La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD Etranger



Stuart A.Staples - Lucky recordings 03-04
2005 - 10 titres - 37'53

Style : Songwriting sombre et intimiste
Label : Lucky Dog/ beggars Banquet/Naïve
Stuart Staples, le chanteur des Tindersticks a un rapport particulier avec La France. On pourrait citer la relation privilégiée qu'il entretient avec Claire Denis (son groupe composant régulièrement des BO pour la cinéaste). On pourrait remarquer que pour ce premier album solo, l'Anglais s'est entouré de Thomas Belhom à la batterie et Yann Tiersen au piano sur un titre. Ou simplement retenir sur cet album Marseilles sunshine, ballade crépusculaire et déclaration d'amour à la ville française. Au final, rien de ce que l'on ne savait déjà mais encore plus accentué et flagrant ici. Au même titre, que la musique elle même, très proche de celle de Tindersticks (les chiens ne font pas des chats...noirs) mais débarrassée de tout superflu. Stuart Staples a commencé à écrire seul chez lui sans le but préalable d'en tirer un album. Il a voulu se faire plaisir et reprendre la contrôle, créant son label, supervisant lui-même la pochette de l'album d'après une des ses photos. Exercice solitaire (avec des amis musiciens invités et quels invités !) qui fait que lentement mais sûrement Staples se rapproche de Leonard Cohen. Même voix qui vient d'une zone inconnue de notre anatomie, même noirceur profonde, même thérapie par l'écriture (Staples mettant en lumière ses échecs comme Friday Night, la musique non retenue par Claire Denis pour le film du même nom). Calme et régi par la tempérance, l'album révèle ses propres moments incandescents comme cette guitare électrique qui prend aux tripes sur Shame on you ou ces anicroches free sur Say Something now. On se laisse charmer (au sens serpent du terme) par le mélodica et la rythmique jazz de untitled ou bercer par la voix de Staples sur Dark days. Ce soir les pollutions nocturnes ressembleront à des pleurs.
Denis Z.
Retour


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox