La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD Etranger



Seeland – How to live
2010 – 10 titres – 43’

Style : synthé pop retro futuriste
Label : Loaf / La Baleine

Note : 8/10

Rappel des faits : Seeland est un duo britannique composé de Billy Bainbridge et de Tim Felton. Chacun avait précédemment marqué le paysage électro-pop britannique avec son groupe respectif, Plone pour le premier, Broadcast pour le second. Avec le bien-nommé Tomorrow's today, Seeland avait apporté une pierre non négligeable à un édifice pop retro-futuriste en pleine construction. Le nouvel opus, How to live, consolide les acquis du précédent et lui apporte une profondeur accrue. La bâtisse doit d'être vue en 3 dimensions. Chez Seeland, on remarque d'abord la forme : une voix doublée et filtrée, des synthés analogiques, des boîtes à rythme fraichement sortis d'une synthé-pop légère. C'est le cas sur Black dot, white spider titre à l'urgence guillerette qui débute l'album sur une note positive. Mais cet aspect des choses ne représente que la façade de la musique de Seeland. Il convient d'aller plus à fond dans l'exploration du duo et d'entrer à l'intérieur pour en apprécier la vraie dimension. L'accumulation des niveaux faits de différents instruments entremêlés (et dès lors pas que synthétiques) pousse l'auditeur dans un monde psychédélique où l'onirisme n'est jamais loin.
Et puis, ce traitement et ses sonorités synthétiques sauvent le groupe de toute lourdeur de ton, d'un pathos trop lourd. L'aspect artificiel presque plastique crée un prisme qui fait appréhender la musique de manière plus légère. Dès lors, Been so long et sa mélodie de berceuse ne tombe pas dans la niaiserie mais se révèle juste touchante. Armour reprend le spleen boudeur d'une pop années 60 mais passé par les mains expertes de Seeland devient un magnifique virée psychédélique. Sur Cardinal, on oublie tout l'attirail synthétique pour ne plus ressentir que le travail d'orfèvrerie pop, ici à son apogée. Sur How to live, il y a des friandises pop à déguster dans une fusée haute en couleurs (Local park) ou sous un soleil de Californie au XXIIe siècle (Afterthoughts). Mais il y a aussi des mélodies mélancoliques qui derrière les arrangements chatoyants révèlent des trésors d'émotions insoupçonnés. Cette ambivalence de ton fait toute la force de l'album et exprime des sentiments contraires au sein d'un même titre. Ajoutez à cela des emprunts à Cure ou à New Order (la basse de How to live) et vous avez un album qui prend un peu des années 60 à aujourd'hui et qui dans une version revisitée, fait de la grande musique bien d'aujourd'hui (à placer entre Mellow et Beta Band). Divertissante en apparence, riche dans sa substance.
Site
Denis Z.
Retour


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox