La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD Etranger



Atlas sound – Let the blind those who can see but cannot feel
2008 – 14 titres – 50’00

Style : Comme dans un rêve
Label : 4AD / Naïve

Note : 9/10

L’histoire de Atlas Sound ressemble un peu à celle de Okay, autre miraculé de la musique. Victime d’une maladie rare, Bradford Cox, alors adolescent, est contraint de passer du temps dans sa chambre. Il trouve en la musique le moyen de s’évader et un moyen d’expression tout personnel. Il se crée un nom : Atlas sound avant de former un vrai groupe. Deerhunter a eu son petit succès d’estime mais Cox revient aujourd’hui à un projet solo, reprenant son nom d’artiste d’origine. C’est dire si ce disque doit être important pour son auteur. Et si l’histoire de Cox est touchante, son album l’est encore plus. Let the blind… est un rêve tout éveillé où les machines, les instruments divers et variés (harpe, orgue, marimba...), les objets du quotidien se fondent dans une même énergie douce et contemplative. Cox semble cherchait la lumière à tout pris.
D’ailleurs, on a parfois le sentiment de cligner en regardant le soleil en face (small horror), un scintillement sonore qui va au-delà du shoegazing et de ses guitares qui frisent, au-delà de l’electronica germanique façon Tarwater ; au-delà même de la new wave désincarnée façon New Order et de ses basses appuyées. Quelques pas de danse esquissés mais avec un minimalisme de poète joliment fainéant (est-ce des verres qui dansent sur Guarantined, un cœur qui bat qui donne le rythme de Winter vacation ?) et tout un monde artificiel recomposant une nouvelle nature. Tout pourrait sonner durement, avec fracas même mais Atlas Sound déroule sa musique dans un demi-sommeil, un monde entre réalité et onirisme où tout devient cotonneux à l’instar de la voix évanescente de Bradford Cox. Est-ce un Brian Wilson post-adolescent ou post-apocalypse ? On hésite entre les deux mais de toutes les manières, on fond de plaisir.
Myspace
Denis Z.
Retour


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox