La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD France



The Eternals - Astropioneers
2003 - 4 titres - 57'48
Genre :Electro-pop, house, Ambiant
Label : Diamond Traxx / Capitol
Derrière the Eternals, se cachent trois DJ originaires du sud de la France, Dirty Ali, Funky Farid et Monsieur Club. Dès leur premier album, ces trois Pieds Nickelés veulent frapper fort se différenciant de la cohorte des électronicistes français. "Astropioneers" s'inscrit dans une démarche globale : fausse BO de film , cet album trouve son complément sur le net qui met en mouvement (merci Flash) l'histoire d'anticipation imaginée par The Eternals. Référence SF oblige, le trio rend hommage à John Carpenter, éternel réalisateur de "New York 1997" et par ailleurs compositeur des BO de ces films. Zero Gravity, Time Bomb, Virtual sex loung, Running nowhere, Revelation, alone retrouvent le synthétique glaçant, à la fois climatique et répétitif cher au sieur John. On a vraiment l'impression d'être dans un film et celui-ci peut devenir inquiétant. Cette partie-là est vraiment réussie. Mais The Eternals n'oublie pas qu'il est sur le label de Benjamin Diamond, la voix de Daft Punk et truffe son album de hits destinés au Dancefloor. Pour cette partie, The Eternals n'évitent pas tous les écueils, comme celui de lorgner vers l'euro-dance (Andromeda gate...même si la voix masculine trafiquée remplace celle de l'habituelle pouffe que l'on imagine à gros seins). Ou de flirter avec l'electro-pop italienne mid 80's (!) : Diary report évoque P.Lion (vous vous rappelez le générique du Top 50 !). On aurait aimé aussi un peu moins de pied pour le trop évident Strange world (avec Diamond himself au chant), un morceau où le groupe est prêt à tout pour faire clignoter sa pancarte "Tube electro-dance". Ce dosage maladroit leur fait parfois manquer la cible ou les transforme en racoleur. Mais la house mieux ajustée de Walk for me ou Astropioneers, tout en gardant son soupçon 80's, les rapprochera du très en vogue Cosmo Vitelli. Ce premier album n'est donc pas forcément maîtrisé de bout en bout, mais The Eternals accouche néanmoins d'un projet particulièrement réjouissant. En tout cas une visite sur leur site s'impose.
Denis Z.
Retour


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox