La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD Etranger



Licky - Press Fire To Continue
2006 - 15 titres - 42’52

Genre : Disco punk déjanté
Label : Something To Listen To

Et encore une sortie pour Something To Listen To, le label fondé en 2004 par le producteur John Fryer (NIN, Depeche Mode, HIM, etc.).
Vous aimez votre musique harmonieuse, sans danger et prévisible? Passez donc votre chemin! Non, en fait, restez et écoutez le premier album de Licky. Vous allez peut-être être surpris. Voici le genre d’album qui ne laisse personne indifférent: vous allez adorer ou détester. Dans ma chronique du trois titres Mista Big Spenda en 2004, j’avais décrit le duo comme étant intentionnellement “trashy et pas très fins”. Et en effet, ils repoussent les frontières du bon goût, de l’auto-parodie et de la provocation gratuite. Pourtant, il ne fait aucun doute que chaque titre est fortement ironique. Enregistré entre les Etats-Unis et la Suède, Press Fire… est résolument urbain, allant comme un gant à une population de “Freaks" des villes se complaisant dans la recherche immodérée du plaisir. Du CD, s’échappe les effluves chaudes des fêtards échauffés arpentant les rues de New-York, leur peau luisante de sueur couverte de maquillage dégoulinant. Eux-mêmes issus de l’Underground New-yorkais, Licky se moque du matérialisme et de la vanité de ses contemporains, qui en mettent pleins les yeux mais n’ont rien dans la tête (Fancy Pants, All The Young Dorks). Et tout le monde en prend pour son grade: des Gothiques – Goth Girls – aux faux homos – Pretend to be Gay en passant par les rappeurs blancs – White Rapper Riot.

Les influences du groupe sont multiples, et il emprunte ses mélodies autant à l’électro 80s qu’au punk rock, la boîte à rythmes et les blips des ordinateurs se mélangeant gaiement aux guitares éméchées et aux paroles parfois scandées façon pur punk. C’est sur les titres dominés par les guitares (Never Coming Down, It’s just My Luck, Look Of Love, ou encore Touchy Feelay par exemple) que Licky montre de quoi il est capable, la surface de son incarnation hédoniste un rien égratignée, pour mieux révéler les excellents musiciens qui se cachent en-dessous.
Lips et Sacky se sont absolument éclatés à enregistrer cet album, et ça s’entend... Cet album est joyeux mais sarcastique, plein à craquer de morceaux acérés, groovy et accrocheurs. La production de John Fryer n’a pas noyé l’esprit bricolo, un peu “j'm’en foutiste” de l’album, ce qui en ces jours de surproduction est plutôt positif. Vous n’avez qu’à fermer les yeux et vous vous retrouvez dans la salle de concert ou dans le studio d’enregistrement avec le groupe. Les membres de Licky sont de vrais amuseurs, et ils appuient bien là où ça fait mal... Et ils s’en foutent bien de contrarier un ou mille tristes sires qui n’ont pas le sens de l’humour.
Au fait, l’album sort officiellement le jour de la Saint Valentin… Allez… faites-vous vraiment plaisir ce jour-là… Laissez-vous tenter par les coups de langues de Licky!
www.ilovelicky.com
www.somethingtolistento.com


English version

Fabienne T.
Retour


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox