La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD Etranger



Brett Anderson – Brett Anderson
2007 – 11 titres – 38’30

Style : Pop - Crooner
Label : V2

Note : 5.5/10

Ayant versé ses dernières larmes de séparation d’avec The Tears, c’est à grand renfort de (faux) violons et de piano que Brett Anderson poursuit sa route, pour la première fois de sa carrière en solo.
Eponyme, le premier album de Brett Anderson s’ouvre sur le single Love is Dead évocateur mais larmoyant. La recette est très (très) éprouvée. Elle rappellera pourtant aux plus accros des fans les premières heures de Suede, et certains She’s Dead ou He’s not dead. Il en sera de même du Dust and Rain, qui démontre ici combien Brett est encore capable, même seul !
En quête de sa propre identité, Brett multiplie sur cet album les tentatives de faire apparaître une émotion à travers ambiances et arrangements pompeux. On se demande alors que sont devenus les mots qu’il savait alors mobiliser pour décrire ses propres émotions et ses maux si personnels. La réponse pourrait se trouver dans The More We Possess the Less We Own of Ourselves, mais là encore, c’est l’esprit musical bolchévique qui l’emporte sur le verbe, et la forme sur le fond. Song for My Father, en bout de course, tente une dernière fois d’apporter une authenticité à cet album solo qui se doit d’être intime. Mais sans succès…

Pourtant, tout avait commencé avec Still Life en 1994. Brett Anderson, fort du succès du premier album de Suede s’était payé un orchestre à corde pour ce titre, resté dans le carton du premier album. Mais alors, son album solo se voudrait-il une version longue de Still Life ?
L'émotion n’a vraiment pas besoin d’une horde de violons synthétiques et plaintifs ! Courant apres un succès qu’il a longtemps regretté, Brett Anderson offre ici l’album d’un vieux chanteur has been aux abois.
Mais pour être Has Been il faut avoir été ! Laissons-le déprimer encore quelques temps, et il nous offrira le meilleur album de sa carrière, juste avec sa voix (qui reste) d’exception et une guitare acoustique !
Un album bien trop propre pour être sincère !
www.brettanderson.co.uk

A lire aussi :

The Tears – Here come the tears

Mike S.
Retour


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox