La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD Etranger



Edible Woman – Everywhere at once
2010 – 9 titres – 30’

Style : Hardcore vs Psyché
Label : Sleeping Star

Note : 6,5/10

L’heure est aux groupes barjots. Celui-ci nous vient d’Italie et en est à son quatrième album. La courte intro A slightly Shifted, rappelant Moonlight drive des Doors, nous met sur la voie, attention ce groupe est « spécial ». Pourtant, on est loin de se douter de la suite que nous réserve les Italiens. Le groupe de Jim Morrison et sa folie créatrice restera une influence majeure mais Edible Woman en sera la version « j’ai mis les doigts dans la prise ». Le groupe Italien est aussi hardcore et sa musique aime les confrontations musclées mais ici orgues et claviers remplacent le plus souvent les guitares, ce qui fait d’Edible Woman un cas presque unique d’hardcore psychédélique. Le groupe est néanmoins moins extrême que les furieux An Albatross, expérience souvent limite dans la musique. Les Italiens aiment aussi s’attacher à l’écriture de vraies pop songs, une évolution par
rapport aux trois albums précédents due à l’arrivée de Luca Giomi, un chanteur, dans l’univers de Edible Woman. Le meilleur exemple de cette nouvelle aspiration fondamentale est donné par Goran Sarajlic où bien que maltraitée, une jolie mélodie arrive à prendre sa revanche sur les moments plus sauvages du disque. De même, sur The Shadow o f doubt où la mélodie vocale se fraye un chemin entre une guitare et un orgue qui s’emballent. Après une furie inaugurale, A Small space odissey se clos sur une mélodie flottante à la Pink Floydienne. Everywhere at once est écrit autour d’une vraie ligne de chant toujours sous la menace d’une rythmique bancal et de sonorités hardcores qui ne demandent pas mieux à exploser. Derrière les orgues ricanent. Edible Woman doit aussi bien s’amuser à déplacer tous nos repères.
site
Denis Z.
Retour


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox