La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD Etranger



Destroyer - Streethawk : a seduction
2002 - 12 titres - 43'55
Genre : Electro-pop
Label: Talitres records /poplane
Sous le nom de Destroyer se cache en fait Daniel Bejar, le leader de The New Pornographers. Si vous ne le connaissiez pas, c’est normal ; le canadien n’a pas encore trouvé beaucoup d’échos chez nous. Ce quatrième album fait donc figure de séance de rattrapage. En résumé, la première impression qui vient à l’esprit est celle d’un Bowie qui aurait rencontré Pavement, le premier pour les compositions ( « the sublimation hour » tout droit sorti des années 70) et les seconds pour la production plus low fi. Même si à la guitare folk, panoplie habituelle du songwriter, Bejar adjoint un piano droit, très bastringue. Et puis surtout il y a cette voix, nasillarde, originale, un timbre qui doit autant à Dylan (le premier « streethawk
aurait pu être écrit par le grand Bob) qu’ à Billy Corgan ou à Brett Anderson. Vous imaginez le mélange ou en tout cas, vous essayez ! Cela donne une vrai personnalité à ce songwriting par ailleurs assez classique. Que retenir ici ? « Virgin with a memory » à la beauté simple qui retrouve l’essence d’un folk américain de bonne facture. Le Canada n’est pas loin de l’ouest américain. La longue montée de « The bad arts » et sa guitare claire. L’efficacité de « the very modern dance » où la voix de Daniel se métamorphose en celle de celle de Brett de Suede et où le piano rappelle étrangement Supertramp. La fin de « Street hawk II », plate-forme de lancement idéale pour les étoiles. Quelques moments de magie dans un monde conventionnel.
Denis Z.
Retour


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox