La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD Etranger



Elton Junk - Loophole
2010 – 11 titres – 45’

Style : rock/folk
Label : Forears / import

Note : 6/10

Le nom évoquerait une version déjantée d’Elton John. Mais le groupe Italien est bien loin de cela, de la star anglaise à moumoute et d’un quelconque groupe de fous furieux. Elton Junk est un groupe calme ne laissant sortir la bête du rock sur le final bruyant de The Beast called Rock and Roll. Dans sa musique, le groupe hésite entre le respect de grands anciens et le détournement à des fins personnels des formes classiques d’un certain folk/rock buriné. On pourrait les voir ainsi comme la version transalpine des Espagnols de Migala. En moins bon mais pas en inintéressant. Le groupe chante en italien et en anglais (avec fort accent) et s’inspire souvent de Nick Cave et même d’artistes plus classiques rock and folk comme Bruce Springsteen (All along the horizon tout en frémissement essaye de faire vibrer la même corde sensible qu’I’m on fire) ou Dire Straits le temps de la pochade Particular Skills
(leur Walk of life à eux, particulièrement éprouvant pour le coup). Sans le savoir, il rappelle aussi Louise Attaque avec un violon venant souvent distiller son vague à l’âme (Del Miele). Il y a de bons titres sur Loophole comme Al fiume où le groupe greffe sur une rythmique entêtante des guitares claires et un chant en italien naturellement lyrique. Il y a aussi le fin Leri ho mangiato la strada qui choisit une vision parallaxe pour distiller sa mélancolie. Sous-tendu par une trompette et un trombone, le titre fait mouche et traine derrière lui une profonde émotion. Sur Summer, Andrea Tabacco, chanteur-guitariste d’Elton Junk, endosse le costume du caméléon Jim Morrison : l’habit est quand même trop grand pour lui mais le morceau obsédant, changeant voire torturé marque néanmoins les esprits dans le bon sens. Un peu à l’image du disque, des moments réussis, d’autres moins.
My Space
Denis Z.
Retour


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox