La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD Etranger



Headless heroes – The silence of love
2008 – 10 titres – 33’40

Style : pop
Label : Fargo / Discograph

Note : 8/10

Quand on trouve une belle voix, on ne rate pas le coche. C’est ce qu’on dut se dire Eddie Bezalel et Hugo Nicholson en découvrant Alela Diane. Les deux producteurs avaient dans l’idée depuis longtemps d’initier une série d’albums de reprises de chansons n’ayant pas eu le succès mérité à l’époque de leur sortie. Vœu pieu de la part de 2 fous de musique qui aiment travailler à l’ancienne. Bezalel et Nicholson aidés par le DJ David Holmes ont choisi les titres, les musiciens et après en sont restés à leur rôle de producteur. Ils ne jouent pas sur le disque, comme dans les années 60 où certains producteurs étaient plus fameux que les artistes qu’ils produisaient (pensons aux productions Phil Spector, Lee Hazelwood…). Les arrangements mais aussi les instruments rappellent les années 60 où l’on préfère user d’un orgue, d’un piano, d’une trompette que d’un clavier.
Cette patte musicale permet de faire de reprises hétéroclites un album homogène. Alela Diane apparaît comme la digne héritière de ces égéries des années 60, une Nancy Sinatra nouvelle génération. La track list parlons-en, faîte de choix évidentes (Here before de Vashti Bunyan, voire Nobody’s baby now issu de la période crooner de Nick cave), de vraies découvertes (la palme revenant à Linda Perhacs et son magnifique Hey, who really cares ; mais il y aussi le blues de Juicy Lucy qui dévient aussi hypnotique que le chant des sirènes) et des surprises. On n’attendait pas forcément là entendre le folk dépressif du culte Daniel Johnston se lover dans un écrin luxueux. Ni retrouver un titre des rockeurs Jesus and Mary Chain, Headless heroes montrant que derrière les guitares dégoulinantes et les larsens, il y a bien un cœur pop qui bat. Le cahier des charges est donc respecté et même plus que ça, The silence of love pourra enchanter quelques moments de votre vie.
site Fargo
Denis Z.
Retour


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox