La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD Etranger



The Wave machines - Wave if you're really there
2010 – 10 titres – 39'

Style : Pop
Label : Neopolitan / Guess What / Warner

Note : 8/10

Il y a des moments où il est bon de revenir à des plaisirs simples. Un bon album de pop, c'est parfois un album qui vous met juste en joie et vous file illico presto un sourire aux lèvres. Et si en plus, ledit album se trouve parfaitement composé, judicieusement arrangé, on se dit "que demande le peuple" ! The Wave Machine, quatuor venu d'un Liverpool qui en a vu d'autres, appartient à cette belle lignée et procure un bénéfique double effet kiss cool. D'abord, on prend un pied d'enfer avec des chansons fun et catchy comme le disent si bien les Anglais. Et après, on se rend compte de la justesse de mélodie qui fait de The Wave Machines des compositeurs aussi fins qu'Andy Partridge d'XTC. Notre quatuor a pour lui l'air de ne pas y toucher et d'avoir des ambitions formelles toutes relatives et donc de surprendre agréablement au fil de l'écoute. Le terreau du groupe se trouve bel et bien dans une pop new wave années 80, musique populaire s'il en est, qui fait par exemple de I go I go I go ou The Line des titres électro-pop minimalistes et ludiques dans la lignée des cultissimes Tom Tom Club. Les machines annoncées sont bel et bien là mais sans la volonté toutefois d'en mettre plein la vue et de tout écraser sur son passage avec des sons énormes.
D'où ce côté légèrement désuet d'une pop s'acoquinant avec délectation avec des synthés frais et jouisseurs de vie. Après, en véritables anglais de la composition, le groupe ajoute volontiers un certain lyrisme à ses morceaux sans tomber dans l'excès de sucre ou de pathos ( Wave if you're really there proche de The Servant mais en mieux). Le chevaleresque The Greatest escape ever made, enlevé comme une attaque d'Indiens dans une plaine synthétique, ouvre la musique du groupe sur de plus grand espaces. Comme Vampire Week-end, ils n'ont pas peur de confronter leurs mélodies pop à des rythmiques des Caraïbes (The Line). Ils peuvent aussi se permettre de diluer I joined the union dans des essences indiennes pour un résultat qui ondule gracieusement au fil de l'eau. A y écouter de plus près, The Wave Machines a surtout l'ambition de faire une belle musique, émotionnellement touchante. On retrouve ce penchant en germes sur tout l'album dans les accents d'un chanteur inspiré ou dans des arrières plans plus mélancolique. L'apothéose arrive avec Dead Houses, où guitare, basse saccadée et clappement de mains viennent donner un affect dramatique à la musique. Croyez moi le nom de ce groupe là sera bientôt sur toutes les lèvres.
Site
Denis Z.
Retour


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox