La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD Etranger



Tape Tum – The night we called it a day
2010 – 9 titres – 46’

Style : Pop moderne / electronica
Label : Kimi records / La Baleine

Note : 9,5/10

En autres hauts faits d’armes, les Belges de Tape Tum ont participé à une compilation Domino pour l’incontournable magasine Wire (ça c’est pour le côté possiblement hype). Ce même duo est soutenu par les légendaires post-rockeurs de Tortoise (ça c’est pour le côté « crédibilité maximale »). Vous l’avez deviné la musique de Benjamin et Lieven Dousselaere sera donc moderne, dans de (rares) moments dissonante, dans d’autres marqué par le jazz atmosphérique. Quand on a dit ça, on a tout et rien dit : on ne commence qu’à entrevoir les arrangements mais sans en avoir effleuré la substance, c'est-à-dire les compositions de Tape Tum. Un morceau nous éclaire sur les fondements mélodiques du duo belge : Safety est un morceau porté par la pop mordorée des Beach Boys ou la folk hippie d’America ou plus récemment Iron and Wine. Le titre à la beauté nue a le mérite d’être présenté tel quel. Ce qui ne sera pas le cas du reste de l’album : Tape Tum aime triturer le son, déstructurer ses morceaux, être en permanente évolution, mettre des filtres et des effets sur ses instruments.
Il pratique aussi l’art du collage et use (sans abuser) de programmations electronica un peu tordues et des claviers analogiques qui favorisent les basses profondes. On pourrait craindre que tout cela dénature la beauté originelle, que ce soit lourd et destructeur. Eh bien non, la musique passée par ce prisme moderne s’en trouve au contraire sublimée. Il faut dire que les voix sont de velours, que les guitares acoustiques ou électriques restent graciles en toute circonstance. Le duo a dans sa manche deux atouts maitres : des cordes et des cuivres qui viennent par moments élever le débat et magnifier la musique comme autant de bouffées d’air pur ou des envolés d’émotions pures. A ce titre, Tell me something touche au sublime. Avec ses cuivres sourds, son piano de concert et ses accords jazz, le Yepepe s’apparente à un voyage magique une nuit de pleine lune. Avec tout son attirail, Tape Tum parvient à tirer des œuvres à fort contraste (l’instrumental Marlene) ou des morceaux en forme d’aquarelles (Wheelchaired). Quelle maestria pour un groupe à ranger avec Grizzly Bear, Animal Collective ou Hood.Sur l’étagère du haut. Très haut.
Site
Denis Z.
Retour


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox