La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD Etranger



Jim Moray
2006 - 11 titres - 47'00

Style : Folk orchestral
Label : Niag / Pias
Le monde est mal fait : Jim Moray serait sur une major, il serait bombardé illico presto vedette internationale renvoyant James Blunt, là où il n'aurait jamais dû sortir, une salle de Karaoké. Ce qui ne vaut pas forcément dire que Jim Moray est le plus grand chanteur du monde : il pourrait gagner l'Eurovision pour les vingt prochaines années, si vous voyez ce que je veux dire. Après Sweet England, Jim continue d'exhumer quelques-unes des chansons du patrimoine folk anglais. Humilité extrême ? Nationalisme exacerbé ? Peut-être un peu des deux ce qui lui vaut d'avoir une belle popularité au Royaume-Uni. Après tout, on se dit que l'on a de la chance : le folk anglais, cela a quand même plus de gueule que les arts et traditions vendéens ou la bourrée auvergnate. Parfois au lyrisme pompeux (Lord Willoughby…le fameux titre pour l'Eurovision), parfois juste au niveau d'une ballade de teenage movie (Barbara Allen attention poussée d'acnée) ou carrément soupe (Flow my tears tiré de John Dowland, compositeur de musique ancienne), ce deuxième album révèle néanmoins quelques grands moments (Jim c'est quand même autre chose que James). Quand Jim fait ressortir une vraie humanité, qu'il oublie un peu ses formules grandiloquentes et téléphonées qui ne sont là que pour faire faillir la midinette. Les mélodies, naturellement belles, pourraient n'être jouées que guitare-voix ; les ornementations rajoutées et les aspirations symphoniques ne doivent être là que pour les faire ressortir encore plus. Que l'on ressente un peu de la saveur naturelle derrière le gros gâteau à plusieurs couches. C'est ce que Jim fait sur Dog+gun et Nightvisiting et tous les arrangements deviennent dès lors des enluminures. Sur Fair+tender lovers, on se laisse même convaincre par le cœur et la détermination que met Jim Moray malgré tout un tra-la-la symphonique digne de Michael Nyman. Dans ces moments là, Jim Moray fait battre le cœur, faisant oublier quand dans d'autres il donne des haut-le-cœur.
Site
Denis Z.
Retour


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox