La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD Etranger



The Besnard Lakes - are the roaring night
2009 – 8 titres – 46'

Style : Shoegazing psyché
Label : Jagjaguwar / Differ-ant

Note : 8/10

Après avoir été un cheval noir (are the dark horse), The Besnard lakes fait désormais rugir la nuit. Les Canadiens ont l'art de trouver des titres d'album originaux. La musique n'est pas en reste. On pourrait considerer ce nouvel album dans la droite ligne du précédent comme le champ de bataille entre des éléments contraires et non moins complémentaires. En effet, The Besnard Lakes fait cohabiter l'aérien d'un rock psychédélique éclairées par des mélodies pop, mais plombe le tout par les terrestres guitares du shoeagazing. Le lieu de rencontre des ces différentes forces a de quoi provoquer un incendie digne de la pochette. A moins que ce ne se soit là l'explication du titre de l'album et du rugissement annoncé. Le diptique Like the ocean, like the innocent donne le ton : une musique propre à vous élever davec ces voix harmonieusement doublées mais avec un horizon chargé d'électricité et un ciel dense.
On est près à planer mais The Besnard Lakes nous retient bien au sol par des solos flamboyants ou une rythmique de feu et des guitares dégoulinantes (Glass Printer lorgnant carrément du côté de My Bloody Valentine). Cela pourrait devenir un peu lourdingue par moments, le groupe se complaisant dans un vrai épanchement romantique échevelé (Light up the night). Cela pourrait sonner un peu trop rock "à la papa" (le côté Pink Floyd et même Alan Parson Project) aussi. Et pourtant, les Canadiens arrivent à nous tenir en haleine, à susciter l'attention et la tension : le direct And this is what we call progress devient même un hit accrocheur et ramassé sur lui même. Sur la fin de l'album et The lonely moan, voix et guitares deviennent progressivement vaporeuses et la rythmique cotonneuse : après l'incendie, tout s'envole en fumée, comme un phénomène physique évident auquel The Besnard Lakes souscrit bien volontiers.
Site
Denis Z.
Retour


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox