La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD Etranger



Espers – II
2006 – 8 titres - 50’

Style : Psyché Folk
Label : Wichita / V2

Note : 7,5/10

Avec le temps, on reconnaîtra à sa juste valeur, Greg Weeks que ce soit sous son propre nom, avec Aroah ou Espers. Avec cette dernière entité, Weeks et les siens font ressortir du placard la folk psyché de la fin des années 60/70. C’était le cas pour le premier album, cela reste de mise sur ce deuxième opus dont le nom II renvoie sans doute à Led Zeppelin. Ce qui semble évident puisque Dead Queen est ni plus ni moins une longue extension et exploration sur les accords de Stairway to heaven. Cet exemple est significatif de l’art d’Espers de prolonger et de retravailler quelques fondamentaux du rock. Si c’est un peu pompeux sur Dead Queen avec son côté folk britannique médiéval (avec Meg Baird en dame Marianne), la plupart du temps, on se laisse embarquer dans ce psychédélisme qui rend grâce à Pink Floyd ou met Deep Purple sous acide (Widow steed).
En même temps, la base de la musique d’Espers reste invariablement ce folk anglais, celui de Donovan et The Incredible string band, qui émerge derrière toutes les idées sonores qui foisonnent de toute part. Une base solide, qui donne toute son humanité à la musique et à son instrumentation (flûte,violone, harpe…). Cruel storm a la joliesse d’un matin qui s’éveille (avec Meg dans le rôle de l’elfe) Et Children célèbre le mariage vocal d’un homme et d’un femme. Avec Espers, les troubadours ne boivent pas que de l’eau et rempli de cette ivresse, ont des visions sidérales. La musique est donc littéralement enivrante elle peut être d’une douceur infinie mais subrepticement perturbante et perturbée. Comme un conte de fée un peu cliché qui deviendrait un tantinet pervers, et donc intéressant (Dead King, volontairement dissonant.). Peu de groupes osent s’attaquer à ces rivages musicaux. Espers lui s’y colle avec sensibilité et talent.

Denis Z.
Retour


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox