La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD Etranger



Mark Gardener - These beautiful ghosts
2006 - 15 titres – 61'

Style : Pop-rock
Label : Diamond Traxx / Discograph
2006 marque l'année du retour de l'ex-chanteur/guitariste de Ride. Après 3 titres sur le dernier rinocerose (parmi les meilleurs), voici donc le retour de Mark Gardener après des années de purgatoire dans un album solo. Le souvenir, ému, de Ride (la vague persistante de Nowhere, un leave them all behind dans toutes les mémoires) est finalement moins une chance et plus une casserole pour Mark Gardener, forcément victime de comparaison avec son ancien groupe. Une chose est sûre en tout cas, s'il a perdu des cheveux, l'Anglais sait toujours écrire des chansons. On retrouve la patte du songwriter, les mélodies se révélant finalement proche de celles de Ride. Mais la différence, de taille, se situe aux niveaux du traitement. Fini les guitares noises et les ambiances vaporeuses, Mark Gardener est revenu à des arrangements plus classiques pas si éloignés des Beach Boys, d'América (Snow in Mexico) ou d'une brit-pop à la Richard Ashcroft. Un fond qui devait déjà être présent dans Ride mais qui était caché derrière le shoegazing. Dans cette voie plus classique et universelle, Mark Gardener n'arrive pas toujours à marquer les esprits : un Water and wine d'une banalité confondante, un To get me through qui voudrait avoir l'ampleur de Polyphonic Spree mais retombe comme un soufflée. Mais l'ensemble se tient plutôt bien. Bizarrement, là où Gardener étonne le plus, c'est sur un instrumental qui fait le lien entre Madhester et Craig Armstrong (Flaws of Perception), très loin des bases habituelles de Gardener (la fréquentation de rinocerose ?). L'album se termine avec Gravity flow, longue danse de serpent aussi sensuelle que dangereuse...et qui fait beaucoup espérer quant à l'avenir. Mark Gardener n'est pas à son maximum, mais comme Lloyd Cole a attendu moult albums en solitaire pour donner son meilleur opus (Antidepressant), il faut lui laisser le temps. 2006 année de la resurrection. 2007 ou 2008 année de la consécration ?

6/10
Denis Z.
Retour


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox