La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD Etranger



The Walkmen – A hundred miles off
2006 - 12 titres – 41’50

Style : Bob Dylan revisited
Label : Talitres / differ-ant

Note : 7/10

A l’heure du troisième album des Walkmen, nous n’évoquerons plus le passé de Jonathan Fire eater. A hundred miles off revisite un peu l’histoire du rock : il est impossible de ne pas penser à Bob Dylan en écoutant la voix de Hamilton Leithauser, une filiation qui nous saute aux yeux. Et pourtant dès la première minute trente de la country folk de Louisiana (titre qui jusque là aurait pu sortir de blonde on Blonde, The Walkmen affirme son décalage en y ajoutant des cuivres mariachis. Car A hundred miles off est ainsi fait : là c’est « Bob Dylan chez Calexico », un peu plus tard, ce sera « Bob Dylan à Seattle chez Nirvana » (Tenley town), « Bob Dylan version col pelle à tarte et chemise à jabot » (Another one goes by) et carrément
régulièrement « Bob Dylan au CBGB début 80 » (ce qui équivaut à dire version post-punk, new wave à guitare) The Walkmen mérite pleinement son nom : un groupe qui marche beaucoup entre les villes et les époques en trimballant toujours sous le bras son héros mythique, Bob Dylan (pour Hergé c’était Tintin). Et ils ont dû en faire des kilomètres ! Là, je semble me moquer mais ces possibilités d’accommodement offrent de sacrés bons titres (Danny’s at the wedding et ses guitares Interpol-iennes). On peut être sur la longueur réfractaire à la voix nasillarde et éraillée d’Hamilton (comme pour Bob d’ailleurs). Mais le chanteur y met tout son cœur, toutes ses tripes arrivant même à rendre à saturer son organe vocal. Ce qui n’arrive pas tous les jours, il faut en convenir.
Denis Z.
Retour


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox