La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD Etranger



Andrew Bird – Noble Beast
2009 – 14 titres - 54’16
Style : Folk
Label :
Fat Possum Rec/Bella Union


Note : 9/10

Du haut de ses 35 printemps, Andrew Bird profite d’avoir toujours le vent – et les médias – en poupe, pour sortir un nouvel album, Noble Beast, le second sorti sur le label Fat Possum Record, mais le 5e de sa carrière solo.
Pour cette nouvelle production, Andrew Bird ne prend pas au dépourvu. Bien au contraire, il ressert les mêmes ingrédients, en proposant 14 ballades folk, low-fi, sur lesquelles l’artiste a passé 5 mois, entre Nashville, Chicago et Minéapolis, à travailler les mélodies, les orchestrations, les arrangements, pour qu’une fois encore – cela devient presque lassant -) – on puisse dire à nouveau combien Andrew bird nous fascine.
Et effectivement, il nous fascine, tant sa musique semble facile. Mais est-ce bien le mot Facile ? Efficace et ensorcelant seraient plus appropriés en réalité. Car, d’une grande sobriété, la musique de Noble Beast, n’en est pas moins riche dans son orchestration, additionnant des violons, des guitares et des claviers. Qui plus est, la voix d’Andrew Bird reste la pièce maitresse de cet album, hantant chaque titre, comme pouvait le faire en son temps Jeff Buckley, et faisant de chaque titre, un moment d’exception, poussant au respect et au silence absolu.

Difficile de distinguer quelques titres, sans prendre le risque de faire une ombre injustifiée aux autre titres, mais pour vous aider à vous approprier une œuvre qui pourrait bien devenir majeur, dans la discographie d’Andrew Bird, et peut-etre même de l’année 2009, distinguons ce Masterswarm, et son dialogue entêtant entre une voix chaleureuse et un violon émancipé, une guitare discrete et un sifflotement familier. Notons aussi la présence de cette énigmatique Not a Robot, But a Ghost, qui répète frénétiquement, « I crack the codes, I crack the codes that end the war ».
Si vous n’êtes jamais allé voir Andrew Bird en concert, réparez vite cette erreur, ce ne sera que plus facile pour apprécier ce nouvel album, tant le bonhomme hypnotise son auditoire, partout où il passe.
Un ange passe, l’oiseau rare est de retour ! En Noble compagnie.

www.andrewbird.net

www.myspace.com/andrewbird

Mike S.
Retour


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox