus identifiable de tous, Brett Anderson, chanteur de Suede, qui avait fait appel à Amstrong en son temps, pour des arrangements de cordes (1996 - Coming Up).

Ce titre Crash fait d'ailleurs l'objet d'un premier single..
Il aura fallu 3 ans à Amstrong pour finaliser cet album qui se caractèrise par l'intimité de notes de piano et de voix mélancoliques, équilibre fragile, soutenu ou troublé ici et là par des cordes, omniprésentes, parfois dégoulinantes, au bord de l'écoeurement sur le bien nommé Désolé ! Un titre à écarter d'office mais qui est vite oublié par quelques grands moments tels que Dust (feat. Jerry Burns), Strange Kind Of Love (feat. Katie O'Halloran) ou Powder (feat. Jerry Burns and James Grant). Ou encore ce sublime instru Inside, dont l'atmosphère jazz est insuflée par la trompette de l'américain Chris Botti).
Une fois encore, la magie Amstrong opère !

Site officiel

Mike S.


Haut
Lamb - Backspace Unwind
2014 – 10 titres
Style : Dub Trip hop
Label : Strata/Butler Records

Sortie : 13 octobre 2014



Note : 8/10

Duo anglais de musique électronique, originaire de Manchester, influencé par le trip hop et la drum and bass, LAMB est composé d’Andy Barlow et de la chanteuse et auteur-compositeur Lou Rhodes.
Depuis leur premier album en 1996, le duo est passé par différentes étapes, invitant d’autres musiciens dans l’aventure, ou préférant repartir sur des projets solo.
Backspace Unwind est leur 6e album studio, succèdant à l’album, sobrement intitulé “5”. Il se caractérise par cette part tres importante donnée aux rythmes, aux mélodies et surtout à la voix de Lou, omniprésente, occultant parfois totalement la musique qui l’accompagne. Par ces stigmates, il s’apparente au Tales of us de Goldfrapp sorti l’an passé, quoi que l’aspect electronique y soit bien plus présent. Pour sa part, In binary, le titre qui ouvre l’album, donne le ton, avec un beat et des sonorités, qui se rapprochent ici du travail récent de Depeche Mode (In heaven).
Pour apprécier cet album, quelques conditions sont requises : mettez le son assez fort, dans une piece plutôt grande, tamisez les lumieres, et écoutez tout le travail de studio d’Andy Barlow, totalement envoutant (In binary, Seven sails, Backspace Unwind) ! Ce In binary est un titre qui pourrait bien devenir un single, au même titre que Backspace Unwind, même si on leur a préféré de prime abord, We Fall in Love, dont le tempo est plus soutenu.
Notez qu’une version double CD existe et propose un live, 10 titres, en compagnie du Amsterdam Sinfonietta Orchestra. Quant à la version vinyle, elle comprend un 11e titre… Le choix va devenir complexe… Mais ce qui est sûr, c'est que Lamb n'a jamais été aussi prêt de sa perfection. Surtout n'appuyez pas sur Backspace... ce serait dommage !
Facebook / Site officiel
Mike S.


Haut
Gwenno - Y Dydd Olaf
2014 – 10 titres
Style : Space Pop, Shoegaze
Label : Peski Records

Sortie : 6 octobre 2014



Note : 9/10

Exit la Bubblegum Pop 60's des Pipettes, la chanteuse Gwenno passe en solo. Gwenno Sanders, la leader pétillante de ce girlsband vintage, auteur de deux albums, en profite pour changer de cap. La Pop vintage prend de la hauteur et devient aérienne, shoegaze parfois, pour ne pas dire quasiment spatiale (Calon Peiriant).
Initialement attirée par la musique galloise, on ne sera pas étonné de découvrir qu'elle a choisi cette même langue pour habiller ses musiques aux mélodies enchanteuses, qui se rapprochent de quelques grands noms de pop anglaise underground (Cranes, Cocteaux Twins, My Bloody Valentine, Bel Canto, This Mortal Coil...). D'aucun diront peut-être que la comparaison est hasardeuse, peut-etre présomptueuse. Mais, de toute évidence, on retrouve cette même magie qui nous avaient tant émerveillée dans les 90's.

A travers les mélodies et le brin de voix de Gwenno sur des titres comme Chwyldro, Golau Arall, Sisial y Mor...
Sur d'autres parties, comme sur Patriarchaeth ou Fratolisch Hiang Perpeshki, Gwenno renforce le rythme et la voix pour des titres plus Pop, plus conventionnelles aussi, mais les accents gallois contribuent toujours à garder un peu de la magie, dans laquelle baigne l'album de bout en bout.
Défenseuse de la langue galloise, Gwenno a choisi le titre Y dydd olaf (trad : The Last Days), inspiré par un roman de science fiction gallois de Owain Owain dans les années 70's, à l'engagement politique tres marqué (Stwff). De quoi nous laisser en orbite encore pour un moment !
Un album à ne surtout pas rater pour cette rentrée 2014 !
Site officiel du label
Mike S.


Haut
Sleepmakeswaves - Love of Cartography
2014 – 10 titres
Style : Post Rock
Label : Bird's Robe Records

Sortie : 4 juillet 2014



Note : 6.5/10

Tim Adderley à la batterie, Jonathan 'Kid' Khor et Otto Wicks-Green aux guitares et Alex Wilson (basse, synthé, piano, programmation) forment Sleepmakeswaves depuis 2006.
Originaire de Sydney,en Australie, le groupe propose leur vision du Rock progressif et du Post Rock, qu'ils définissent d'une petite phrase : "We write love songs about delay pedals". Apres un premier album sortie en 2011 qui leur a permis de faire 8 tournées dans leur pays et de s'exporter aux USA et en Europe, en compagne, entre autres, de Tortoise, les voici de retour avec un second album.
Un album dense, aux sonorités electriques et aux mélodies travaillées. Des titres longs, de 6 à 8 minutes, qui permettent au groupe de créer ces atmosphères tendues, electrisées, laissant peu d'intermède (A little Spark) et préférant en découdre avec leurs guitares bien plus qu'avec leurs ordinateurs.
A mi chemin entre Dr Phibes et Mogwai, les autraliens apportent leur pierre à l'édifice du Post Rock, en

revenant à l'essence même du Rock, mêlant nappes et riffs, ambiances mélodieuses et longs solo de guitares. Le ressenti donne plutot quelque chose d'assez monolithique, malgré quelques singles, tels que Traced In Constellations, auxquels il ne manquerait que la parole, pour exprimer encore un peu plus de ce que ces titres ont à dire ! D'ailleurs, il est fort à parier que le groupe s'orientera, comme ses ainés, vers des compositions chantées dans les années à venir.
En attendant, les fans de Post Rock de la fin des 90's, devraient trouver un vrai bonheur à l'écouter des 10 titres de ce Love of Cartography, qui devrait emmener le groupe une fois encore à travers le monde. Un album riche, sous tension electrique, dans tous les sens du terme.
Pink Floyd
n'en a pas fini d'inspirer le Rock, plus de 40 ans apres Meddle !
Ecoutez l'album sur Bandcamp / Facebook

Mike S.


Haut
Toehider - What Kind Of Creature Am I ?
2014 – 10 titres
Style : Rock Progressif / Heavy Metal
Label :
Birds Robe Records
Sortie : 2014



Note : 8.5/10

Gros Come Back dans les années 70/80 avec cet album hybride, un pied dans le Rock Progressif et l'autre dans le Heavy Metal ! C'est en Australie que Toehider ont imaginé ce drôle de mélange à la fin des années 2000. Michael Mills, guitariste et chanteur du quintete, originaire de Melbourne, est le chef de ce chantier qui ne manque pas d'originalité, osant parfois des changements de rythme et de genre, tout à fait improbables.
L'influence de Queen apparait dans les fondations même de cet album, quasiment à chaque titre (The Thing With Me, What Kind Of Creature Am I?). Michael Mills ne s'en cache pas. Mais rapidement elle est atténuée par ce coté plus Heavy, façon Black Sabbath ou Motley Crue, et qu'on croyait Has Been, jusqu'à... Toehider !
What Kind Of Creature Am I ? est déjà le 4e album du groupe, qui avait début avec un projet d'envergure, autour de 12 EP en 12 mois (“12 EPs in 12 months” project.), au cours de l'année 2009 (réunis dans 2 double albums en 2010).

What Kind Of Creature Am I ? est composé de 10 titres de longueurs variables, mais allant tout de même jusqu'à 12 minutes, pour Meet The Sloth, qui, emprunte cette fois aussi le Folk Rock Progressif à Jethro Tull ou Led Zep pour un titre aux sonorités 70's prononcées, mêlant piano et divers instruments à cordes ! Le rendu est à la fois subtile et épique. Tres ambitieux et tres réussi !
C'est d'ailleurs ainsi qu'on pourrait décrire l'intégralité de cet album, qui se démarque des tendances actuelles, de notre coté de la planète.
Mais finalement, n'est-ce pas logique, quand on voit tous ces groupes des 70's se reformer les uns apres les autres, et fasciner les jeunes générations, autant que les anciennes à leur époque ? Toehider semble avoir un ou deux wagons d'avance sur ce que les années 2010 peuvent nous promettre !
Facebook / Site officiel

Mike S.


Haut
Niagara – Don’t Take It Personally
2014 – 10 titres
Style : Experimental Pop
Label : Monotreme Records

Sortie : 7 Septembre 2014



Note : 7/10

Niagara est un projet, plutôt qu’un groupe, imaginé par David Tomat et Gabriele Ottino, déjà connus pour les travaux sur N.A.M.B. et GEMINI EXCERPT. Ce projet est né, par hasard, en regardant le Film Niagara, avec Maryline Monroe, le duo s’étant amusé à sampler la bande son du film, aboutissant au premier single de Niagara, How Small. C’était en 2007. Ce n’est que 6 ans plus tard, qu’un premier album, Otto, voyait le jour.
Aujourd’hui, en 2014, le projet évolue, et un second album nait : Don’t Take It Personally. L’album a été enregistré, un an plus tôt, à Berlin, là même où des groupes modernes comme Breton sont venus puiser leur inspiration.
Pour conserver l’idée de concept album, le duo l’a écrit en s’inspirant d’un thème, à savoir la lutte entre désir de développement technologique et la nécessité de respecter la nature. Un thème plein d’avenir pour une musique terriblement moderne, pour ne pas dire futuriste. Ce nouvel album a en effet une atmosphère particulière qui nous conduit dans des limbes cotonneux, à la fois doux et oppressants, entre paradis et enfer. La douceur étant souvent perturbée par des agressions sonores vives (Curry Box , Else), qui ne sont pas sans rappeler parfois les travaux de My Bloody Valentine, dans les années 90.
A la différence que la musique semble entièrement créée à l’aide d’ordinateurs et de programmations, même si ici ou là, la nature reprend du terrain, violon, trompette, trombone, batterie, entrant dans une bataille perdue d’avance. C’est peut-être aussi ça, le concept de cet album, au-delà des mots, qui eux-mêmes, prolongent le mystère, avec des chansons prenant pour sujets, un agent secret de la 2e GM (John Barrett), un héros de notre enfance (Popeye), une pédale d’effet (Fat Kaoss), une boisson (Vanillacola), une politique-fiction (China Eclipse) ou encore un titre qui en rappellera un autre, au fans de Depeche Mode, des années 80 (Speak&Spell)
Don’t Take It Personally est un album véritablement du XXIe siècle, qui s’inspire du passé, du présent et de l’avenir, comme si le Jean-Michel Jarre des années 76-82 et le Archive des années 2000 s’étaient donnés rendez-vous pour un brainstorming sur le thème de « La musique en 2050 » !
Un album expérimental, soit, mais un album très ouvert, hypnotique et véritablement ensorcelant.
Site officiel
Mike S.


Haut
Sinead O’Connor – I’m not Bossy, I’m The Boss
2014 – 12 titres
Style : Folk Rock
Label : Network Productions

Sortie : 25 aout 2014



Note : 8.5/10

Un « retour » qui pourrait faire du bruit, celui de chanteuse irlandaise Sinead O’Connor. Depuis les années 80 et ses tubes 3 babies ou Nothing Compares 2 U, la chanteuse au crane rasé s’est effacée peu à peu, laissant plus de place à sa vie de famille, avec des hauts et des bas, et à sa spiritualité. Sa musique, plus intimiste, finissant par s’inspirer de ces deux piliers et des problèmes personnels qui ont pavé sa vie (Theology. How About I Be Me (And You Be You)?).
L’album How About I Be Me (And You Be You)? (2012), bien qu’étant passé un inaperçu, a sans doute servi d’electrochoc. Sinéad revient cette année avec un album beaucoup plus lumineux, qui ne devrait pas, cette fois passer aux oubliettes ! D’abord avec sa pochette, sur laquelle on découvre une Sinead métamorphosée, combinaison en cuir noir, cheveux mi long noirs et guitare électrique noire sur un fond sombre ! Sexe et Rock n’Roll, en totale opposition avec son image de prêtre qui avait fait coulé beaucoup d’encre en 1999! Ensuite, par son titre revendicatif, I’m not Bossy, I’m The Boss, rendant ici hommage aux femmes dirigeantes, souvent raillées par le sobriquet « Bossy » (autoritaire). Un nouveau cheval de bataille pour celle qui a souvent milité pour des causes justes.
L’album, produit par son ancien mari, John Reynold, père de son premier enfant, débute sur le titre How About I Be Me, comme un clin d’œil au précédent album. Un titre aux sonorités Rn’B à la fois sobre et brillant
Mais ce sont des titres tels que Kisses Like Mine, The Voice Of My Doctor ou < Take Me to Church qui révèlent cette « nouvelle » chanteuse Rock, comme rarement on avait pu l’entendre précédemment. Harbour est sans doute le plus Rock d’entre eux, le plus électrique, flirtant avec le Rock brute des débuts de PJ Harvey. On est agréablement surpris par ce réveil, pour ne pas dire, ce revirement de carrière. Toujours Rock, le titre James Brown invite le chanteur et saxophoniste, Seun Kuti, pour une séquence de cuivre Jazzy très réussie, qui apporte un peu plus de couleur à cet album. Le nouveau single, qui sort en même temps que l’album, est un beau titre, à la fois touchant et populaire, par son refrain évocateur Take me to Church, un sujet que Sinéad maitrise sur le bout des doigts (et en particulier l’annulaire…).
L’album se termine sur un titre Folk Rock, Where Have You Been, au potentiel de single évident, et un autre, plus intime, Streetcars, histoire de ne pas balayer, d’un coup, le passé et nous rappeler les souvenirs de ses premiers opus à la fin des 80’s.
15 ans après, Mère Bernadette Marie redevient Sinead O’Connor ! Come Back confirmé et réussi !
Site officiel
Mike S.


Haut
Angus & Julia Stone – éponyme (3e album)
2014 – 13 titres
Style : Folk
Label : Discograph

Sortie : 29 juillet 2014



Note : 8/10

Il ne se passe jamais une année sans que Angus, Julia, ou tous les deux, nous donnent de leurs nouvelles, avec un nouveau disque ! Apres leurs albums solos respectifs, les deux australiens, sont donc de retour, avec une tournée européenne, et un troisieme album, un album qu’ils ont choisi « éponyme », peut-être pour montrer qu’il est au plus proche d’eux, de ce qu’ils entendent transmettre à travers leur musique.
En 13 titres, le duo présente un florilège de chansons folk, à une ou deux voix, avec des mélodies et des rythmiques entrainantes (Grizzly Bear, Heart Beats Slow, Little Whiskey...), dans la veine de leur single le plus connu, issu de leur premier album, Big Jet Plane. La voix de Julia Stone est toujours aussi angélique, il y a un peu de Heather Nova dans son timbre (Death Defying Acts, Other Things), en plus adolescent.
Les orchestrations sont travaillées au millimètre, avec des arrangements et
des riffs de guitares electro acoustiques frissonnants, des distorsions de guitares électriques, quelques accords de banjo, et encore des effets de vibrato, bottleneck et autres bague de sustain, qui vous conduisent aux frontières de la Folk et du Blues.
Si les premiers albums pouvaient avoir un petit coté intimiste, au point d’en être parfois ennuyeux, pour qui n’était pas réceptif à la mélodie lancinante de leurs voix, il n’en est rien sur ce 3e opus, que le duo a voulu plus dynamique, plus adapté à la dimension scénique ou festival, des événements qui attirent un public de plus en plus nombreux.
Sans être populiste, cet album éponyme est tres certainement le plus démocratique, abordable par le plus grand nombre. Et sans aucun doute, l’album le plus abouti du duo. Un tournant dans la carrière du duo. Site officiel
Mike S.


Haut
Bill Pritchard - A Trip to the Coast
2014 – 13 titres
Pop
Label : Ultra Music

Sortie : 7 mars 2014



Note : 7/10

On ne s’attendait pas à avoir des nouvelles de Bill Pritchard. On prend donc A Trip To The Coast pour ce qu’il est, un petit plaisir musical inespéré. Avec ce nouvel album de Bill Pritchard (le premier depuis 2005), l’auditeur aura une lecture forcément différente suivant son âge. Les quadras (et plus) ne pourront s’empêcher de juger A Trip To The Coast par le prisme du temps passé d’un artiste qui a fait les beaux jours, à une époque, de toute la presse indé. C’était il y a 25 ans, Les Inrocks était encore mensuel et Bill Pritchard était alors l’un des chouchous du magazine. Il y avait Pete Astor, Lloyd Cole, en solo, Guy Chadwick, en groupe ou Louis Philippe, ce Français ayant traversé le Channel. Il y avait aussi dans cette même famille musicale, cet Anglais francophile, ayant collaboré avec Etienne Daho, Françoise Hardy, Daniel Darc et récemment, pour By Paris By Taxi By Accident, avec Thomas Deligny. Devenu entre temps prof, Bill Pritchard fait figure de revenant. Ayant abandonné toute vélléité de succès (il aura pu l’espérer aux débuts des années 90), le désormais « vieux » songwriter se fait plaisir avec un album qui lui ressemble. Modeste certes mais mélodiquement exigeant. La musique de l’Anglais, ainsi que sa voix (un de ses grands atouts) n’a pas changé d’un iota depuis 1991 et Jolie (si ce n’est une production plus intemporelle) ; comme si les modes et le temps n’avaient eu aucune influence sur sa manière de concevoir sa musique. A Trip To The Coast est donc pop, dans l’acception la plus classique du terme. Une musique 100% britannique, même si Bill Pritchard ne résiste pas à faire parler sa fibre francophone avec Tout Seul. En bon partisan de la guitare « ligne claire », Il allie légérété de ton et fraicheur pour des titres qui coulent de source (Trentam, Yeah Yeah Girls, Polly). Mais il sait prendre un virage plus ténébreux quand il enfourche une guitare à la Chris Isaac (Posters). Le piano lui va bien aussi, permettant à Bill de faire parler une écriture mélodique, proche dès lors de Mc Cartney (Truly Blue). Bill Pritchard a définitivement la classe tranquille. Disque « sympathique » pour certains (les néophites ?) ; album frais et en cela précieux, pour d’autres (pour les Pritchardien aguerris ?). Sachez en tout cas qu’une tournée se prépare : Bill Pritchard est aussi de retour sur scène.
Site

A lire aussi sur La Magicbox :


Bill Pritchard - By Paris, By Paris, By Accident
Denis Z.


Haut
Aucan - EP1
2014 – 5 titres
Trip Hop / Electro
Label : Ultra Music

Sortie : 5 mai 2014



Note : 6/10

Sobrement appelé EP1, ce nouvel effort d’Aucan n’en est pas moins un disque puissant. Suivant l’évolution du duo italien depuis quelques années déjà, on remarquera que petit à petit Aucan abandonne les structures alambiquées et les guitares (les deux inspirées par le math rock) par une approche plus électronique et plus direct. Cet EP1 fait donc suite à un Black Rainbow sous influence Massive Attack et se veut un cran au-dessus, dans le genre « rentre-dedans ». On est donc en terrain connu dans une techno/ rock/hip hop qui a fait les beaux jours de Prodigy (Riot). Avec Otto Von Shirach en featuring, The Rise of Serpent mixe des sonorités indus à un esprit house. Tout ceci est bien efficace et maîtrisé, à défaut d’être inventif. Le meilleur titre de cet EP est peut-être à chercher du côté de Loud Cloud, pas plus original, mais particulièrement réussi dans le genre électro sombre, dense avec une rythmique qui virevolte dans l’air : comme un lâché de corbeaux métallisés dans un ciel entre chien et loup.
Deezer

A lire aussi sur La Magicbox :


Aucan – Black Rainbow
Aucan
Denis Z.


Haut
Damon Albarn - Everyday Robots
2014 – 12 titres
Style Pop Folk Low Fi
Label : BMG Chrysalis/Cooking Vinyl

Sortie : 28 avril 2014



Note : 8.5/10

Apres s’être réfugié sous différents noms, collaborations et formations (Blur, Gorillaz entre autres), Damon Albarn, âgé de 46 ans, dévoile enfin son vrai visage avec un premier album solo. Intitulé Everyday Robots, ce premier album est un recueil de 10 balades low-fi aux ambiances réconfortantes.
Quoi que d’aspect minimaliste, cet album est à l’image de l’artiste et de ce qu’il a fait durant ces 20 dernières années, souvent caché dans des faces b, mais pas que (To The End, The Universal, Tender…). Quelques notes de piano, des accords de guitares, quelques samples et des chœurs, des harmonies vocales. A l’instar de son plus beau titre, mais aussi le dernier de l’album, Heavy Seas of Love.
Cet album est aussi un travail introspectif, basé sur des souvenirs d’enfance, des lieux qui l’ont marqué, donnant cette couleur mélancolique à cet album, et traduisant de fait, la personnalité de Damon Albarn, telle qu’on se l’imagine. La pochette ne nous y trompe pas d’ailleurs.
C’est enfin et tout de même un travail collaboratif avec le producteur Richard Russel (XL Rec, Bobby Womack), qui semble avoir orienté le travail de Damon, vers ce minimalisme fouillé. Cette nonchalance affichée s’efface, en fait, à force d’écoute, pour révéler les mélodies, les nappes atmosphériques et les textes intimes d’un chanteur qui ne se sera jamais autant mis à nu qu’avec cette album solo.
Notons ce Mr Tembo, aux sonorités chaleureuses qui fera un tres bon ambassadeur de cet album, jusque là, réservé au marché américain, quatre autres titres ayant été préférés comme single en Europe dont l’excellent et précité Heavy Seas of Love.
On n’attendait pas particulièrement d’album solo de Damon Albarn, tant ses projets multiples nous avaient déjà bien rassasiés. Pourtant, Everyday Robots est une nouvelle pierre dans les fondations de la discographie de ce songwriter de talent. Un album simple, doux et magique, aux propriétés apaisantes.
Site officiel
Mike S.


Haut
Archive - Axiom
2014 – 7 titres
Style : Ambiant Rock
Label : Dangervisit/PIAS

Sortie : 26 mai 2014



Note : 6/10

Souvent comparé à Pink Floyd pour ses atmosphères soignées, Archive propose son 9e album studio sous la forme d’un album et d’un moyen métrage de 40 mn, les 6 chansons de l’album lui servant de scénario. Apres s’être essayé sur la BO du Film Michel Vaillant, le duo Darius Keeler et Danny Griffiths passe à l’étape supérieur en créant à la fois la musique et les images d’un film, dont ils ont malgré tout laissé la réalisation à Jesus Hernandez (NYSUfilms).
Sans grande surprise, si ce n’est ce foisonnement de cloches sur le titre éponyme, l’album ne propose que 6 titres, en tout et pour tout, avec les mêmes effets que sur leur derniers albums. De même, la marque de fabrique du groupe est souvent de changer les voix. Cette fois, on retrouve les voix de Dave Pen et Pollard Berrier. Ainsi que Maria Q, sur le titre The Noise Of Flames Crashing, un titre qui n’est pas sans rappeler le second album du groupe (Take my head en 1999), pendant que Transmission Data Terminate fait beaucoup penser à du Massive Attack ou Tricky.
Loin d’être aussi dense et passionnant que You All Look The Same To Me, ce nouvel album s’en rapproche le plus de par les ambiances oppressantes et la part belle laissée à la musique plus qu’aux voix. A l’instar de Controlling Crowds, cet Axiom mériterait bien une Part II pour ne pas nous laisser sur notre fin apres les trop courtes 40 minutes de l’album. D’autant que le titre phare de l’album Axiom, du haut de ses 10 minutes, est un brin énervant à force d’écoute, et le groupe a la bonne idée de le mettre en « reprise » en fin d’album…
Plus près que jamais de ses ainés Pink Floyd, dans la forme, le groupe Archive semble, avec Axiom, se gargariser pour un projet aux allures tres ambitieux. Au final, c’est un album assez moyen d’Archive, presque trop conventionnel.
Site officiel
Mike S.


Haut
James – La petite mort
2014 – 10 titres
Style : Indie Pop
Label : BMG Chrysalis/Cooking Vinyl

Sortie : 2 juin 2014



Note : 7/10

Créé en 1982, James avait plus ou moins disparu des écrans radar, malgré quelques bonnes productions dans les années 90’s et 2000 (Millionnaire ou le double EP The Morning After, The Night Before par exemple).
En 2014, après plus de 30 ans de carrière, le groupe retrouve sa formation qu’on lui connaissait à l’époque de Gold Mother ou de Laid. Tim Booth (voix) a écrit les textes de l’album pendant que le groupe composé de Jim Glennie (basse), Larry Gott (guitares), Saul Davies (guitare, violon), Mark Hunter (claviers), David Baynton-Power (batterie) and Andy Diagram (trompette) ont participé, ensemble aux compositions.
Et voilà qu’après 12 albums, une vingtaine de singles entrés dans le Top 40 anglais, et plus de 12 millions d’albums vendus, La petite Mort semble redonner une nouvelle jeunesse à un groupe, qui en avait grandement besoin. Pour orchestrer l’ensemble, le groupe a fait appel au producteur Max Dingel (Goldfrapp, The Music, The Killers…) qui prend le relais de producteurs aussi prestigieux que Brian Eno, Gil Norton ou encore Youth. En guise d’introduction, le groupe présente Walk like you, un long titre de 7 mn, qui met en avant les claviers de Mark Hunter, mais aussi le violon de Saul Davies, affichant ainsi une certaine ambition pour ce cru 2014.
Ainsi, les fans seront heureux de retrouver la voix intacte de Tim Booth et les mélodies impeccables de titres comme Frozen Britain ou Movin up, qui retrouve les trompettes mémorables de Seven ou les refrains entêtants de Gold Mother. Le titre français de l’album fait référence à l’état d’esprit dans lequel le groupe a accouché des 10 chansons qui le composent. Loin de l’état orgasmique qu’il pourrait supposer, il a en réalité été écrit apres le décès de deux personnes de l’entourage de Tim Booth (la mère et son meilleur ami). Pour autant, l’album n’a rien de dépressif ou de contemplatif. Bien au contraire, il est vif et plein d’entrain. Cette Petite Mort aurait elle redonné à Tim Booth et à James l’envie de mordre la vie à pleines dents ? Les rifs de guitares de Gone Baby Gone, l’electro pop de Curse Curse et même les cuivres mélancoliques de Quicken The Dead pourront certainement vous en convaincre.
Mais bon ! Malgré les louanges que je viens de jeter sur le travail sans faille de James, ne vous attendez pas non plus à trouver une quelconque fraicheur dans la musique de James, le groupe faisant du James depuis 30 ans, sans vraiment chercher à être novateur, un peu comme U2 si vous voyez ce que je veux dire…
Site officiel
Mike S.


Haut
Eels - The Cautionary Tales of Mark Oliver Everett
2014 – 11 titres
Style : Folk
Label : E Works

Sortie : 22 avril 2014



Note : 8.5/10

A 51 ans, Mark Oliver Everett, alias Mr. E., poursuit son travail schizophrénique en publiant un onzieme album sous le patronyme de EELS, mais en l’intitulant The Cautionary Tales of Mark Oliver Everett, que l’on peut traduire comme une mise en garde de M O. E. , laissant supposer un album plus personnel que les précédents.
Et c’est le cas, tout juste un an après Wonderful, Glorious, le chanteur repart sur des ambiances minimalistes, pas plus de quatre pistes et parfois moins (deux instruments, une voix, parfois des chœurs ou des cordes). Choisissant ainsi l’épure, dans un travail d’introspection digne d’une psychothérapie. Car, la couleur de l’album est en effet très noire, plus encore que son fameux Electro-Shock Blues sorti en 1998, et qui faisait état de son mal-être à la suite des morts brutales de sa sœur(suicide) et de sa mère (maladie). Pour autant,là aussi,malgré l’épure, l’orchestration demeure pleine de chaleur, avec ses guitares et ses claviers.
Comme sur le précédent album, l’album se compose de deux parties de 13 titres, pour sa version Deluxe, dont on ne peut faire l’impasse.
La seconde partie étant composée de 7 inédits, tout de même et de 6 versions live dont, un autre inédit, la reprise Oh Well de Fleetwood Mac (1969), enregistré dans la même ambiance ouatée, pour ne pas dire semi-dépressive.
Dans la luxuriance de titres de ce nouvel album, les mélodies des titres se détachent peu à peu, écoute apres écoute (Parallels, Lockdown Hurricane, Series of Misunderstandings). L’un se détache, plus encore, A Swallow in the Sun, en rappelant un autre, d’Archive (Goodbye ou Again), laissant presqu’échapper, malgré lui, un parallèle avec l’un de ses contemporains, alors que ses regards se situaient plutôt dans le rétroviseur auparavant. Where I’m from le suit de près, et redonne la direction, celle d’un Eels, tel qu’on le connait habituellement (batterie minimaliste, banjo, celesta et quelques cordes). Peut-être le titre le plus vif et le plus dense de l’album
D’un abord sombre et âpre, The Cautionary Tales of Mark Oliver Everett se révèle avec du temps et de l’attention, comme le négatif d’une photo dans une chambre noire. Pas au point de devenir lumineux, mais au point de devenir indispensable.
Un album intime, sombre mais brillant !
Site officiel
Mike S.


Haut
LES CHRONIQUES DE 2011 / 2013

A lire aussi sur La Magicbox :


Liz Green - Haul Away !
Pixies - Indie Cindy
Breton - War Room Stories
Orchestre national de Barbès – Dame de Coeur
Pillars & Tongues – End-Dances
There will be blood - Without
David Carroll - Songs of love & protest
Kill The Young - Fingers for Guns
My Little Cheap Dictaphone - The Smoke behind the Sound
My Tv is Dead - Gravity
Tony Marlow - Rockabilly troubadour
Setting Sun – Be Here When You Get There
The Wows - War on Wall Street
Matt Elliott - Only Myocardial Infarction Can Break Your Heart
Troumaca - The Grace
Joy Wellboy - Yorokobi 's mantra
Driving Dead Girl – I think the drums are good
The Penelopes - Sweet Amazer
The Eden House – Half Life (VO)
The Eden House – Half Life
Licky – Under The Gun
Licky – Under The Gun (English version)
Mano Le Tough – Changing Days
Sin Fang - Flowers
The Lumineers - s/t
Saline Grace – Fog Mountain
Schneider TM – Construction Hours
Gudrun Gut - Wildlife
Skunk Anansie – Black Traffic
Angus Stone - Broken Brights
The Raveonettes - Observator
Iori’s Eyes – Double Soul
Dead Western - Everything, Eternally
Rozi Plain – Joined sometimes unjoined
Mike Marlin - Man on the ground
Haight Ashbury 2 - The Ashburys
Adam’s Castle - Vices
And Also The Trees – Hunter not the Hunted
John Foxx and The Maths – The Shape of Things
Jester at Work - Magellano
Fenster - Bones
A whisper in the Noise – To Forget
Ulrich Schnauss & Mark Peters – Underrated Silence
Sharon Van Etten - Tramp
Werner Kitzmüller - Evasion
Big Deal – Lights out
Ewert and the tow dragons – Good Man Down
Milagres - Glowing Mouth
Misophone - Song from an Attic
Chaos Physique - 1975
Babybird - The Pleasure of Self Destruction
Ben Howard - Every kingdom
Piers Faccini - My Wilderness
Captain Quentin – Instrumental Jet Set
Cast - Troubled Times
Applause - Where it all began
Heather Nova – 300 days at sea
Siskiyou - Keep away the Dead
Golden Kanine – Scissors and Happiness
Krystle Warren - A Time To Keep (Love Songs EP)
Teletextile - Glass
The War on Drugs - Slave Ambiant
W.W.Lowman - Kumquat May
The Third Sound - s/t
Phil Pace & Spike - Letters Memory
Atomic Paracelze - s/t
The Horrors - Skying
City Center - Redeemer
Golden Kanine - Oh Woe !
The Phoenix Foundation - Buffalo
Should – Like a fire without sound
Love Motel - We are you
Morning Teleportation - Expanding anyway
Dengue Fever - Cannibal Courtship
Jay-Jay Johanson - Spellbound
Beat Connection – Surf Noir
The Donkeys - Born with Stripes
The Dears – Degeneration Street
Mashrooms – s/t
Declan de Barra - Fragments, Footprints and the Forgotten
Hundreds – Hundreds
Kill The Young – Thicker Than Water
Jeniferever - Silesia
Young Widows - In and out of youth and lightness
Bodi Bill - What ?
Arbouretum – The Gathering
LAKE - giving and receiving
Akron / Family - II : the cosmic birth and journey of Shinju TNT
L’Enfance Rouge – Bar <--> Bari
Dick Annegarn – Folk Talk
Self-Evident - Endings
The Singing Loins - Stuff
Dictafone - Home
Orka – Oro
Grimes - Halfaxa
The Tall Ships - On tariffs & Discovery
PJ Harvey – Let England Shake
Sonic Youth - Simon Werner a disparu (BO)
Héraclite - s/t
Wire – Red Barked tree
Tricot Machine – La prochaine étape
Tupolev - Tower of Sparks
Kendl Winter – Apple core
Julianna Barwick – The Magic Place
Aucan – Black Rainbow
Heligoland – All your ships are white
Essie Jain - Until the light of morning
The Banjo Consortium - a turning one
Siskiyou - s/t
Rose Elinor Dougall – Without why
Harmonious Bec – Her Strange dreams
Zwegh - 2
Liz Janes – Say Goodbye
Incarnations – all due Respect
Sueellen - s/t
Atomique Deluxe - Vingt
Marie


Haut
LES CHRONIQUES DE 2009 / 2010

A lire aussi sur La Magicbox :


My TV is dead - Freedomatic
Dilatazione – the importance of Maracas in the modern age
I Heart Hiroshima – The Rip
The Substance – this is it
Edible Woman – Everywhere at once
Shipping News – One less heartless to fear
DD/MM/YYYY – Black Square
The Rambling Wheels – Furry Tales
Elton Junk - Loophole
Miam Miam Monster & les Loved Drones – Femme plastique
US Christmas – Run thick in the night
Takka Takka - migration
Electric Sunset - s/t
Young Gods - everybody knows
Hellsongs - Minor Misdemeanors
I like trains - He who saw the deep
Suuns – Zeroes QC
Mintzkov – Rising Sun, Setting Sun
Midnight Juggernauts – The Crystal Axis
Small Black – New Chain
Ulan Bator – Tohu Bohu
The Blue Angel Lounge - Narcotica
The Poison Arrows - newfound resolutions
Parlour - Simulacrenfield
Family of the Year - Songbook
Little Black Dress – snow in June
TV Buddhas - Dying at the party
Very Short Shorts - Background music for bank robbery
Anika - s/t
PQ - You'll never find us there
Doug Paisley - Constant companion
FOPS - Yeth, Yeth, Yeth
Susumu Yokota - Kaleidoscope
Swahili Blonde - Man Meat
Moss - Never be scared / Don't be a hero
Dakota Suite / David Darling / Quentin Sirjacq - Vallisa
Women – Public Strain
C-Mon & Kypski - we are square
Seeland – How to live
Lush Rimbaud - The sound of the Vanishing era
Klaxons - Surfing The Void
Band of Horses - Infinite Arms
Vitor Hublot – Brassens selon Vitor Hublot
Black Mountain - Wilderness Heart
Mt St Helens Vietnam Band – Where the messengers meet
Kimono - Easy music for difficult people
M.Ostermeier - Chance construction
Chapter - Three (a collection of monsters)
My Awesome Mixtape – how a village turn into a town
Zea – the beginner
Helmet - Seeing Eye dog
Bd Harrington – The Kid Strays
Shannon Stephens - s/t
Cotton Jones - Tall hours in the Glowstream
Serph - vent
Shapes and Sizes - Candle to your eyes
Lugano Fell - slice repair
The Somnambulist - Moda Borderline
Tyson Vogel - Devotionnals
Grass Widow - Past time
Nadine Khouri - A song to the city
Appaloosa - savana
Tape Tum – The night we called it a day
Jeremy Jay - Splash
The Postmarks – Memoirs at the end of the world
Damien Jurado - Saint Bartlett
Ed Harcourt - Lustre
Ion - Immaculada
MGMT - Congratulations
The Jains – Holly changing spirit
Christina Antipa - Everything starts to sing
Films - Messenger
The National - High Violet
June Madrona - Battleground
Mother Mother - O my heart
Lilium - Felt
The Chap – Well done Europe
Minor Majority – either way I think you know
Villa Nah - Origin
The Bambi Molesters – As the Dark wave swells
Hawksley Workman - Meat
Chaos physique - the science of chaotic solutions
Jonjo Feather - is or ok
TV Buddhas - EP
Shout out out out out – Reintegration time
Phosphorescent – Here’s to taking it easy
Grovesnor – soft return
Arno – Brussld
Nada Surf – If I had a hi-fi
Laura Gibson & Ethan Rose - Bridge Carols
The Wave machines - Wave if you're really there
Serafina Steer - change is good, change is good
Kazumasa Hashimoto - strangeness
The Besnard Lakes - are the roaring night
Milhaven - s/t
Benni Hemm Hemm - retaliate
Rosanne Cash - The List
Oh No Ono – Eggs
Band of Skulls - baby darling doll face honey
Fursaxa - Mycorrhizae realm
So So Modern - Crude Futures
Extra Life - Made Flesh
M.Ostermeier - Percolate
Tom McRae - The Alphabet of Hurricanes
Tokyo Mask – Route Painless
Saxon Shore - It doesn't matter
Josh Rouse - El turista
Built to Spill – There’s no enemy
For Against - Never been
Newton Faulkner – Rebuilt By Humans
Tokyo Sex Destruction – The Neightbourhood
Kings of Convenience – Declaration of Dependence
Setting sun - Fantasurreal
Quitzow – Juice Water
Omo - The White album
The Elephants – Take it !
Nedry - condors
Pharoahs – we’ve tried nothing and we’ve all out ideas
Jookabox – dead zone boys
Lobisomem – Brightest solids EP
The Marigold - Taiga
Stereophonics - Keep Calm and Carry On
Minnaars - of our delirious former loving hours
Martin McFaul - Sha la love
Lymbyc systym – shutter release
Russian circles - Geneva
Luke Haines - 21 Century Man
Vowels - The pattern prisms
Beak - recordings 05/01/09 - 17/01/09
Apse - climb up
NAMB - BMAN
Ed Laurie - small boat big sea
On Fillmore - extended vacation
Dan Black – Un
Githead - Landing
Cobra Killer - Uppers & downers
Le Loup - Family
Scary Mansion - Make me cry
Starless & bible black - shape of the shape
Brian Harnetty & Bonnie
The Poison Arrows - First class, and forever
Moi Caprice - We had faces then
Mimes of Wine – Apocalypse sets in
Shannon Wright – Honeybee girls
Throw me the statue - creaturesque
Eamon Mc Grath - 13 songs of whiskey and light
The Eden House – Smoke and Mirrors (VF)
The Eden House – Smoke and Mirrors (VO)
Prince - Lotus Flow3r
Craig Walker - Siamese
Almost Charlie - The Plural of Yes
Water Lily - Turn On - Tune In - Drop Out
Dial M for Murder - fiction of her dreams
Grizzly Bear - Veckatimest
Jeepster - What if all the rebels died ?
Early Day Miners - The treatment
Action Dead Mouse – Revenge of doormats and coasters
Elephant Leaf – The taste of Salt
Late night venture - illuminations
Tara Jane O'Neil - a ways away
Misophone - I sit at open windows
Color Cassette - Forever Sparrow
Morose - La vedova d'un uomo vivo
Mintzkov - 360°
Sunset Rubdown - dragonslayer
Yarn:Moor - So, I'll take your hand and...
Moby - Wait For Me
Bowerbirds - Upper air
Seeland – Tomorrow’s today
Foreign Born – Person to person
Maximo Park - Quicken the heart
Sleepy sun - embrace
Extra life - Secular works
The Eight - Last moon
Sharko - Dance on the beast
Daniel Boucher - Le soleil est sorti
John Lee Sanders - Bucket Full of Blues
The Cesarians
Graham Coxon – The Spinning Top
Piers Faccini - two brains of sand
Mono – Hymn to the immortal wind
Slon - Antenne
The miserable rich – 12 ways to count
Jarvis Cocker - Further Complications
Vuneny – Whatever Singularity
Bellini - The precious prize of gravity
K-Branding - Facial
Hanne Hukkelberg - blood from a stone
Elbow - The Seldom seen kid
The Fatales – Great surround
Archive - Controlling Crowds
Depeche Mode - Sounds Of The Universe
Jeniferever – Spring tides
The Blue Seeds
Anna Ternheim – leaving on a mayday
Coeur de Pirate - Eponyme
The Race - In My Head It Works
Forest Fire – Survival
Ethan Rose - Oaks
Scary Mansion - Every Joke is Half The Truth
Here we go magic
Great Lake Swimmers - lost channels
The Bishops - For now
Barzin – Notes to an absent lover
Izabo – Super light
Corde oblique - The Stones of Naples
De Kift - Hoofdkaas
Jeremy Jay - slow dance
M.Ward - hold time
Fucked Up - The Chemistry of Common Life
Krystle Warren & The Faculty - Circles
Bell X1 – Blue Lights on The Runway
The Secret Machines
Dick Annegarn - Soleil du Soir
Megaphone ou la mort - Camarade Coma
Juno Reactor - Gods and Monsters
Declan de Barra - A Fire To Scare The Sun
Blue Roses – Eponyme
JJ Cale - Roll On
Redjetson - Other Arms
Reigns – The house on the causeway
Kashiwa Daisuke - 5 dec
Zal Idrissa Sissokho - Silaba
Monster - s/t
Stinking Lizaveta – Sacrifice and bliss
Agaskodo Teliverek – psycho goulash
Fredo Viola - The Turn
aMute - infernal heights for a drama
Elvis Perkins – Elvis Perkins in Dearland
Bob & Lisa - Rosethorns
Alela Diane - To be still
Lorna - Writing Down Things To Say
Ruby Throat - The Ventriloquist
Kazumasa Hashimoto - Tokyo Sonata (Original soundtrack)
Elysian Fields - The Afterlife
Peter Von Poehl - May Day
Mardi Gras BB - my private hadron
The Audience - dancers and architects
The Christians - Soul From Liverpool
Ben Kweller - Changing horses
Andrew Bird - Noble Beast
Cirkus - Medicine
Gullivan – éponyme
Okie Rosette - leap second
Persephone's Bees - Notes from Underworld
Those Dancing Days - In our space Hero Suits
Black Cargoes - Glass
Sunken Foal - Fallen arches
Telepathe - Dancemother
The Young Gods - Knock on Wood
Asobi Seksu - Hush
Dark Captain light captain - miracle kicker
Locksley – Don’t make me wait
The Stills - Oceans Will Rise
Midori Hirano – Klo:yuri
Herself - homework
Brazilian girls - NYC
Jeremy Warmsley – How we became
Audrey - The fierce and the longing
Mme Moustache - Au nom du countr(i)
Castanets - City of refuge
Mike S.


Haut
LES CHRONIQUES DE 2006 - 2008

A lire aussi sur La Magicbox :


Guernica - Who are your songs for
Headless heroes – The silence of love
Teamforest - Leave
Penelope sulla Luna - my little empire
Louisa John-Krol – Djinn, Le Mystère des chats
White Hinterland - Luniculaire
Parts & Labor – Receivers
The Seven Mile Journey - The Metamorphosis Journey
Jenny Lewis - acid tongue
Joseph Arthur and the Lonely Astronauts - Temporary people
Liam Finn - I'll be lightning
Clare and the reasons - the movie
Marah - Angels of destruction !
Lily Frost - Ciné-magique
Radar Bros - Auditorium
Swell - The Lost Album
The Organ - Thieves
Robert Hancock & Microclimate - 2+2=22
Cold War Kids - Loyalty to Loyalty
Asian Dub Foundation – Punkara
Megapuss - Surfing
Abe Vigoda - Skeleton
Mercury Rev - Snowflake Midnight
Bloc Party - Intimacy
Woven Hand – Ten stones
Emiliana Torrini - Me and Armini
Parenthetical girls - Entanglements
Calexico - Carried to dust
Aucan
Alfa Rococo – Lever l’ancre
The Faint - fasciinatiion
TV on the radio – Dear science
Cranes – Cranes
Queen + Paul Rodgers - The Cosmos Rocks
The Walkmen - You & Me
Joan Osborne – little wild one
Damien Jurado – Caught in the trees
Stereolab – Chemical chords
Mugison – Mugiboogie
Late of the Pier - Fantasy Black Channel
Volcano ! - paperwork
Ra Ra Riot - The Rhumb line
Melpo Mene – bring out the lions
For Against - Shade Side Sunny Side
El Perro del Mar - From the Valley to the Stars
Keziah Jones - Nigerian Wood
Okkervill river – The stand ins
Metronomy - Nights out
Polite sleeper - Seens
Brendan Canning – something for all of us
Pete Greenwood - Sirens
Nine Inch Nails - Ghost I-IV
Hot Club de Paris - Live at the Dead Lake
James - Hey Ma
Our Broken Garden - When your blackenings shows
Mud Flow - Ryunosuke
Absynthe minded - introducing
Seu Jorge – America Brasil O Disco
Buenretiro - Escargot
Soy un caballo - les heures de raison
Bodies of water - A certain feeling
Cloé du Trèfle - Microclimat
Atlas sound – Let the blind those who can see but cannot feel
The Hold Steady - stay positive
His name is alive – Firefly dragonfly EP
Plus / Minus – You are here (extended)
The Marigold - Erotomania
Bowerbirds – Hymn for a dark horse
Port-Royal -Afraid to dance
Moi Caprice – The Art of Kissing properly
Seelenluft – Birds and plants and rocks and things
Alina Simone - placelessness
Tupolev – Memories of Björn Bolssen
Quitzow – art college
The Night Marchers - See You in Magic
Setting Sun – children of the wild
The Pineapple Thief - Tightly Unwound
Tony Joe White – Deep Cuts
Yasushi Yoshida - little grace
Islands - arm's way
Bang Gang - Ghosts from the past
My Dying Bride - An Ode to Woe
Numéro# - L’idéologie des stars
Saline Grace - Border Town Shades
Feeder - Silent cry
Windsor for the derby – How we lost
Jimme O'Neill - Real
September Malevolence – After this darkness, there’s a next
David Thomas Broughton vs 7 Hertz
Centro Matic - Dual Hawks
Nits – Doing the dishes
Wildbirds & Peacedrums - Heartcore
The Concretes - Hey Trouble
Brittain Ashford – there, but for you, go I
Refree - Els invertebrats
The Strugglers - the latest rights
Lonely Drifter Karen - Grass is singing
Scott Matthew
Jeremy Jay - A place where we could go
Temposhark - The invisible line
Essie Jain - We made this ourselves
UFO goes UFA – Pop garage symphonie N°9
The Breeders - Mountain Battles
The BellRays - Hard Sweet & Sticky
Thrice - Alchemy Index, Vol. 3 & 4
Hayseed Dixie - No covers
Bettina Schelker - The Honeymoon is over
Alec Empire - The Golden Foretaste of Heaven
Kelly de Martino - Honest
Barzin
Laurence Revey
Trouble over Tokyo - Pyramides
REM – Accelerate
Duffy – Rockferry
Paramount styles – Failure american style
Zita Swoon – Big blueville
The Sleeping Years - We're Becoming Islands One By One
Malcolm Holcombe - Not Forgotten
The Presidents of USA - These are the good times people
Tangtype - Flake out
Jack or Jive - Kakugo
Phoebe Killdeer and the short straws - weather 's coming...
My little Cheap Dictaphone - Small town boy
Murcof - Cosmos
White rabbits – Fort Nightly
Caprice – Kywitt ! Kywitt !
Nick Cave & The Bad Seeds - Dig Lazarus Dig !
Rona Hartner - Nationalité Vagabonde
The Cold Shoulder – Milk it
Idaho – The forbidden EP & Alas : Special edition
June Madrona – The Winged life
Christopher Willits + Ryuichi Sakamato - ocean fire
Girls in Hawaii – Plan your escape
And Also The trees – (listen for) the Rag and bone man
American Music Club – The Golden Age
The Dancing Naked Ladies – Pink Lycanthropes
Jordan O’ Jordan –not style nor season nor hard-handed lesson
Kazumasa Hashimoto - Euphoriam
Katamine – Forest of bobos
Kill The Young - Proud Sponsors of Boredom
Nada Surf – Lucky
Chapter – two (the biographer)
Jaymay – Autumn fallin’
Fauve & Raphelson - An Evening at Montreux Jazz Festival 2007
Attica - the bitter lessons of...
Tuxedomoon - Vapour trail
Favez - Bigger mountains higher flags
Kate Nash - Made of Bricks
The Raveonettes - Lust Lust Lust
The Clientele - God save the Clientele
The Dagons - Reverse
Theo Hakola - Drunk Woman and sexual water
Irfan - Seraphim
Karkwa - Les tremblements s'immobilisent
Damiak - Micalavera
Hurtmold - Mestro
RF & Lili de la Mora – Eleven continents
Okkervill River – The stage names
El Hijo – Las otras vidas
Hiawata - They could have been bigger than Hiawata
Yael Naïm
Dave Gahan - Hourglass
Jupiter Apple - Uma Tarde na Fruteira
The Detroit Cobras – Tied and True
Aroah – El Dia después
Michaela Melian – Los Angeles
Devastations - Yes, U
Young Galaxy
Sarah Bettens - Shine
Blanche - Little Amber Bottles
Marilyn Manson – Eat Me, Drink Me - gb
Marilyn Manson – Eat Me, Drink Me
Nervous Cabaret - Drop Drop
Chica and the Folder – Under the Balcony
Kashiwa Daisuke – program music I
Alex Delivery – star destroyer
My Little Airport - Zoo is sad / People are cruel
Patrick Watson – Close to Paradise
Twisted Charm - Real Fictionnal
St Vincent – Marry me
Swod - Sekunden
Montevideo
Chuck Prophet - Soap and water
Stereophonics - Pull the pin
Hollywood Porn Stars - Satellites
The New Pornographers - Challengers
Emma Pollock – Watch the Fireworks
Portastatic – Be still there
Katamine - lag
Samir Barris – Quel effet ?
The Smashing Pumpkins – Zeitgeist
The Icarus Line - Black Line at the Golden Coast
Steve Tallis and the Holy Ghosts – Loko
Tijuana Mon Amour Broadcasting inc. - cold jubilee
Elan Mehler Quartet – Scheme For Thought
Cré'Tonnerre - Quatre Rhums à la mer
Last Winter – Under the silver of machines
Eté 67 - Eté 67
Death Vessel – Stay close
Sparky Deathcap – Let’s build a fire
Denzel + Huhn - paraport
The Bird and The Bee
Dawn Landes - Fireproof
You say party ! We say die – lose all time
To my Boy - messages
Hans Appelqvist – sifantin och mökret
Vulgaires machins – Compter les corps
Mosquitos – Sunshine Barato
Shitdisco – Kingdom of fear
September Collective - All the birds were anarchists
Montag - Going Places
The White Stripes - Icky Thump - 2
The White Stripes - Icky Thump
Mai - still need a kiss
Single - Pio Pio
Voxtrot - Voxtrot
Trembling Blue Stars – The last holy writer
Maximo Park - Our Earthly pleasures
Elvis Perkins - Ash Wednesday
Half Cousin - Iodine
Piana - Eternal castle
Help she can't swim - the death of nightlife
Parenthetical Girls - Safe As Houses
Les Trois accords – Grand champion international de course
Keren Ann
Motrices session n°1
Sinead O'Connor - Theology
Porn Sword Tobacco – New Exclusive olympic Heights
Anna Ternheim – Separation road
Loney, Dear – Loney, Noir
Seventeen evergreen - Life Embarrasses Me on Planet Earth
The Sea and Cake - Everybody
Calla - Strength in numbers
Faris Nourallah - Gone
Malajube - Trompe-l'œil
Action Dead Mouse - Pets and Nerds attack Planet Earth
Dan Deacon – Spiderman of the rings
The Pigeon Detectives – Wait for me
The 69 Eyes - Angels
Camera Obscura - Let's get out of this country
Battles – Mirrored
Love of Diagrams - Mosaic
Priestbird - In your time
Bexar Bexar - Tropism
Num9 – The glow-worm's death
The Bishops
Lou Barlow as Sentridoh – mirror the eye
Verde - The Undeserved Current
Ventura - Pa Capona
W.W.Lowman - Plain songs
Larrikin Love – the freedom Spark
Jeremy Warmsley - The Art of Fiction
Electrelane – No shouts no calls
Avey Tare + Kria Brekkan - Pullhair Rubeye
The Zincs – Black Pompadour
Paula Frazer & Tarnation – Now it’s time
Patti Smith – Twelve
Tom McRae - King of Cards
The Sunday Drivers – Tiny Telephone
Elk City – New Believers
Blonde Redhead - 23
Dextro – Consequence music
Explosions in the Sky - All of a Sudden, I Miss Everyone
Fursaxa - Alone in the Dark wood
Panda Bear - Person pitch
Malibu Stacy - G
Brett Anderson – Brett Anderson
Soulsavers - It’s Not How Far You Fall, It’s The Way You Land
Andrew Bird -Armchair aprocrypha
RJD2 – The third Hand
Izabo – fun makers
Adult – Why bother ?
The Papercuts – Can’t go back
Bacanal Intruder – Lulo
Monstrance – Eponyme
Mardi Gras BB - The Exil Itch
The Tellers
Twisted Charm - Boring Lifestyles
Gudrun Gut – I put a record on
Greg Ashley - Painted garden
The Immediate - in towers & cloud
Clap Your Hands Say Yeah ! - Some Loud Thunder
Au revoir Simone – The Bird of Music
Showstar - Dot
The Rakes – Ten new messages
Melchior – It’s always a girl’s choice
Radical Face - ghost
Fonoda - Eventually
Pornorama - Under the second
Christina Rosenvinge – Continental 62
Deerhoof - Friend opportunity
Springintgut - Park and Ride
Hey Gravity ! – Risen
Field Music – tones of town
Duke Special - songs from the deep forest
Benni Hemm Hemm - Kajak
Milenasong – Seven sisters
Les Breastfeeders – Les matins des grand soirs
Tokyo Police Club – A lesson in crime
The Artificial sea – city island
Kristin Hersh - learn to sing like a star
Bloc Party - a weekend in the city
Standard - 3000V - 40000W
Ralfe band - swords
Klaxons – Myths of the near nature
The Good, the bad and the queen – History song
Julie Doiron – woke myself up
Viking Moses – Crosses
Rob Crow – Living well
Hot club de Paris – drop it ‘til it pops
Sophia – Technology won’t save us
Johann Johannsson – IBM 14CI a user’s manual
Arbouretum - Rites of uncovering
Okay – Low road
Jacopo Andreini – bossa storta
Stephen Brodsky and the Octave Museum
November
Halph – Ode to you
Apse - spirit
The Datsuns - Smoke & Mirrors
Blood Brothers - Young Machetes
Brightblack Morning Light
cirKus – Laylow
Lee Hazlewood – Cake or death
The Walkmen – A hundred miles off
Contriva – separate chambers
Hafdis Huld – Dirty paper cup
Loreena McKennitt - An ancient muse
Devastations - coal
Uzi & Ari – It is freezing out
Viva Voce - Get Yr Blood Sucked out
Aimee Mann - One More Drifter In The Snow
Keith – red thread
Damien Jurado – And now that I’m in your shadow
Emil Bulls - The Southern Comfort
Bloody Mary – Blood n’Roll
Badly Drawn Boy - Born in the UK
Band Of Horses – Everything All The Time
DAAU - Domestic wildlife
Susanna and the Magical orchestra – melody mountain
Seafood - Paper Crown King
Ratatat - Classics
Midori Hirano - LushRush
Paul Collins - Flying high
The Early years
A Brand - Hammerhead
South - Adventures in the Underground Journey to the Stars
Matt Elliott - Failing songs
Aaron Stout - Queens Live In Caskets
Sandy Mouche - …and poems for the unborn
Espers – II
Fionn Regan – The end of History
Wir sind Helden v/s Tokio Hotel
Everything On Black - Stain
Pernice Brothers - Live a little
Everything On Black - Stain
All Time Low - Put Up or Shut Up !
Dan Sartain- Join Dan Sartain
Raphelson - Hold this moment still
Lambchop - Damaged
Fat Jon & Styrofoam - the same channel
OOIOO - Taiga
The meeting places – numbered days
Amber Pacific - The possibility and the promise
Pet – Rewind the sofa lady
Mark Gardener - These beautiful ghosts
Tapes N'Tapes - The loon
Mosquitos
Les Georges Leningrad – Sangue Puro
Eagle seagull
The Blow - paper television
Munck/Johnson - count your blessings
Luke Temple - Hold a match for a gasoline world
The Mountain Goats - Get lonely
The Bluetones – éponyme
Stromberg – Carte blanche for Chaos
Bardo pond - Ticket crystals
Xavier Rudd - Food in the belly
Seachange - on fire, with love
Peter Bjorn and John - writers block
My brightest Diamond -Bring me the workhouse
Early day miners - Offshore
Tamara Williamson – The Boat
Vitamins for you – The legends of Bird Hill
The Dears - Gang Of Losers
Amy Millan - Honey from the tombs
TV on th Radio - Return to cookie Mountain
Lloyd Cole - Antidepressant
Ever we Fall - We are but human
Kaddisfly - Buy our intention, we'll buy you a unicorn
Duels - The Bright Lights & What I should have learned
Muse - Black Holes and Revelation
Justine Electra - Soft rock
Peaches – Impeach my bush
The Pipettes - We are The Pipettes
The Twilight singers - powder burns
Tuxedomoon - Bardo Hotel Soundtrack
Niobe – White Hats
Serena-Maneesh
The Golden Republic
Tenderloud - Shadow Red Hand
Heligoland - A Street Between Us
Gravy - Gravy
James Figurine - Mistake mistake mistake mistake
Isan - Plans drawn in pencil
Phantom Ghost - Three
First Nation - s/t
Mojave 3 – Puzzle like you
Camping - dancing days
Marykate O’Neil – 1-800-Bankrupt
Sol Seppy - The Bells of 12
El Columpio asesino - De me sangre a tus cuchillas
The Raconteurs - broken boys soldiers
Sundealers - Tears, Love, Religion (F)
Cock Robin - I don't want to save the world
BC Camplight – hide, run away
Couch - Figur 5
Midlake - The trials of Van Occupanther
Wise in Time - The ballad of Den The Men
The Gentleman Losers - s/t
Tool - 10000 days
I like Trains - Progress - Reform
Tunng - Comments of the inner chorus
Barzin - my life in rooms
The Charlatans - simpatico
Absentee - Schmotime
Final Fantasy - He poos clouds
Ron Sexsmith - Time being
Shooting at unarmed men - Yes Tinnitus
Solid Pony - Solid Pony
Peter von Poehl - Going to where the tea trees are
Minor Majority - Reasons to hang around
Karin Hoghielm - Apocryphal
The Appleseed cast - Peregrine
Fariña - Allotments
Pupkulies & Rebecca - The way we
Venus - The red room
Skin - Fake Chemical State
Schneider TM - Skoda mluvit
The New Amsterdams - Story like a scar
Young people - all at once
Grandaddy - Just like the fambly cat
Pretty Girls Make Graves - Elan Vital
I' m not a gun - We think as instruments
Be your own pet
Dios (malos) - Heres to the passion of the changelo
Jim Moray
Barbara Morgenstern - The grass is always greener
Morrissey - Ringleader Of The Tormentors
Wilderness - vessel states
Calexico - Garden ruin
Jake Ziah - These days do you no justice
Ministry - Rio Grande Blood
Revolting Cocks - Cocked and Loaded
Killing Joke - Hosannas from The Basements of Hell - VF
Perry Blake - The crying Room
To the Vanishing Point - there is where it all began
Caroline - murmurs
Hundred reasons - Kill your own
The Roger Sisters - The Invisible deck
The secret society - Sad boys dance no one's watching
The Zico Chains - éponyme
Superlux - Winchester Fanfare
Robert Pollard -From a compound eye
Buzzcocks - Flat-pack philosophy
Manta Ray - Torres de Electricidad
Nits - Les Nuits
Neko Case - Fox Confessor brings the flood
Malicieusement vôtre
Hugo Race & the True Spirit - Taoist Priests
Isobel Campbell & Mark Lanegan - Deus ibi est
Gossip - standing in the way of control
Lampshade - Let's way
Clogs - Lantern
Celebration
Calla - Collisions
Rocky Votolato - makers
Munck / Johnson -Unlike you
Junetile - Work
Electric President
Meesh - Touch
Zul - El golpe de la aguja
Louisa John-Krol - Apple Pentacle
Cat power - The Greatest
El Hijo - La piel del oso
The Sunday drivers
Film School
Licky - Press Fire To Continue (VF)
Spontane – God is Dead in good luck city
Liva - Requiem
Chris Brokaw - Incredible Love
Mike S.


Haut
LES CHRONIQUES DE 2003 - 2005

A lire aussi sur La Magicbox :


Florent Vollant - Katak
Les Chiens - Rösk
Houston swing Engine - The tiger flamboyant
Monsieur Mono - Pleurer la mer morte
Andrew Sweeny - Monotone
Ghinzu - Electronic Jacuzzi
Nick Harper - Treasure island
Chris Stills
The Strugglers - You win
Half asleep - (we are now) seated in profile
Clap Your Hands Say Yeah - éponyme
Hobotalk - Notes on sunset
Explosion in the sky - how strange, innocence
Metric - Live it out
Wilderness - s/t
World's end girlfriend - The lie lay land
Castenets - First Light's Freeze
Shooting at unarmed men - soon there will be…
The Gris Gris - For the season
The Bad Machines - Telling lies
Veda Hille – Return of the Kildeer
The Grip Weeds - Giant on the Beach
Depeche Mode - Playing The Angel
Stromkern - Light It Up
Fields Of The Nephilim - Mourning Sun
Helldorado - the ballad of Nora Lee
Black Mountain
Velma - La pointe Farinet 2949m
Jeronimo – 12h33
Panthers - Things are strange
Rilo Kiley - Take offs and landings
Colt - This Things can’t hurt you now so throw them in the fire
Idaho - The Long Gunman
Mark Eitzel - Candie ass
Windsor for the derby - giving up the ghost
Oceansize - Everyone into position
The Birthday Massacre - Violet
Troy Von Balthazar
Devendra Banhart - Cripple crow
Lokai - 7 million
KMFDM - Hau Ruck
Rotersand -Welcome To Goodbye
Outrageous Cherry - Our love will change the world
Ozark Henry - The sailor not the sea
Who made Who
Echo and The Bunnymen - Siberia
Paula Frazer - Leave the sad things behind
The Walkabouts - Actetylene
The New Pornographers - Twin cinema
Stars – Set yourself on fire
The Fruit Bats - Spelled in bones
Espers - Espers
Finn - The ayes will have it
Mobius band - City vs Country
Kinski - Alpine Static
Iron and Wine - summer king
Nathan Michel - The beast
Apse
Nada Surf – The Weight is a gift
dEUS - Pocket Revolution
The Cribs – The New Fellas
Stuart A.Staples - Lucky recordings 03-04
Flëur - Siyanie
Minotaur shock - Maritime
The Organ - Grab that sun
The Jessica Fletchers – Less sophistication
Washington - A new order rising
Dandi Wind - Bait The Trap - VF
Tears For Fears - Everybody loves a happy ending
P:Ano – Brigadoon
Broadway Project - In Finite
Autoaggression - Geräuschinformatik - VF
Peter Ulrich - Enter The Mysterium - VF
Queenadreena – The Butcher and The Butterfly - VF
Madness – Dangermen Session vol. 1
Nena – Willst du mit mir gehn
Esoterica - The Fool
Mia Doi Todd - Manzanita
Thee More Shallows - More deep cuts
Caesars – Paper tigers
Saint Etienne - Tales From Turnpike House
The White Stripes - Get Behind Me Satan
Barbara Morgenstern / Robert Lippok - Tesri
Scout Niblett - Kidnapped by Neptune
The Tears – Here come the tears
Electrelane - Axes
Whopper – takes and mistakes
Damon and Naomi – The earth is blue
Solvent - Elevators and oscillators
Aimée Mann – The Forgotten Arm
Tasteless
The Remote viewer - Let your heart draw a line
I am Kloot - Gods & Monsters
13&God
The Mountain Goats - The Sunset tree
Bill Pritchard - By Paris, By Paris, By Accident
The Roger Sisters - Three fingers
Lorna - Static patterns and souvenirs
By coastal café - Old cartoons
The National - Alligator
Piano Magic - Disaffected
Viva Voce - The heat can melt your brain
Metric - Old world underground, where are you now ?
Thomas Dybdahl - Stray dogs
Hollywood Porn Stars - Year of the tiger
The House of Love – Days run away
Billy Idol – Devil's Playground
Jill Sobule – Underdog Victorious
Laura Veirs – The Triumphs & Travails of Orphan Mae
Queen Adreena - FM Dolls / Medicine Jar
Hood - Outside closer
Mud Flow - A life on standby
Brendan Benson – The Alternative to love
Morning Star – The opposite is true
Troy Von Balthazar - EP
Matt Sharp
Zita Swoon – A song about a girls
The Wedding Present – Take Fountain
De Kift - de kift
Dead Meadow - Feathers
L'Altra - Different days
Nic Armstrong – The great white Liar
Austin Lace – Easy to cook
Mechanical Cabaret - Cheap and Nasty ...
Feeder - Pushing the senses
Eskobar - A thousand last chances
Hanzel und Gretyl - Scheissmessiah - VF
50 Foot wave - Golden ocean
Dawn Landes - Dawn's music
Masha Qrella - Unsolved remained
Panico - subliminal kill
An Albatross - we are lazer vicking
Josh Rouse - Nashville
Stereophonics – Language, Sex, Violence, Other ?
Biffy Clyro - Infinity land
Farrah - Me too
Bloc Party – Silent alarm
Benjamin Gibbard / Andrew Kenny - Home EP vol. 5
Lemon Jelly - 64/95
Girls under Glass - - Zyklus
Antony and The Johnsons - I am a bird now
Jennifer Gentle - Valende
The Silencers – Come
Bjorn Berge – St. Slide
Mercury Rev – The secret migration
Maplebee - Chasing Eva
King of Woolworths - Rediffusion
Kilo - Augarten
Midnight Movies - Midnight Movies
Panda Bear – Young prayer
Holly Golightly - Slowly but surely
Maritime – Glass floor
Scarlet Soho - Divisions of Decency - F
Showstar - We are ready
Paul Weller - Studio 150
The Soundtrack of Our Lives – Origin Vol. 1
Emery reel - ...for and acted upon through diversions
Mus - Divina Lluz
Mindless Faith - Momentum
Solvent - Apples & synthetizers
Styrofoam - Nothing 's lost
Leisur::Hive - 3 Ton Edition
Frausdots - Couture, couture, couture
Yakusi - Ibai lehorretan itota
The EX - Turn
Interlace - Imago
French Kicks - Trial of the century
Flesh Field - Strain - VF
Elliot Smith - From a basement on the hill
Vive la Fête - Nuit blanche
Stina Nordenstam - The World is saved
Dependence - Next Level electronics
American Music Club - Love songs for Patriots
Gin Palace - Kicking on
Marianne Faithfull - Before the poison
Gonzales - Solo piano
Pinback - Summer to the abbadon
Within Temptation - The Silent
Burning Brides - Leave no ashes
Rammstein - Reise, Reise
The Jessica Fletchers – What Happened to the ?
Interpol – Antics
Blues Explosion – Damage
Shannon Wright & Yann Tiersen – éponyme
März - Wir sind hier
Luna - Rendez-vous
The Meeting Places - Find yourself along the way
St Privat - Riviera
I'm not a gun - Our lives on Wednesday
The Dears – No Cities Left
The Go! Team - Thunder Lightning Strike
The Music - Welcome To The North
Chumbawamba - Un
Devendra Banhart - Nino Rojo
Avoidance Of Doubt - Science Of The Mind
Ricochets – The ghost of our love
Terranova - Digital Tenderness
The Go Find - Miami
Cobra killer - 76/77
Esoterica - Esoterica EP (VF)
Sundealers - Tears (VF)
Tara Jane O'Neil - You sound, reflect
Rogue wave - Out of shadow
Julian Fane - Special forces
Lilys - The Lilys
McDermott’s 2 Hours u Levellers - Desorder
Flotation Toy Warning - Bluffer's Guide To The Flight Deck
Blue States - The soundings
MAB - Unstable dream
Licky - Mista Big Spenda
Living With Eating Disorders - White Like Snow
Swod - Gehen
Sophya - Dream
Destroyer - your blues
Windsor for the derby - We fight til death
Colour of Fire - Pearl Necklace
Pitchtuner - Spiny lure
Corker Conboy - Six for five
Mike Fellows - Limited storyline guest
Migala - la increible aventura
The High Dials - A new devotion
Josh Ritter - Hello Starling
Christian Kleine - Real ghosts
Rickie Lee Jones - The evening of my best day
The Cure - The cure
Patti Smith - Trampin’
The Bees - Free The Bees
Devil To pay - 30 pieces of silver
The Creekdippers - Political Manifest
Spearmint - A leopard and other stories
The Milk & Honey Band - The secret life of...
Should - A folding sieve
Coastal - eponyme
For Against - Coalesced
Venus Fly Trap - Zenith
PJ Harvey - Uh huh her
The Beta band - Heroes to zeros
Stimulator - Stimulator
Mono - Walking cloud and deep red sky...
Nina Nastasia - Dogs
The Datsuns - Outta sight, outta mind
Tuxedomoon - cabin in the sky
Rachel Goswell - waves are universal
Piano Magic - The troubled sleep of…
The New Year - the end is near
Black forest / Black sea - Forcefields and Constellations
Oomph ! - Wahrheit oder Pflicht
Perry Blake - Songs for someone
Pilot Radio - Antiques
Delays - Faded Seaside Glamour
Mystic chords of Memory - eponyme
Shannon Wright – Over The Sun
Pzychobitch - The Day After
The Divine Comedy - Absent friends
Lali Puna - Faking the books
Joanna Newsom -The milk-eyed minder
Icewater scandal - No Handle
Montana - Bubblegum Love
Sharko - III
Ben Kweller - On my way
Chris Rea – The Blue Jukebox
Gary Jules - Trading snakeoil for wolftickets
Now it's Overhead - Fall back open
The Mountain Goats - We shall all be healed
Blonde Redhead - Misery is a butterfly
Danko Jones - We sweat blood
The Shins - Chutes too narrow
Kate Rogers - St Eustacia
Caesar – Caesar
Her Space Holiday - The Young Machines
Fireside - Get Shot
Stereolab - Margerine Eclipse
Icon of Coil - Machines Are us
Cass Mc Combs - A
Paula Kelley - The trouble with success
Lisa Gerrard / Patrick Cassidy - immortal memory
Aï Phoenix - I’ve been gone - letter one
Peter Blegvad + Andy Partridge - Orpheus, The Lowdown
Penelopes - Inner light
Denali - The instinct
Liars – They were wrong, so we drowned
Sophia - People are like seasons
The Stranglers - Norfolk Coast
Melissa Auf der Maur - Auf der Maur
The Bronx - éponyme
Einstürzende Neubauten - Perpetuum Mobile
Telefon Tel-Aviv - map of what is effortless
Girls in Hawaii - from here to here
Jeronimo - Un monde sans moi
The Soulsavers - Tough guys don't dance
Plan B - Keepsake
The Twilight singers – Blackberry belle
The Servant - the Servant
Sgt.Sunshine
Matt Harding - Commitment
Rhythm Fantasy - World 2003
The Penelopes - Eternal Spring
The Nits - 1974
Desert Sessions Vol 9&10
B.Fleischmann - Welcome Tourist
KMFDM - WWIII
Worm is green - Automagic
Ms John Soda - While talking
Elbow – Cast of Thousands
Rickie Lee Jones – The Evening of my best day
The Forresters - Skindeep
Trespassers William – Different Stars
Pluramon - Dreams top rock
Fort Lauderdale - Pretty monster
And Also The Trees - Further from the Truth
The Creatures - Hai !
Isobel Campbell - Amorino
Philippe Poirier et Stefan Schneider – Automne Six
Explosions in the sky - The earth is not a cold place
Mower - People are cruel
The Ultra Bimboos - Bimboo Wizard
The Flaming Sideburns - Sky Pilots
Dein Schatten - Das Ewige Eis
Fountains of wayne - Welcome Interstate Managers
Mountainers - Messy Century
Lady and Bird - éponyme
The Decemberists - Her Majesty ...
Deep Purple - Bananas
Pepe deluxe - BEATitude
Zeromancer - ZZYZ
Bang gang - Something wrong
Rosie Thomas - Only with laughter can you win
Mondo Generator - A drug problem that never existed
Damien Rice - O
Mojave 3 - Spoon and rafter
Travis - 12 memories
I am Kloot - I am kloot
Placebo - Sleeping with... - Bonus disc
Buck 65 - Talkin' Honkie Blues
Terranova - Peace is tough
Frank Black and the Catholics - Show me your tears
Donna Regina - Late
Lisa Gerrard - Whale rider
Fun Lovin' criminals - Welcome to poppy's
NFD - Break the silence EP
The Eternals - Astropioneers
A Silver Mt Zion - This is our punk-rock
Erase Errata - Other Animals
Cranes - Live in Italy - Submarine
Spiritualized - Amazing Grace
Killing Joke - Killing Joke - VF
Guther - I know you know
Sr Chinarro - El Ventrilocuo de si mismo
Ellen Allien - Berlinette
Broadway project - The Vessel
The Bear Quartet - Ny Vag
Icebreaker International / Manual - Into Forever
Holly Golightly - Truly she is none other
The Postal Service - Give up
Opiate - sometimes
Pleasure Forever - Alter
The Decemberists - Castaway and cutouts
Gothminister - Gothic Electronic...
Tindersticks - Waiting for the moon
Andy Partridge - Fuzzy.Warbles 3 & 4
Michael Yonker's band - Microminiature love
The Robocop Kraus - Living with other people
Dave Gahan - Paper monsters
Hot Hot Heat - Make Up The Breakdown
Yeah Yeah yeahs - Fever To Tell
The Christians - Prodigal sons
The Free French - It's not me, it's you
Martin L. Gore - Counterfeit 2
Jim Moray - Sweet England
Grandaddy - Sumday
Lloyd Cole - Music in a Foreign language
Echoboy - Giraffe
Radiohead - hail to the thief
Stereophonics - You gotta go there to come back
Scala - On The Rocks
AFI - Sing the sorrow
Lemongrass - Skydiver
Marilyn Manson - The Golden Age of Grotesque
Him - Love metal
Senor Coconut - Fiesta songs
Venus - Vertigone
Meanwhile back in communist Russia - My Poison my elixir
Stars - Heart
Evan Dando - Baby I'm bored
Seagull Screaming Kiss her Kiss her - Red talk
Buzzcocks - Buzzcocks
Imperial Teen - on
Alpha - Stargazing
Tegan & Sara - If I was you
Kristin Hersh - The Grotto
Throwing Muses
White Stripes - Elephant
Alpha Jet - Luxe Out (2)
Ministry - Animosity
The Ark - In lust we trust
Burning Brides - Fall of the plastic Empire
Justin Sullivan - Navigating by the stars
Ed Harcourt - From Every Sphere
Massive Attack - 100th window
Stephen Jones - Almost cured of Sadness
McDermotts 2 Hours vs Levellers
Tom Mc Rae - Just Like Blood
Brad - Welcome to Discovery park
Calla - Televise
Minus 5 - Down with Wilco
Dirty Three - She has no strings Apollo
Pascals - Abiento
Timesbold - éponyme
Placebo - Sleeping with Ghosts
Zwan - Mary, star of the Sea
Turin Brakes - Ether Songs
Mariekate O'Neil
Alexander Perls - Storm
Catpower - You are free
Stupeflip - C.R.O.U.
Operator - Welcome in the wonderful world
Mike S.


Haut
LES CHRONIQUES DE 2000 - 2002

A lire aussi sur La Magicbox :


Overbass - Revolucion
Alexis O'Hara - In Abulia
Ben Kweller - Sha Sha
Farrah - Moustache
EMPI - éponyme
The Go-Betweens - bright yellow, bright orange
The Mountain Goats - Tallahassee
Nórd - Le Ciel est la Limite
Sounds from an old country - Compilation
Andy Partridge - Fuzzy Marble vol 1&2
The 45's - éponyme
Jacno - French Paradoxe
Goteki O/S
Mechanical Cabaret - We have an agenda
L'altra - in the afternoon
Michael J. Sheehy – No longer my concern
Joseph Arthur - Redemption son
The Coral - The Coral
Madrugada - Grist
The Datsuns - The Datsuns
The Walkmen – Everyone Who Pretended to Like Me Is Gone
Andy Votel - All ten fingers
His name is alive - Last night
Lupine Howl - The Bar at the end of the world
The Delgados - Hate
Badly Drawn Boy - Have you fed the fish ?
Puressence - Planet Helpless
Murphy's Law
Hooverphonic - Jackie Cane
Calm Street - Third Wave
Moon Orchestra - You'll know when you get
Hawksley Workman - Almost a full moon
The Servant - MAthematics...
Jeff Buckley – Songs To No One, 91-92
Mus - El Naval
Sr.Chinarro -La tapia de perejil
Sternklang - My time is yours
Bellrays - Meet The Bellrays
Miss Black America - God Bless Miss Black America
The Cracker - Hello Cleveland
Liars - They Threw Us All...
The Music - the music
Franck Black and the Catholics - Black letter day / Devils workshop
The Pixies - The Pixies
Filter - Amalgamut
Moby - 18
Nada Surf - Let Go
Interpol - Turn on the bright lights
Coldplay - A rush of Blood To The Head
Cousteau - Sirena
Queen Adreena - Drink Me
Without Face - Astronomicon
Pornorphans - Beyond Good and Evil
Doves – The last broadcast
Oasis - Heathen Chemistry
The Flaming Lips - Yoshimi Battles the Pink Robots
Idlewild - The Remote Part
Weezer - Maladroit
Sleater-Kinney - One Beat
Matthew - Everybody down
Sidonie
Girls against boys - You can't fight what you can't see
James Combs - Please come down
Sulpher - Spray
Windsor For The Derby - The emotional rescue
The Orange Humble band - Humblin' (Across America)
Sneaker Pimps - Bloodsport
Rachel Stamp - Ocean of Venus
Temple of Sound - First edition
Naomi - Everyone loves you
Elk City - Hold tight the ropes
Cast - Beet Root
Do Make Say Think - & Yet & Yet
Thirteen - Magnifico nova
Lloyd Cole - Etc
Zeromancer - Eurotrash
Chokebore - It's a miracle
Meanwhile, back in communist russia - indian ink
Perry Blake - California
Bricophénia : Plum pudding
Maximilian Hecker : Infinite love songs
Destroyer – Streethawk : a seduction
Robots in Disguise
Archive – You All Look The Same To Me
Him - Deep Shadows and Brilliant
Ashley Slater - Big lounge
The Church - After everything now this
Neil Halstead - Sleeping On Roads
The Notwist - Neon Golden
NEIL FINN - One nil
Pinback - blue screen life
MY DYING BRIDE - 34.788%…Complete
KARMIC JERA - Zombies, Dolls and Go-Go girls
Lasse Lindh – you wake up at sea tac
BEN & JASON - Ten songs about you
THE MISSION - Aura
YONDERBOI - Shallow and Profound
Natalie Merchant – Motherland
GENE – Libertine
CrackOut – This is Really Neat
IDAHO - Levitate
Static - X
Bush - Golden State
Hawksley Workman - The delicious wolves
SING SING
Radiohead - Live Recordings
Spearmint
Starsailor
Shannon Wright
PULP - We Love Life
Seafood
Simian
The Strokes - Is This it
Ben Christophers – Spoonface
Richard Hawley
REM
My VItriol - Finelines
Philip Kane - Media Gurls
Sulpher - Spray - VO
Mercury Rev - All is Dream
Muse – Origine of symmetry
Zita Swoon – Life= A Sexy Sanctuary
Elbow – Asleep in the Back
Tool – Lateralus
Terrorvision – Good to Go
Depeche Mode - Exciter
Madrugada - The Nightly Disease
The Superheroes - Igloo
Stereophonics - Feeder - Manic Street Preachers
Nick Cave and the bad Seeds - No More Shall We Part
Rammstein - Mutter / Downfall - Mein Selbstzerstörung
Alabama 3 - La Peste
Tom Mc Rae - Eponyme
Mike S.


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox