La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD Etranger



Jimme O’Neill - real
2008 – 15 titres – 63’

Style : folk pop
Label : Keltia

Note : 7/10

On n’attendait pas grand chose du premier album solo du leader des Silencers. Le groupe écossais interchangeable autour de son chanteur-guitariste avait donné son meilleur à ses débuts avec un Painted Moon encore estimable aujourd’hui, avant de ne devenir qu’une bande de troubadours joviaux. O’Neill avait même intégré sa propre fille dans le groupe, deux générations d’écossais pur jus tout heureux de pouvoir mettre le feu à un fest-noz. Dégagé de toute pression commerciale et fort d’une carrière riche en succès public, le francophile Jimme O’Neill a trouvé en Bretagne la structure – on pourrait même dire le foyer – qui lui donne envie de faire aujourd’hui un disque solo. Cha Burns, l’ami guitariste de toujours, est cité dans les crédits et doit rester le guide spirituel mais il n'est pas là...
O’Neill, aidé par quelques potes musiciens, fait un album qui lui ressemble : simple et généreux. Des chansons sans ages, traditionnelles dans ce qu’elles dégagent et une écriture qui puise dans la folk, le blues et la pop sa force intérieure. Avec simplicité, ces petites chansons accèdent à une certaine profondeur (Gypsy), à l’instar de classiques des grand anciens. Dans un grand mouvement fraternel, O’Neill vogue jusqu’aux USA (Dark extasy), cite Johnny Cash en ouverture, avant de revenir vers de ce côté-ci de l’Atlantique. It’s you a même un petit côté Beatles, ce qui peut valoir de crime de lèse-majesté auprès d’un Ecossais. Dans cette musique intimiste avec cette guitare acoustique lumineuse, on se dit que cet album est bel et bien celui du Real O’Neill.
Denis Z.
Retour


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox