La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD Etranger



PJ Harvey – Let England Shake
2011 - 12 titres – 39’48
Style : Folk Rock
Label : Island


Note : 8,5/10

A peine deux ans après son précédent album (A Woman A Man Walked By - avec John Parish), Polly Jean Harvey revient avec ce qui est son 10e album studio. On peut dire qu’elle maintient le cap avec la rigueur d’un métronome, avec quasiment un album tous les deux ans, fêtant au passage ses 20 années de carrière, du haut de ses 42 ans en octobre prochain.
Malgré la relative violence de son titre, Let England Shake, ce nouvel album censé faire trembler l’Angleterre, risque à peine de faire danser ses habitants. En effet, malgré la déclaration d’amour qui en résulte, l’album conserve la noirceur et la mélancolie chronique de ses précédentes productions. N’attendez donc aucun séisme musical, il n’y en a pas. Par contre, une fois encore, PJ nous livre des titres d’une belle musicalité, navigant entre folk et rock, sans jamais s’arrêter véritablement sur un genre ou un autre. C’est un peu sa marque de fabrique depuis Is This Desire, faisant regretter peut-être pourtant parfois ses coups de gueule qui remplissaient les piste de Dry et de Ride of Me.
C’est sans doute la maturité qui fait mettre la violence dans ses mots et non plus dans ses orchestrations. Et des titres comme The Words That Maketh Murder, Hanging In The Wire, England, On Battleship Hill… devraient permettre aux anglophones de faire le plein d’adrénaline.

Pour autant, cet album, comme je l’ai dit est aussi une véritable déclaration d’amour pour un pays qui a pourtant mille fois versé le sang de son peuple. Sur le dernier titre, on écoute avec beaucoup d’émotion : Nothing more than a pile of bones, But I think of him still… The colour of the earth that day, It was dull and browny red, The colour of blood, I'd say… . Ces quelques mots résument en fait assez bien l’atmosphère générale qui règne sur cet ambigüe et troublant album.
Petit bémol sur le pourtant tres bon et tres entrainant single The Glorious Land : mais pourquoi ce clairon qui sonne la charge sans cesse à contre temps…
Qu’importe, voici un album dont la charge émotionnelle imprègne chaque vers, chaque mot, et si ce devait être le dernier album de Polly Jean, on peut imaginer que son épitaphe est maintenant écrite (et chanté un peu à la manière de Bjork, tient, tient) : I live and die through England, To you, England, I cling, Undaunted, never failing love for you England. Une véritable déclaration d’amour pour un pays qui en a châtié plus d’un !
Et une belle démonstration du talent toujours aussi intact de la songwriteuse anglaise. L’émotion à fleur de peau est une fois encore au rendez-vous.

Site/Myspace

Mike S.
Retour


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox