La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD Etranger



Christina Rosenvinge – Continental 62
2007 – 11 titres – 45'51

Style : Le feu sous la glace
Label : Smells like record / Differ-ant

Note : 8/10

Avec Christina Rosenvinge, tout est question de distance. De loin, l’Espagnole de naissance, Danoise d’origine, avec son physique d’hôtesse de l’air, propose une musique bien sous tout rapport, parfois un peu jazzy, parfois un peu folk, parfois un peu bossa (Quien me perra ? qui évoquera les regrettés Le Mans). Bref, le genre de chanteuse qui verra le quadragénaire employer l’expression toute faîte « de bon goût ». Rosenvinge sera hâtivement rangé entre Lisa Ekdhal, Charlotte Gainsbourg et Claudine Longet ou tout autre icône pop des années 60 (A liar to love). Toute est question de distance et la jolie blonde, à y regarder, de plus n’est pas si consensuelle que ça, si douce et si figée dans une posture impeccable que l’on pourrait imaginer. Les choses sont indicielles, subtiles et une simple dissonance vient noircir fort à propos la douce quiétude de Continental 62.
Un certain malaise Lynchien transparaît derrière l’élégance. Comme un Blue Velvet musical. Emporté dans le tourbillon de Tok, tok (un titre que n’aurait pas renié jack the Ripper), l’angélique Christina, cousine de Stina Nordenstam devient subitement étrangement perturbée. Pour une fois, le cabaret révèle le vrai visage de ses personnages. White hole installe même la chanteuse dans la tradition un peu pouilleuse des chanteuses country-folk. Le titre plus rugueux mais tout aussi classe (même dans la « ferme Célébrité », Christina aurait gardé son aura de princesse) rappelle plus que les autres que Continental 62 bénéficie de la présence de Steve Shelley (la chanteuse est carrément signée sur son label), Lee Ranaldo et Tim Foljahn (bassiste sur les premiers Catpower). On doit sans doute à ceux-là et à d’autres d’avoir tiré un peu plus Christina Rosenvinge du côté des ténèbres.
Denis Z.
Retour


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox