La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD Etranger



Final Fantasy - He poos clouds
2006 - 10 titres - 37'30

Style : Pop orchestrale
Label : Tomlab / la Baleine
Owen Pallett est un petit prodige ayant composé une musique pour un jeux vidéo à 12 ans (d'où son choix de pseudo), 3 musiques de films à 15 ans pour finalement choisir la guitare et le violon comme moyen de sa formidable expression artistique. Rapidement, le voilà qui tourne avec Arcade Fire. Ca c'était à l'époque du premier album…Au moment du deuxième (littéralement " il chie des nuages", les poètes apprécieront), on peut d'ores et déjà parler de grande œuvre, comme on aurait pu le faire avec Neil Hannon de Divine Comedy et Daniel Bejar de Destroyer. Du premier Final, Fantasy a l'écriture flamboyante et le panache, une musique bâtie autour d'un quatuor à cordes comme chez Hannon, influencée par Michael Nyman et Wim Mertens (et avant ça la musique Elysabethéenne). Du second, Final Fantasy a la dramaturgie dans l'interprétation qui lui rapproche de l'expressivité d'un acteur de théâtre. Le tout en réussissant une musique orchestrale bucolique et précieuse mais sans être pompeuse et pompière. Le monde décrit dans He poos clouds à la rigueur d'un jardin à la française avec un dessin délimité, pensé, équilibré qui devient impressionnant quand on prend de la hauteur. Mais il a aussi la folie et le savant laisser-aller d'un jardin à l'anglaise, imprévisible, ludique et sauvage. Final Fantasy tient du miracle et arrive à suivre un des préceptes énoncés par son auteur. Personne qui écoutera cet album n'aura désormais des envies de suicide. On aimerait le croire, mais déjà faire un album pareil, peut rendre heureux pour longtemps.
Denis Z.
Retour


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox