La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD Etranger



Icon of Coil - Machines Are us
2004 - 14 titres - 73’’01

Style : electro/indu
Label : Out Of Line

Un nouvel album des norvégiens Icon of Coil est toujours un événement… Surtout pour ceux d’entre nous qui ont eu la chance de les voir sur scène… En attendant la scène, on peut toujours se passer le nouvel opus en boucle…
Certes, The Soul Is In The Software, leur précédent album, était excellent; mais on peut désormais sans hésiter déclarer que le groupe a atteint un niveau de qualité exceptionnelle. Rejetons tout de suite les appellations ridicules de «pop futuriste» que certains leur ont attribué et crions le haut et fort: IOC ne sont PAS pop, futuriste ou autre. C’est bien plus compliqué que ça!
Laissons-donc les jaloux ruminer dans leur coin. Machines… réunit tous les éléments qui font de IOC un groupe attachant, enthousiasmant. Sebastian Komo et Christian Lund sont de véritables petits génies des machines; leurs combinaisons de paysages soniques cabossés réunissent beats électroniques, sons industriels, science-fiction et techno… Issus de l’union de l’organique humain et de la technologie des machines, les morceaux sont parfaitements calibrés et produits. Le groupe lui-même aime définir sa musique comme étant non pas de l’EBM mais de la TBM (Technological Body Music).
Dans un monde où les humains se raccrochent à leur téléphone portable comme s’il s’agissait d’une bouée de sauvetage, et où les humains sont transformés en robots de chair à la tête vide, la musique d’IOC nous renvoie face à un sombre futur pourtant déjà présent (dans le Marilyn Manson-esque Android, nous sommes tous des pions d’un cruel jeu vidéo). L’univers du film Matrix n’est jamais loin.
Ainsi l’humain et sa condition, avec ses heurts et ses passions, sont toujours évoqués (Existence in Progress). Et puis, nous sommes tous humains. Dans l’artificiel, nous avons besoin de réalité: «Je me languis de toucher quelque chose de réel». Ce n’est jamais facile d’être si lucide et le constat est sombre (Faith Not Important), un certain cynisme et pessimisme se ressent tout au long de l’album, même si Wiretrip prend l’album à contre-courant et rend hommage aux enceintes qui crachent de la musique à plein volume pour nous faire oublier le monde extérieur… Bel hymne au pouvoir de la musique!
www.iconofcoil.com
www.iconofcoil.us

Fabienne T.
Retour


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox