La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD Etranger



Patrick Watson – Close to Paradise
2007 – 13 titres – 49’45

Style : In-con-tour-na-ble
Label : Secret city records / V2

Note : 9,5/10

Attendu comme le loup blanc depuis déjà quelques temps déjà , Patrick Watson débarque enfin de son refuge au Canada, faisant un détour par la Route du Rock pour arriver dans les bacs un mois plus tard. Pour l’instant, nous n’avons droit qu’à Close to Paradise, son deuxième album. Mais au vu l’engouement justement suscité, il y a fort à parier que le premier Just another ordinary day, sorti en 2003, ne suive rapidement. Car, ce Patrick Watson est somme toute assez génial. Sa voix, aux accents aussi beaux que ceux de Jeff Buckley, garantisse déjà à l’auditeur quelques frissons. Pianiste talentueux, il démontre son amour pour Satie et Debussy sur Mr Tom. On ne serait pas étonné qu’un jour, il ne sorte un Solo piano à la manière de Gonzales. Il en a le talent pour. En attendant, non content de jouer sur ses aptitudes naturelles, le Canadien tisse un monde bien à lui, à la manière d’un Tim Burton musical (Daydreamer a d’ailleurs un côté Danny Elfman). Il ne peut pas s’empêcher de rajouter des éléments à ses harmonies initiales : The storm commence voix / guitare acoustique comme une bel épure de folk mais déjà un thérémine vient tirer le morceau du côté du mystère ;
avant que des chœurs féminins puis une orchestration dégingandée ne vienne rendre carrément onirique l’écoute. Ce qui est fort, c’est que l’on ne perd jamais la pureté initiale. Watson est un vrai alchimiste, arrivant à mélanger des éléments disparates pour en faire un élixir coulant dans les gosiers avec délectation. Tout semble penser avec le plus grande précision, des arrangements en générale faisant une part belle aux instruments acoustique ; des sons de guitares Pink Floydien ; des habillages électroniques en filigrane qui ne font pas tapisserie mais n’étouffe rien du plaisir musical. La musique de Patrick Watson n’est pas ésotérique non plus et seulement appréciable par des esthètes et mélomanes. « La beauté touche tout le monde » comme dirait l’autre. Watson aide même les plus fermés en proposant même des possibles singles de grande tenue, ne bradant nullement la musicalité de son auteur (Giver et Luscious life comme un titre de Buckley dans un écrin orchestré et Luscious life, toutes guitares dehors et touché par la Grace). Dans 10 ans, on écoutera encore Close to paradise avec des trémolos dans la voix. Ah ce Patrick Watson !
Site
Denis Z.
Retour


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox