La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD Etranger



The Decemberists - Castaway and cutouts
2003 - 10 titres - 50'02
Genre :Indie Pop/folk
Label : Hush records / kill rock stars/ Chronowax
On les jurerait sujets de la Perfide Albion et pourtant The Decemberists est un groupe originaire de Portland, Oregon. Emmené par Colin Meloy, le quintette frappe fort d'entrée avec Leslie Anne Levine, un titre qui fleure bon la campagne irlandaise. Le groupe met en avant ses points forts : une pop matinée de folk britannique avec l'omniprésence d'un accordéon ; une voix et un phrasé qui transforment Meloy en conteur (et en version diurne d'Arnaud de Jack the Ripper) ; des textes précieux racontant des véritables histoires et narrant les destins de ses personnages. Ce premier titre est lumineux, le suivant Here I was an architect est plus en demi-teintes mais garde la même chaleur aidé par un orgue Hammond. En 2 titres, The Decemberists devient un groupe important, le genre qui chavire instantanément les coeurs. Dès lors, c'est vrai que la suite déçoit un peu. Si July, July garde le même caractère enlevé que certains titres des Go-Betweens , d'autres ratent un peu le coche. La magie est d’un équilibre fragile. Le groupe dépouille avec sensibilité sa musique avec Cocoon mais le titre est trop long pour ne pas lasser. A cautionnery song va puiser en Europe de l'est sa rythmique mais avec un bonheur tout relatif. Grace cathedral Hill les place en honnête suiveur de Tindersticks. The legionnary lament, chanson à entonner dans un pub, la bière à la main cultive un côté (un peu trop ) boute-en-train. Tout ceci est fort honnête mais le groupe a placé d’entrée la barre un peu haut. The Decemberists garde néanmoins quelques fulgurances comme le complexe Odalisque à la rugosité patente et à l’avancée chaotique. Mais c’est surtout le final California one/ Youth and Beauty Brigade, longue ballade champêtre à la beauté insondable qui nous restituent The Decemberists à son meilleur. Si le groupe n’avait sorti qu’un EP, on aurait crier à l'excellence, sur la longueur, on reverra notre enthousiasme à la baisse. On attendra la suite avec impatience, soit un nouvel album déjà sorti aux USA « Her majesty the Decemberists ».
Denis Z.
Retour


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox