La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD Etranger



Eagle seagull
2006 - 11 titres - 58'

Style : Pop arty
Label : Lado / La Baleine
Que le très sélect label allemand Lado ait choisi de signer un sextet du Nebraska, endroit plus réputé pour ses ploucs en chemise de bucheron que pour le raffinement de sa musique, a de quoi interpeller. Tout comme la voix pleureuse d'Eli Murdock qui évoquera immanquablement celle de Robert Smith. Eagle Seagull est un groupe définitivement à part et pas seulement dans son Etat reculé. Sur la longueur d'un album protéiforme et inventif, la musique de Eagle Seagull ne ressemble vraiment à aucune autre. Même à y regarder de plus près, chaque morceau est lui même original, comme si de loin, on n'en voyait qu'un bloc homogène pour découvrir au microscope une structure plus complexe. Prenez Heat it/Feel et sa rythmique implacablement post-punk. Et bien, à la moitié du guet, Eagle Seagull mue sa musique invariablement vers une brit-pop Blur-ienne. Enième volte-face d'un album qui pourra évoquer Cure dans son versant le plus débridé (y compris The Glove) ou Arcade Fire, autre maître en créativité musicale ; Hawksley Workman pour cette joyeuseté au piano. Les Eagle Seagull peuvent être roublard (Hello never) ou s'afficher comme de grands sensibles (Death could be at the door). Ils leur arrivent à jouer les va-t-en guerre pop avec rythmique martelée et frise mélodique pour finalement toucher le comble de la tristesse d'un détour de la voix ( It's so sexy). Ils peuvent même devenir un véritable rouleau compresseur rock avec piano et guitares fonçant droits devant... avant s'arrêter en si bon chemin pour se faire une halte Pink Floyd-ienne. Dans ces moments là, un voile noir tombe sur ces lumineux, comme s'ils étaient rattrapés par leur moi intérieur. C'est vrai que Lock and Key, ouverture d'album tout en retenu, sorte de Lou Reed sous morphine, pouvait nous alerter que les Américains pouvaient être sombre. Près d'1 heure plus tard, on se dit qu'on tient là un des artistes (terme non usurpé pour une fois) à l'Univers complet des plus inventifs depuis Arcade Fire.
Site

9/10
Denis Z.
Retour


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox