La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD Etranger



Electrelane – No shouts no calls
2007 - 12 titres – 47'10

Style : Indie pop-rock
Label : Too pure / Naïve

Note : 7/10

Après le pétard mouillé Axes, radicalisation de leur musique, encensé par les uns, honni par les autres, on pouvait se demander dans quelles directions allaient se réfugier les 4 de Brighton. Géographiquement à Berlin (là où elles ont enregistré ce qui est leur 4e album) et musicalement vers plus de pop. Electrelane n’en oublie pas la rudesse de sa musique, faîte de guitare nerveuse ou lourde et de basse juteuse ainsi que la possibilité de partir en live (Between the wolf and the dog, Five). Mais le groupe se remet à écrire de vraies chansons et à vouloir arrondir quelques angles. Ce retour à plus de douceur ne se fait pas au détriment de la personnalité du groupe. Bien au contraire, il fait cohabiter tempérament sanguin et séduction féminine. Une dualité toujours intéressante qu’avait
si bien maîtrisé Lush à son époque (After the call, At sea). Les morceaux les plus marquants sont bien Berlin, Saturday, où Electrelane dévoile quelques uns de ses charmes, tout en restant pudique : un bout d’épaule, une courbe de nuque, transcrits musicalement par un violoncelle ou un piano caressant. Les Anglaises ressortent aussi leur batterie de claviers, Farfisa en tête, qui les font ressembler à Stereolab (The Greater times). La voix de Verity Susman, on l’avait presque oubliée après Axes, évoque grandement celle de Laetitia Sadier, entre fausseté (parfois pénible il faut le dire) et détachement aristocratique. Electrelane a peut-être trouvé son bon équilibre.
Denis Z.
Retour


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox