La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD Etranger



Barbara Morgenstern - The grass is always greener
2006 - 12 titres - 45'43

Style : Electro-pop
Label : Monika / La Baleine
Le précédent ouvrage de Barbara Morgenstern (Tesri, co-réalisé avec Robert Lippok) n'était pas des plus convaincants et ressemblait à du service minimum. Autant dire que le nouvel album de l'Allemande n'était pas attendu de bonne grâce, même si l'on savait que le piano faisait partie intégrante désormais de l'électro-pop de Barbara. Un bon point pour un supplément d'âme annoncé. Sauf que tout a failli être gâché dès le premier titre éponyme du nom de l'album avec un piano coupable de rendre les choses un peu plus tartes. Mauvais départ donc… Mais pour mieux être surpris (dans le bon sens du terme) par le reste. A partir de là, Morgenstern maîtrise son affaire et son nouvel allié. Qu'il soit là pour juste pour donner un peu plus de richesse à une synth-pop ultra rodée (The operator) ou qu'il prenne la place de l'électronique (Polar) faisant de Barbara Morgenstern une nouvelle Tori Amos (?!), l'instrument semble être le moteur pour faire retrouver une nouvelle inspiration à son auteure. The grass is always greener déroule le tapis rouge, une collection de titres pop modernes comme du Lali Puna (Alles was lebt bewegt sich), ou du Tarwater (Juist, die japaniscche schranke). Les morceaux portent l'empreinte de Barbara, enfantins mais toujours avec un contrepoint plus grave, fait notamment d'accords jazzys qui vous font dodeliner (Das schöne einheitsbild), de bouffées de guitares shoegazing, de distorsions bien senties (Unser mann aus Hollywood) et de culbutes électronica. Avec elle, on se dit même que l'allemand est une belle langue. Danke !
Site
Denis Z.
Retour


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox