La Nouvelle Vague - St Malo
Accueil
 News
 Reportages
 Festivals
 Interviews
 Chroniques CD
    France
    Autoprod'
    Etranger
    Compils
    Oldies
 Agenda Concerts
 DicoNomy
 Ciné/DVD
 Lectures
 MP3/REAL/CLIP

rubrique photos

Nos Partenaires
Salle de Concert :
LA NOUVELLE VAGUE
La Nouvelle Vague - Saint Malo
Librairies :
BOOK IN EAST
Librairie Book in East - expédition gratuite dans le monde entier
DAVID LONG 68
Librairie David Long 68 - expédition gratuite dans le monde entier
Evénementiel :
ARTLIGHTS
Artlights : Sonorisation eclairage Lasershow, ...
Les Radios :
CANAL B 94.0
Radio Canal B
IDFM 98.0
Radio IDFM
RADIO RCF ALPHA
Radio RCF
Référencement :
REF. GOOGLE
 
Chroniques CD / France

Diabologum - # 3 (réédtion)
Manu - Tenki Ame - The Japanese EP
Mademoiselle K - Hungry Dirty Baby
eve-r – Regarde bien
Polly & The Fine Feathers - éponyme
Zebra - Mambo Punk
Joseph d’Anvers – Les matins blancs
Robi – La Cavale
Selim – Maison Rock
Les Wampas – Les Wampas font la gueule
Paul Personne - Puzzle 14
The Dedicated Nothing - Down To Dusk
Brigitte - A bouche que veux-tu
Plug & Play - Times
The Scribblers - The Scribblers
Bristol - Roads EP
Vianney - Idées blanches
Jack Dupon - Tête de chien
Garz - Issues
AqME - Désivager Dieu
EZ3kiel - Lux
Thomas Belhom - Maritima
Shaka Ponk – The Black Pixel Ape
Tahiti 80 - Ballroom
Daran - Le monde perdu
Cendrio - Parlez-moi de moi
Chinese Robots - Halo Future EP
Lofofora – L’épreuve du contraire
ARCHIVES 2014 - 2018
ARCHIVES 2009 - 2013
ARCHIVES 2006 - 2008
ARCHIVES 2003 - 2005
ARCHIVES 2000 - 2002

Haut

Diabologum - # 3 - Réédition
2015 - 10 + 11 titres - 33 tours
Style : Rock dépressif
Label :
Lithium / Ici d'ailleurs
Sortie : 26/01/2015 / 1er édition : 1996



Note : 10/10

Quand j'ai ouvert les yeux, le monde avait changé..." C'est sans doute la plus terrible entame d'album que je connaisse dans toute l'Histoire du Rock en France. "On aurait dit la guerre ou bien un jour férié... On s'attend donc au pire, il faut en profiter..." Pas besoin de chercher à comprendre, ces paroles s'adressent à tous les moments difficiles que notre société a traversé depuis 20 ans. Un album visionnaire, donc. "C'est la pire fiction d'anticipation..." Quand le 11 septembre... Quand le 11 janvier... Chaque lendemain, on se répète plus jamais ça, on descend dans la rue, et on se dit que le monde va changer... "On voudrait bien faire marche arrière, un nouveau départ en quelque sorte"... Mais plus le temps passe, et plus il devient difficile de revenir en arrière...

C'est peut-être une interprétation personnelle que je fais ici, de ce troisième album de Diabologum, sorti en 1996, mais c'est pour moi, un disque de chevet. Quand un événement important se produit, je me dirige vers ma discothèque, et je remet ce disque sur la platine. Et depuis 20 ans, je ne m'en lasse pas. Imaginez donc ma surprise, quand j'ai appris que le disque allait faire l'objet d'une réédition, d'un retour sous les projecteurs ?
Pour le chroniquer, j'ai décidé de le réécouter, avec un oeil différent, une oreille différente, celles d'un quadragénaire, et non plus celle de l'étudiant révolté qui avait découvert chaque titre comme des prémices de la disco-réalité, comme les prémices de la chanson réaliste, ou simplement pour combler un vide dans le Rock des années 90... Mais 20 ans après, rien n'a changé, les paroles sont profondes, puissantes, transgressives ! Et derrière ça, une musique monumentale, parfois monolithique et oppressante, et parfois descriptive et impressionniste à la fois !
Au milieu de cette dépression, un single, qui, à l'époque, est parvenu à se frayer un chemin, sur les radios les plus téméraires : 365 jours ouvrables. Mais là toujours, "(à part gâcher sa vie ) il n'y a rien à gagner ici" tourne en guise de refrain. Ambiance ! Il faut dire qu'en 1996, la France passe pour la premiere fois le cap des 3 millions de chômeurs. Comment la jeunesse pourrait alors chanter des textes optimistes ??

Résultat : Une pochette noire, des textes noirs, des atmosphères... noires ! La face b nous conduit dans le noir le plus obscur, au Dernier étage, un instrumental, que David Lynch aurait dû exploiter, dans Mulholland Drive ou dans Lost Highway... Et puis, La Maman et la Putain ! Que d'encre a pu couler, pour expliquer, exprimer, ce monologue de Françoise Lebrun, tiré du film de Jean Eustache. Je n'en dirai donc pas plus, si ce n'est là encore, cet instrumental somptueux, à la tension palpable, à l'émotion sincère !

Quitte à rééditer cet album, le groupe, qui ne veut pas plus se reformer, plus rejouer sur scène ensemble, a fait malgré tout un travail archéologique, pour offrir un second disque de 11 titres "inédits", datant de l'époque de cet inestimable #3. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il s'agit ni plus ni moins qu'un #4, que le groupe n'aura sans doute jamais voulu sortir, pour éviter de passer pour des répétiteurs !
20 ans après, les titres s'écoutent d'une autre manière, avec respect, presqu'avec vénération... La réincarnation est l'avenir, seul véritable inédit des 11, est une déflagration dès l'ouverture, une opération à cœur ouvert, une plaie béante dans le futur de l'Humanité. A suivre, C'est presque trop beau est une bombe à défragmentation, qui vous prépare à peine à Flood, cette reprise de Sebadoh, qui nous replonge, sans reprendre sa respiration, dans les années grunge et, perso, dans les fragments de ma mémoire de septembre 1997, d'un concert de Diabologum, à Strasbourg, sur une pelouse du Festival des Artefacts, en compagnie des Einstürzende Neubauten, des Chokebore ou encore de Noir Desir.
Les 11 titres défilent vite, intenses, denses, juste le temps de changer la face, par un geste machinal, hypnotisé par ce que je suis en train d'entendre. A la manière d'un archéologue, je défriche, fébrilement, découvre, redécouvre, les titres, les textes, les notes, découvrant au hasard un titre optimiste. Même si 10 titres sur 11 avaient déjà été plus ou moins entendus sur des EP du groupe, ils prennent une dimension particulière, ici, réunis sur la même galette. Et plus encore, le dernier, avec la voix d'outre tombe de Daniel Darc, à qui ils avait déjà emprunté Aussi belle qu'une balle en 1994.
Cela aurait pu être possible...
Mais alors, la seule question qu'on est en droit de se poser, c'est comment cet OVNI est arrivé dans la carriere de Michel Cloup et Arnaud Michniak ! Bien sûr, Expérience, Programme ont tenté de recréer, année après année, ce monument du Rock, avec plus ou moins de réussite. Mais sans jamais parvenir à cette perfection !
Cet album est, pour moi, moi seul sans doute, le reflet de sa derniere phrase, "trop souvent diffusé mais toujours inédit" !

Plus le temps passe, et plus il devient difficile de revenir en arrière... C'est sans doute pour cela qu'il n'y aura jamais de #4 ! Mais si vous n'aviez pas été là, l'histoire aurait elle vraiment été la même mais racontée par d'autres ? Peut-être par Fauve # ?

Label

Mike S.


Haut

Manu - Tenki Ame - The Japanese EP
2014 - 8 titres
Style : Chanson, Pop & Rock
Label :
Tekini Records
Sortie : 11/2014



Note : 8/10

Les fans de Dolly avaient peut-etre eu le bonheur d'entendre l'album en anglais du groupe, à l'époque où celui-ci essayait de se faire une petite place outre Manche. Depuis, le groupe a disparu, et Manu a poursuit sa carrière en solo : deux albums que nous avons eu l'occasion d'évoquer en leur temps dans LaMagicBox.
Deux ans apres son second album, Manu sort un nouveau disque, sous la forme d'un EP. Il s'agit de quatre titres chantés, cette fois, en japonais, dont certains sont remixés ou enregistrés dans une version live (Suteki Ni). C'est d'ailleurs par cette chanson que ce projet de EP en japonais est né. Manu avait une chanson, mais pas de paroles. C'était en 2006... Suzuka Asaoka, animatrice de l'émission Tokyo café (sur la chaine Nolife), au hasard d'une rencontre, va lui écrire des paroles en japonais et la chanson va se retrouver sur le premier album solo de Manu.
Depuis les deux femmes ne se sont pas perdues de vue. Preuve en est, elles réittèrent l'expérience et écrivent 3 autres titres. Manu les enregistre et demande à des amis de les remixer (2080, Alif Tree et Santiago Walsh).

Le résultat de toute cette aventure, ce sont ces 8 titres, certains acoustiques, agrémentés de piano, de violoncelles (Tenki Ame - 4) ou de Harpe (Mo Jikakai, Tenki Ame - 8), d'autres plus electro (Amaku Ochiru excellent dans sa version de 2080). Bien qu'hétéroclytes musicalement, les titres conservent une unité, grâce à la voix de Manu, douce et apaisante et à la mélodie métronomique de la langue japonaise. Le seul OVNI de ce EP, mais on prend grand plaisir à y retrouver les guitares tres électriques de Dolly (Nicolas Bonnière), c'est Suteki Ni, dans cette version live de L'Elysée Montmartre de 2009.
Petite madeleine de Proust, qui nous fait voyager de 1995 à 2015, et qui montre combien le chemin discret qu'a emprunté Manu depuis la fin de Dolly, est toujours aussi passionnant, avec les années qui passent. On a juste envie de se plaindre du format EP, trop court !
Myspace / Facebook

 

Mike S.


Haut
Mademoiselle K - Hungry Dirty Baby
2015 – 11+1 titres
Style : rocK
Label : Kravache - Believe/Pias
Sortie : 19/01/2015



Note : 9/10

Katerine GieraK, plus connue sous le pseudo Mademoiselle K change de Kap en 2015. Marre du rocK francais ! Marre des maisons de disKes qui vous imposent un format ! Marre Koi !! Mais en aucun cas, marre du rocK et de la provoK ! Et elle le prouve avec ce nouvel album, chanté en anglais, baptisé Hungry Dirty Baby !
Et ça commence fort avec I Can Ride a F----d U et ce gros son de basse, que Mademoiselle K a décidé de prendre en main pour ce 4e album studio. Doublé par la grosse caisse d'une batterie, la basse suit fidèlement la voix qui passe du fausset à la voix de poitrine, à la façon de PJ Harvey, à l'époque de Dry. Belle intro et belle référence !
A partir de Glory, le second titre, on entre dans le vif du sujet et on retrouve le style bondissant de la demoiselle de Ca me vexe, en beaucoup plus mélodique qu'à l'époque (c'était y a quasiment 10 ans !). Et toujours cette basse omniprésente qui vous ensorcelle et vous entraine dans une danse infernale. Pour construire ce son à la fois brut et mélodique, Mademoiselle K s'est attaché les services de Richard Woordcraft (Artic Monkeys, Datsuns...).

La force des compositions (Hungry Dirty Baby,Watch Me ) additionnée aux orchestrations brutes et organiques donnent plus de volume à la musique de Melle K, plus de consistance. Meme les silences prennent de l'épaisseur (Love Robots).
Melle K conserve son identité avec ses textes sous tension, teintés d'amour, de sexe, de colère, de déception et bien sûr de frustrations. Cela conduit a de tres beaux titres, parfois remplis d'émotion (Walk of Shame, Morning Song). Jamais Mademoiselle K n'avait osé se découvrir de la sorte ! Et c'est heureux !
Le bonus track, le seul titre en francais, avec C la mort, a des couleurs de single, mais n'en conserve pas moins l' âpreté et l'austérité brute du reste de l'album. Pas 100 % convaincus par les précédents albums de Mademoiselle K ? Avec Hungry Dirty Baby, vous tomberez sous le charme !

site officiel / facebook

 

Mike S.


Haut

Eve-r – Regarde bien
2015- 10 titres –
Style : Pop
Label :
Believe digital
Sortie : 02/03/2015



Note : 4/10

Eve-R est un trio : Céline au chant, guitare, claviers, programmations, Nicolas à la basse et et Bastiaan à la batterie. Le groupe sort en 2015 son second album.
L’écriture de ce dernier et son enregistrement a pris 3 ans au groupe. Influencé aussi bien par Metronomy que Michael Jackson, autant par Camille que Kate Bush, selon leurs propres dires, le groupe propose un pop légère aux accents électro, new wave et disco.
Avec des titres en francais, la musique de Eve-r est doucereuse mais dynamique (Encore, Ma chance…). La voix de Céline est mêlée à la musique electro dance, dans la pure tradition anglo-saxonne, la rapprochant finalement plus de Kate Nash que de Kate Bush, plus de Camelia Jordana que de Camille.

Pour autant, on se surprend à dodeliner sur le titre Rien et ses rythmes New Wave qui nous ramène 30 ans en arrière…
Bien qu’osant une musique naïve et superficielle, les textes abordent des thèmes plus sérieux, transposant les musiciens en observateurs privilègiés de notre temps, à la fois réaliste et désabusé (Diamant, Ma chance), un peu psychologue (La sale Bête, Rien, Striptease…).
Difficile à prendre au sérieux de prime abord, la musique d’Eve-r se danse d’abord, puis s’écoute ensuite. Faites vous votre propre avis !
Site officiel

 

 
Mike S.


Haut
Polly & The Fine Feathers - Eponyme
2015 – 10 titres
Style : Folk & Blues
Label : Microculture / Modulor
Sortie : 09/02/2015



Note : 8/10

Vous connaissez peut-être déjà Isabelle Casier pour ses disques sous le nom de Pollyanna. Aujourd’hui, celle-ci s’associe à deux autres musiciens pour enregistrer ce nouvel album éponyme sous le nom de Polly & The Fine Feathers. Les deux musiciens sont ici de la scène jazz, à savoir Abdesslem Gherbi, batteur et François Fuchs, contrebassiste.
Porté par un premier single We are like Birds, cet album éponyme de Polly & The Fine Feathers est un drôle de mélange de country, de folk, de blues et de chanson. L’orchestration est sobre et chaleureuse. La voix, en anglais, est douce et dégage une petite émotion blafarde. L’ambiance générale est feutrée. Impossible de l’écouter à la sauvette, il faut choisir son décor, sa lumière, son siège le plus confortable et lui consacrer toute son attention, pour en tirer le meilleur.

Pour vous séduire, l’oiseau a choisi sa plus belle plume, évoquant avec poésie l’Amérique, ses hommes, son histoire, ses croyances. Mais cette Amérique, celle la plus au Sud, dans le Delta de la Nouvelle Orléans, là même où elle s'est déjà aventurée, là où elle utilisé l'atmosphère humide et chaude, pour retranscrire en mots, ses impressions du Nouveau Monde et ses contrastes.
Les trois musiciens ont alors habillés ces mots de leurs plus beaux atours (violons, cuivres, scie…), très simplement, sans surenchère. L’habit ne fait pas le moine, dit on parfois. Ce n’est pas toujours vrai. Preuve en est avec ce petit bijou folk de Polly & The Fine Feathers !

Facebook

Mike S.


Haut

Zebra - Mambo Punk
2015 – 11 titres
Style : Mambo Rock
Label : (Zebramix / Musicast)
Sortie : 02/02/2015


Note : 4/10

Deuxieme album de compositions personnelles de Zebra, Mambo Punk s’éloigne un peu plus encore de ses premieres amours qu’étaient le mix. Pour autant, il conserve le mélange des genres. Sur le premier opus, Zebra avait gardé des réflexes de DJ, notamment en reprenant une chanson de Fatboy Slim. Sur ce second disque, il fait table rase du passé, et ne conserve que l’énergie et sa passion pour le mélange des genres. A savoir, le titre de l’album étant tres clair sur ce sujet, l’entremêlement de l’esprit Punk Rock et des rythmes ensoleillés du Mambo ! Et une fois encore, l’ancien bassiste des Gamins en Folie prend tout le monde à contrepied.
Bien que le mélange Mambo et Rock ne soit pas des plus passionnant, il ne demeure pas moins vivant et festif. Ajoutez à cela des textes simples, directs, instinctifs, sans prise de tête, sans messages alambiqués ! Et vous obtenez des vrais Coktails Molotov explosifs au moindre mouvement de hanche, à l'instar des deux premiers titres de l’album Choisis ton camp, Camarade et Peau de Zebre, nouvel hymne de Zebra pour ses prochains concerts, sans aucun doute !
Malgré cela, l’album a les défauts de ses qualités, avec cette écriture télégraphique, quasi automatique, qui semble plaquée sur les mélodies sans recherche poétique ou mélodique !

Cela manque de profondeur, de rondeur, rappelant le travail de certains groupes écrivant et enregistrant un album en quelques jours. L'esprit Punk ? Si cela permet d’obtenir quelque chose de brut, racé, à l’assimilation rapide (Choisis ton camp, Someone To Love, Fête à la maison), la digestion est quelque peu plus difficile, ça reste sur l'estomac et on se lasse assez vite d’un tel album !
On notera enfin sur ce nouvel album, une reprise, comme sur le précédent, une Chanson sympathique de Miossec, dans une version, à peine plus dynamique que l’originale. La relecture est de fait moins intéressante, que le Right Here, Right Now avec un bagad du premier opus !
Décidément, le tournant du second album est un cap difficile pour les artistes et Zebra a légèrement manqué la marche. Ses prestations scéniques ne devraient pas en être affectée, car la musique de Zebra prend tout sa dimension en live !
Le Rock Cuivré de Mambo Punk est rustique, primitif, sauvage et finalement un peu lourd !

Facebook / Site officiel

Mike S.


Haut

Joseph d’Anvers – Les matins blancs
2015 – 14 titres
Style : Chanson
Label : AIM / At(h)ome.
Sortie : 09/02/2015


Note : 9/10

Non, Joseph d’Anvers n’est pas belge… mais bourguignon ! Pour la petite histoire, il emprunte son nom d’artiste à la station de métro près de chez lui à Paris. Ça c’était pour ceux qui ne le connaissaient pas… Maintenant pour tout le monde, Joseph d’Anvers sort un nouvel album en février, Les matins blancs. Il s’est occupé des compositions, mais a confié une partie des textes à Miossec, Lescop (Asyl) et Dominique A (écoutez juste le titre Tremble et vous comprendrez…).
Ce 4e album est un tournant pour Joseph : il quitte Atmosphériques, son label historique (Louise Attaque, Tahiti 80, Charlie Winston),devenant son propre producteur. Il est aussi imprégné par la disparition de Daniel Darc le 28 février 2013, la chanson Marie en sera le témoin, écrite avec Lescop. Ce 4e album est peut-être pour tout cela moins electro que ses précédents, plus personnel, plus émouvant, retrouvant même les cordes de violoncelle de son premier album, celles de Jean-Francois Assy (Bashung). On est profondément touché par des titres comme La vie à présent, Histoire de Johnny S, Chaque nuit en son temps….

Malgré cela, l’album, dans sa globalité, est plutôt lumineux, et même assez dynamique, avec des titres écrits comme des singles, à commencer par le premier titre de l’album, Petite, et les quatre qui suivent (Surexpose, Tremble, Avant les Adieux et Mon Ange. Joseph d’Anvers ayant trouvé l’équilibre idéal entre l’album personnel, composé de guitares acoustiques, de notes de piano discrètes et de quelques frottements d’archet sur le do d’un violoncelle… et l’album fédérateur, construit autour de singles imparables aux refrains entêtants et au beat electro… Ca parait simple dit comme ça, mais très peu y parviennent. Une ou deux fois, certains, dans leur carrière touche le secret du bout du doigt (Alain Bashung, Julien Doré, Arman Méliès, Dominique A…) ! Le Joseph d’Anvers 2015 sera de ceux-là, avec Petite et Sally, comme têtes de pont. Abusez-en sans réserve, cette addiction n’est pas dangereuse !

Facebook / Myspace

Mike S.


Haut

Robi – La Cavale
2015 – 11 titres
Style : Chanson
Label : Les Disques de Joie / At(h)ome.
Sortie : 26/01/2015


Note : 8/10

Chloé Robineau alias Robi dégaine son nouvel album en ce début d’année 2015, La Cavale. Clavier et boîte à rythmes se partagent la partition, appuyés ici par une basse, là par une guitare. Et au mieux de cette douce mélancolie, la voix fragile de Robi. Introduit par L’éternité, un titre lancinant et hypnotique,ce second album de Robi révèle une voix étonnante qui vous prend vite aux tripes. En l’écoutant, on se souvient du timbre de voix de Karin Clerq et ses mots qui nous chuchotaient toute leur profonde mélancolie. Celle de Robi est instinctive, monte puis redescend, faisant varier les émotions qu’elle procure. Sur un titre comme Devenir Fou, elle donne ainsi volume et profondeur, passant allégrement de l’ombre à la lumière, sur des sujets introspectifs ou personnels.

Mélancoliques, disais-je, les compositions de La Cavale sont aussi pleines de mélodicités (Devenir Fou, Nuit de Fête), complétant habilement l’attraction générale des titres les plus hypnotiques (Le vent, Le chaos, La cavale). Ce dosage n’est pas sans rappeler la cuisine musicale d’un certain Alain Bashung, les orchestrations subtiles évoquant d’ailleurs ses albums les plus oppressants (L’imprudence, Fantaisie Militaire).
La niçoise soufflait déjà le chaud et le froid avec son premier album, L’Hiver et la Joie. Son second album poursuit son chemin sinueux et intimiste, imprégné de Cold Wave. Un album totalement envoûtant !

Facebook / Site officiel

Mike S.


Haut

Selim – Maison Rock
2014 – 10 titres
Style : Pop Rock Chanson
Label : Verycords / Warner
Sortie : 13/10/2014


Note : 7/10

Chat, qu’on avait découvert en 2009 avec Joseph Chédid, à la batterie et à l’écriture, prépare actuellement son second album. L’occasion pour ce dernier, Joseph, de mener à bien son propre projet musical, baptisé Maison Rock, sous le pseudo Selim. « Rock pour l’énergie, Psychédélique pour la rêverie poétique, électronique pour la technologie, pop pour les Beatles, français pour les racines », voici définie par les propres mots de Joseph, la musique de Sélim.
Effectivement, le Lobo Pop psychédélique de Sélim n’a d’égal que celui de son frère, Mathieu, à ses débuts, tout du moins. Et malgré cette forte envie de différence. On ne sera d’ailleurs pas surpris de découvrir Mathieu, le frère, ou -M- pour ne pas le présenter, dans les musiciens additionnels, et même à la co-composition sur le titre Ôde aux envies. Pas plus que de découvrir Pierre et Charlène Ruarez – Chat – aux claviers et aux Chœurs.
Ce projet, Maison Rock, est un travail que Sélim prépare et paufine méticuleusement depuis longtemps. Pas facile de passer apres Andrée, Louis, Mathieu… Mais il a quelques qualités pour l’y aider. A commencer par son don quasi-génétique pour les instruments de musique dont il joue avec dextérité (guitare, clavier, batterie).

On avait pu le constater dans les tournées de Chat, les musiciens échangeant régulièrement leur place et leurs instruments. Mais Selim a décidé d’aller plus loin, en écrivant les chansons et en s’occupant des arrangements et de la production, musicien et chef d’orchestre de la Maison Rock. Et dès le premier titre, Soleil, on découvre une orchestration riche, des rythmes chauds et une voix haut perchée, qui n’est pas sans rappeler le frangin, mais aussi un autre Mathieu… Boogaerts. La musique est à la fois synthétique et organique, avec une ligne de basse un brin funky. Mais Sélim peut passer aussi au 100% organique avec le single Paranoïa ou Marianne et son refrain enivrant. On parlait de Rock psyché, avec Le temps s’est levé ou Comme des chats, on est servi ! Mais l’impression générale de Maison Rock demeure celle d’un album personnel, pour ne pas dire intimiste, parsemé de petits moments de folie passagère.
Avec Maison Rock, Selim ouvre une nouvelle voie – voix ? – à la French Pop. Plutôt rafraichissant !

Site officiel / Site official de Chat

Mike S.


Haut

Les Wampas – Les Wampas font la gueule
2014 – 13 titres
Style : Punk Rock
Label : Verycords / Warner
Sortie : 13/10/2014


Note : 7.5/10

Les Wampas font la gueule est le 11e album du groupe ! Il faut remonter à 2009 pour trouver leur dernier enregistrement studio (Les Wampas sont la preuve que Dieu existe) avec leur excellent single U.N.I.V.E.R.S.AL… Didier s’étant offert une parenthèse solo, le temps d’enregistrer deux albums, de faire les tournées, et une poignée de participations, dont une reprise du Telephone pleure de Claude François… C’est peut-être ce qu’il lui a donné l’envie d’écrire le single Mars 78 que l’on trouve sur ce nouvel album. Un hommage décalé à la Chanson Française et à son apôtre mort le 11 mars 78.
Avec ce single et les douze autres titres de l’album, les Wampas reprennent du service avec la même véhémence et le même humour qu’on leur connait depuis maintenant 30 ans !
Oui, les Wampas font du Punk avec trois accords et ne se prennent toujours pas au sérieux. Oui, leurs chansons sont des délires collectifs sans recours à aucune substance illicite.

Et oui Didier Wampas n’a toujours pas appris à chanter et éructe ses mots dans un micro au bord de la saturation. Mais comment vous dire ? C’est ainsi qu’on les aime depuis toujours. C’est ce qui fait d’eux la preuve que Dieu existe, non ? C’est ainsi que le groupe peut se permettre cette balade mielleuse (Julie London) précédée d’une rengaine folk punk acoustique (Marfa), en milieu d’album. Mais il faut bien laisser reposer les tympans et les amplis… avant de rebalancer la sauce. Car, croyez-le ou non, les Wampas sont infatigables ! 30 ans de carrière et toujours la même bonne humeur, toujours de belles surprises dans le choix des sujets abordés, après plus de 200 chansons au compteur !
En 2014, Les Wampas font la gueule mais avec style ! Retour réussi !

Site officiel

ps 1 : Préférez la version CD + DVD, qui comprend trois titres de plus (Abu Dhabi, Ton Rouge à lèvres et Les Gros dégueulasses) et un making of de 16 mn.
ps 2 : Samedi 07 Mars 2015 – les Wampas seront en concert à la Nouvelle Vague de St Malo (35) avec Les Kitschenette’s et Bikini Machine
Mike S.


Haut

Paul Personne - Puzzle 14
2014 – 13 titres
Style : Rock & Blues
Label : Verycords
Sortie : 29/09/2014


Note : 8.5/10

Depuis son premier 45 tours en 1977 (Bracos Band), sa carriere a été ponctuée de haut et de bas, sans que jamais le doute ne s'installe dans la tête de ce guitar hero intègre ! On se souvient du superbe album La chance, en 1989 ou de Rêve sidéral d'un naïf idéal en 1994 avec le producteur Ian Taylor (Gary Moore, Bob Dylan). Paul Personne a fêté ses 64 ans en 2014 ! Pourtant sa musique n'a pas pris une ride !
Et il répond toujours présent avec un 14e album, qu'il a baptisé Puzzle 14. Enregistré avec son groupe A L'Ouest, on y retrouve le son de sa Gibson et la voix rocailleuse qu'on lui connait depuis toujours. On y découvre par contre, des chansons touchantes aux mélodies impeccables, ponctuées de solo bluesy des plus chaleureux.

Quelques singles imparables parsème aussi l'album, comme Mainmise ou M'envoler plus haut, des titres vifs aux paroles accrocheuses, qui pourraient permettre à son interprête de renouer avec la célébrité, malgré lui. Le titre introductif, Il y a, commence avec des boucles dignes de la belle époque 70's, celle du grand Jimi Hendrix. 5mn41 de pure bonheur, vite effacé par un Blues mélancolique, Une journée, et un autre temps fort de l'album !
C'est d'ailleurs ainsi qu'on peut résumer ces 13 titres qui composent ce Puzzle 14 , ce mélange de Blues et de Rock 70's ! Une réussite de bout en bout !

Site officiel


Paul Personne est en tournée. Celle-ci passe par St Malo, La Nouvelle Vague, le 17 janvier 2015.
Mike S.


Haut

The Dedicated Nothing - Down To Dusk
2014 – 10 titres
Style : Rock
Label : Drop In
Sortie : 06/10/2014


Note : 7/10

Des titres courts, des guitares qui claquent, des refrains en forme d'hymnes, des rythmes bondissants et une voix nasaillarde à la Brian Molko, The Dedicated Nothing débarque avec un premier album, Down To Dusk !
Influencé par le Rock anglosaxon des années 90, le groupe originaire de Biarritz partage son temps entre la musique et le surf. Le groupe a d'ailleurs choisi son nom, en référence à un surfeur de légende des années 50's, Mickey Dora. De là à parler de Surf music, comme on a pu le faire avec les Beach Boys dans les 60's...
Sur certains aspects, sans doute. La musique des Dedicated Nothing est simple, souvent rapide, les titres sont courts, dans un esprit le plus souvent enjoué (Love me Girls, Hopes, Lolita).

Pourtant la musique de ces petits français ne s'arrête pas à des gimmicks efficaces et 3 accords plaqués sur les 10 titres de l'album. Le groupe travaille son sens de la mélodie et s'évertue à donner du volume à son album, d'un bout à l'autre des 10 pistes.
Pas le temps de s'ennuyer une seconde, on enchaine les titres de Down To Dusk comme on engloutit les carrés de chocolat, jusqu'à ce que la tablette soit terminée ! Les Dedicated Nothing sont dangereux ! Ils vous rendront boulimiques en un rien de temps !

Site officiel
/ Ecoutez

Mike S.


Haut

Brigitte - A bouche que veux tu
2014 – 10 titres
Style : Pop
Label : B Records / Columbia / Sony
Sortie : 17/11/2014


Note : 9/10

L'art et la manière de transformer des lieux communs en lofts musicaux tout confort ! C'est tout Brigitte, ça !
Vous n'avez pas pu y échapper, le duo féminin mimétiste est de retour avec un nouvel album, leur deuxième album - mis à part l'album de reprises - et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elles n'entendent pas faire de la figuration !
Et pour preuve, à peine sorti, l'album est déjà passé disque d'or... Même si leur nombre de ventes n'a jamais été gage de qualité, il n'empêche que ces deux filles ont un style, qui les rend à part dans le paysage, à la fois ingénieux, drôle, original et dansant. Faites le tour de votre discothèque, il n'y a rien qui s'en rapproche, c'est
du Brigitte à 100 % !
Et ce nouvel album s'apprécie comme le précédent de la premiere à la derniere note, de la premier majuscule au dernier point !

Les filles ne s'arrêtent pas au format, le premier extrait est le titre éponyme de l'album, A bouche que veux tu et ne fait pas moins de 6 mn, petit pied de nez aux radios, qui auraient préféré 3 mn... Qu'importe, elles ont de quoi fournir ! Oh Charlie Chéri, Les Filles ne pleurent pas, L'échappée belle ou bien Hier encore. L'album est livré avec une bonne demi douzaine de tubes, aux mélodies entêtantes et aux refrains obsédants ! Quant aux autres titres, plus posés, ils n'en sont pas moins extrêmement attachant (J'sais pas, Le déclin...), multipliant les expériences sonores et vocales.
Avec A bouche que veux tu, Brigitte repousse les limites de la Pop, en lui donnant les lettres de noblesse que seules quelques anglais, dans le vent, avaient réussi à graver dans la mémoire collective, et encore ils s'y étaient mis à quatre !
Facebook

Mike S.


Haut

Plug & Play - Times
2014 – 12 titres – 44 mn
Style : Rock
Label : Idol / Quart De Lune
Sortie : 11/2014


Note : 6.5/10

Avec cette pochette d’album en noir et blanc, sur laquelle on devine le décor d’une vieille grange, Plug & Play donne une image à sa musique, ce coté vintage, un peu roots. Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, Plug & Play est un groupe de Rock plongeant ses racines depuis toujours dans le Sud de l’Amérique. Et Times, leur cinquième album, ne va pas remettre en question ces 15 années passées à élaborer le son Plug & Play !
Si le groupe s’était aventuré précédemment vers un son semi-acoustique (Dead Lines), la parenthèse est ici refermée ! On retrouve le gros son de la Fender qui plaque ses riffs electriques sur les nouvelles compos telles que Time 2 Go ou Hit & Run !

La basse aussi n’est pas en reste ! Le tout donne un rendu Rock, patiné de Rythme & Blues un peu crade (Crash, Rm Blues), tout à fait passionnant ! Quelque part entre Little Bob, Dominic Sonic et ZZ Top, avec 30 ans de moins !
Avec ce 5e album studio, les Frenchy, originaire de Troyes, devrait trouver de nouveaux fans et retourner écumer les scènes de France et d'ailleurs ! it's Time 2 go ! For The 7 next years ? Right Now !
Sans révolutionner la musique, Times est une belle leçon de Blues Rock façon bouffeurs de grenouille !
Ecoutez / Facebook

Mike S.


Haut
The Scribblers - The Scribblers
2014 – 10 titres
Style : Electro Dark wave
Label : Poor Records / La Baleine
Sortie : 2/12/2014


Note : 7/10

Il semble de plus en plus difficile de trouver un nom de groupe original... The Scribblers est de ceux-là, ayant un homonyme, en France, avec un groupe de Rock indé...
Voici donc les autres The Scribblers, qui ne sont pas d'illustres inconnus, car il s'agit d'un duo, formé par Luz (dessinateur entre autre des bds « J’aime pas la chanson française » tres appréciées par Vincent Delerm...) et de Kid Chocolat (musicien, producteur).
Ce premier album est un petit OVNI electro dance, un peu déjanté, expérimental sur les bords, qui a été mixé, arrangé et produit par Rubin Steiner.

Hyper dansant avec des titres, tels que Call the cops ou Rex, ce premier album lorgne sur l'héritage Punk et Dark Wave, de Joy Division à P.I.L (I don't want to be nice) en passant par The Stranglers ! La ligne de basse, quoi que synthétique, n'y est pas pour rien... le son étouffé et métallique des voix, façon Kraftwerk aussi !
Bien qu'un peu crade dans sa production, ce premier album n'en est pas moins ambitieux, par ses influences sus-citées, ou par ses mélodies et rythmes entrainants.
The Scribblers risquent bien de surprendre son monde et trouver ses fans au delà d'un public averti !
Facebook officiel

Mike S.


Haut
Bristol - Roads EP
2014 – 4 titres
Style : Trip Hop
Label : Kwaidan Records
Sortie : 8/12/2014


Note : 7/10

Homonyme d'un autre groupe francais, Bristol est le nouveau projet de Marc Collin, déjà connu pour le projet de reprises bossa nova, Nouvelle Vague avec Olivier Libaux. Ils s'étaient alors replongé dans les années 80's...
Sans abandonner le concept de revisiter des chansons déjà entrée dans l'inconscient collectif, Bristol s'attaque cette fois à un genre musical, le Trip Hop, dont le berceau se trouve justement à Bristol, dans les 90's. Il se lance dans une relecture de classiques de Porishead, de Tricky ou encore de Morcheeba.
Un peu à la maniere de Sylvain Chauveau qui avait enregistré Down to the Bone - An Acoustic Tribute to Depeche Mode, dans des versions piano de toute beauté, Bristol réécrit la partition de singles tels que Roads (Portishead) ou Overcome (Tricky) dans des versions plus acoustiques, plus organiques et carrément plus Soul.

Mélangeant donc l'héritage de Nina Simone et celui de la scène bristolienne, Bristol replace aussi des rythmes bossa nova, plus discrets, mais bien réels, pour un rendu tout à fait original.
Ce premier EP 4 titres n'est que le single annonciateur d'un album qui devrait sortir courant mars 2015. Et si Marc Collin est le chef d'orchestre de ce nouveau projet, nombreux featuring sont annoncés : Dawn, Martin Rahin, Jim Bauer, Clara Luciani, Prudence Fontaine, Magmoiselle,Cecile De Laurentis.
Vous pensiez que le Trip Hop était né dans les années 90 ? Bristol les réexpédie dans les 60's, avec élégance !
Site officiel

Mike S.


Haut
Vianney - idées blanches
2014 – 12 titres
Style : Chansons
Label : Tôt ou tard
Sortie : 20/10/2014


Note : 7/10

Entre son école de commerce et celle de stylisme, Vianney ne semblait parti pour embrasser une carriere de chanteur... Mais les textes qu'il écrivait et chantonnait en secret, se sont finalement retrouvés gravés sur un CD, sous le titre Idées Blanches.
Musicalement, Vianney, c'est une sorte de Pop métissée, qui n'est pas sans rappeler les albums de Mathieu Bougearts, quoi que moins ninimaliste. Car, à 23 ans, Vianney propose un premier album d'une grande richesse, que ce soit dans les mélodies ou bien dans les orchestrations. Des percussions chaudes donnent des airs de bossa et de reggae à sa Pop (Tout seul). Sa voix pleine de sourire nous met en joie, même lorsque Vianney parle d'amour malheureux (Aux débutants de l'Amour, Je te déteste) avec un brin de cynisme.

Sifflotement et guitare sèche, Vianney réinvente et modernise aussi la chanson de feu de camp, s'éloignant des folk song traditionnelles (Véronica, Notre-Dame des oiseaux). Et quand il veut toucher au coeur, il sort les violons (Pas là) et les mêle à sa guitare folk et à ses vocalises, pour un rendu pas désagréable du tout.
Voilà donc un nouveau prodige que beaucoup rapprocheront sans doute de Stromae ou de Renan Luce, pour sa précocité... Mais Vianney risque de sonner la relève !
Vous prendrez bien un petit rafraichissement ? Un Vianney ? Il est servi à la douzaine, profitez-en !
Facebook officiel

Mike S.


Haut
Jack Dupon - Tête de chien
2014 – 6 titres - 54:38
Style : Rock Progressif, Expérimental
Label : Musea
Sortie : 05/07/2014


Note : 7/10

Depuis 2006, Jack Dupon forme un quatuor de Rock progressif aux formes accidentées, conduisant sa musique sur des rives encore inexplorées. Guitares lancinantes ou névrotyques, voix hallucinées, textes délirants, Jack Dupon s'affranchit des règles et des formats pour créer une musique hors norme !
Musea, le label associatif spécialisé dans le genre, ne s'y est d'ailleurs pas fait prié et les a signé, pour leur faire rejoindre des noms comme Mona Lisa, Orion, Naos...

Tout juste un an apres l'étonnant Jesus L'Aventurier, Jack Dupon est retourné en studio pour poursuivre sa folle discographie.

Philippe, Arnaud, Gregory et Thomas y partagent une fois encore les micros et les instruments pour un grand jeu de (de)construction vocale qui atteint des sommets sur le long titre Raymond (pas moins de 15 mn), qui n'est d'ailleurs pas le plus long de l'album...
Encore plus expérimental que progressif, la musique de Jack Dupon emprunte aussi bien au Jazz qu'à la musique concrète, pour créer sa musique !
Il y avait Magma, Gong... Il y a maintenant Jack Dupon, et son nouveau Delirium Tremins... Tête de chien !
Ecoute sur Bandcamp / Site officiel

Mike S.


Haut
Garz - Issues
2014 – 10 titres
Style : Chanson chercheuse
Label : G. Productions / Zimbalam
Sortie : 07/10/2014


Note : 7.5/10

Matthieu Garczynski est un auteur-compositeur-interprête qui officie depuis 2008 sous le pseudo GARZ. A son actif, plusieurs EP’s et des musiques originales pour le Théâtre dans sa région d’adoption, la Normandie.
C’est avec avec Laurent Beaujour (co-arrangeur et réalisateur), qu’il s’est attaqué à l’écriture et la réalisation d’un album. Entouré d’autres musiciens, Christophe Bunel (clarinette, chœurs) et Rivo Ralison (contrebasse, choeurs), il enregistre Issues, un album de 10 titres, composé de chansons en forme de balades chaloupées. L’orchestration est chaleureuse, l’atmosphère d’une extrême douceur, quasi hypnotisante.

Si ce n’est un titre ici ou là un peu plus dynamique (Un rayon de soleil), l’ambiance générale de l’album est ouatée et mélancolique (Dos au mur, Ma muse), n’hésitant à ralentir le tempo au maximum, le temps d’un titre autobiographique (Garczynski).
Bien que discret, cet album, de par ses mélodies riches et ses textes attachants, a vite fait de nous apprivoiser. On se surprend à y retourner pour réentendre les plus entêtants tels que Jeune et jolie, Quelqu'un d'autre (pas moi)
Issues est un album vraiment étrange et singulier, dont les contours se révèlent comme les couleurs d’une image, encore invisible à peine quelques écoutes auparavant… Plutôt fascinant !

Site officiel

Mike S.


Haut
AqME - Dévisager Dieu
2014 – 9 titres
Style : Death Metal
Label :
At(h)ome
Sortie : 3 novembre 2014



Note : 7.5/10

Leur précédent album Epithète, Dominion, Epitaphe est en avril 2012, juste apres l'annonce de son chanteur Thomas Thirrion, de quitter le groupe... Puis, par 3 fois, AqME a été annoncé en concert, par chez moi, à St Malo... Et par 3 fois, le concert a été annulé... De quoi inquiter un peu ... Pourtant, n'y voyez pas de cause à effet, car rapidement, le groupe était parvenu à trouver un nouveau chanteur en la personne de Vincent Peignart-Mancini (Noswad, The Butcher’s Rodeo)...
Mais, du coup, le 7e album studio d'AqME était attendu... et on se devait de l'osculter sous toute les coutures...
Connu pour avoir changé de cap à plusieurs reprise, passant du Rock au Métal puis au Death Metal, on pouvait tout imaginer d'AqME nouveau format !

Avec les 9 titres de Dévisager Dieu, AqME parvient, en fait, à faire le grand écart, retrouvant la mélodicité Rock des débuts du groupe (Au delà de l'ombre, L'homme et le sablier) et la fureur du Métal chauffé à blanc des dernieres productions du groupe (Avant le jour, Ce que nous sommes). Le tout rendu possible par les capacités vocales étendues de Vincent.
Cerise sur le gateau, Un appel, planté en milieu d'album, le "slow" d'Aqme, on le tient, avec guitares lancinantes, sous tension, poussées jusqu'au point de rupture, avant de terminer le titre dans un déluge de batterie, de basse et de voix guturales.. Totale réussite pour ce titre à tiroir. Et de manière générale, pour Dévisager Dieu qui marque la résurrection d'un phoenix qui semblait condamné il y a 2 ans !
Site officiel

Prochains concerts :
03 décembre 2014 à la Salle michelet, à Nantes (44)
04 décembre 2014 au Mondo Bizarro à Rennes (35)

 

Mike S.


Haut
EZ3kiel - Lux
2014 – 10 titres + + CD BONUS « CONTINUUM » 4 TITRES
Style : Dub / Post-rock / Ambient / Electro
Label :
Ici d'Ailleurs / L'Autre Distribution
Sortie : 3 novembre 2014



Note : 9.5/10

Apres 20 ans de carriere, EZ3kiel vient d'enregistrer son 10e album ! Occasion pour le groupe d'élargir encore son horizon, s'affranchissant de toute étiquette Dub qui aurait pu lui coller à la peau au début de sa carriere.
Une guitare qui siffle au dessus des têtes, des machines qui prennent le relais, suivi rapidement par des choeurs synthétiques, d'autres organiques. On se perd entre rêve et réalité. Enfin, les guitares déchirent à nouveau le rêve éveillés, plus agressives que jamais... Débutant cet opus sur cet énorme titre, Born in Valhalla, énorme par sa taille et sa puissance, Ez3kiel place d'amblée Lux sur un piedestal ! C'est la voix de Pierre Mottron qui s'enchaine sur Anonymous, un titre electro hypnotique, dans une veine electro, façon Radiohead...

On retrouve une autre invitée, un peu plus tard dans l'album : l'intrépide et audacieuse Laetitia Sheriff méconnaissable sur Eclipse, on la confondrait presque avec Beth Gibbons (Portishead) !
Mais c'est encore quand les voix disparaissent et laissent place à l'imagination qu'Ez3kiel est encore plus fort. Juste des notes, des sons qui se chevauchent, des couches qui se superposent, HYPNOTIQUE ! La déclinaison scénique s'annonce impressionnante…
LUXuriant ! La cuvée 2014 d'EZ3kiel est carrément royale !

Site officiel

Mike S.


Haut

Thomas Belhom - Maritima
2014 – 12 titres
Style : Folk Atmosphérique
Label : Ici d’ailleurs
Sortie : 10/11/2014


Note : 7/10

Multi-instrumentiste connu et reconnu, Thomas Belhom a collaboré comme percussionniste avec les Tindersticks ou Calexico, il a aussi été membre d’Amor Belhom Duo. Mais il est aussi confronté à lui-même lorsqu’il écrit et enregistre ses propres albums. Et Maritima est le quatrième album de Thomas Belhom. Son titre, Thomas l’a tiré du fait que chaque morceau a été composé entre La Rochelle, Honfleur, Lisbonne et Budapest, quelque part, au bord de l'eau. Bien que musicien multi-talent, Thomas sait aussi s’entourer d’autres comparses pour saisir au vol les atmosphères qu’il recherche : Pierre Favard (orgues, guitares), Cédric Thimon (Saxophone sur Panthère dans les Algues ou Dusk), Adrien Rodrigue (violon sur Earthquake et Color), Jon Darwood (au nyckelharpa, un instrument du moyen-âge) ou

encore les voix de Kim Ohio ("South of Tucson", "Carnaval mou") et Xavier Plumas des Tue-Loup ("Souvenir hanté"). Ces collaborations montre la richesse du projet Maritima !
D’autant que pour cet album, Thomas Belhom compose, écrit et chante ses balades Folk, créant pour chaque des atmosphères et des rythmes variés. Transformé en fresque maritime, cet album prend le plus souvent des allures mélancoliques, exprimées par la musique, parfois les mots, en anglais et même en français, comme sur Color, enrichi de mille cordes, de toute beauté.
Pour son 4e album solo, Thomas Belhom s’est appliqué à la fois sur la composition et sur la production. Le rendu est une réussite, en tout point.

Facebook officiel

Mike S.


Haut

Shaka Ponk – The Black Pixel Ape
2014 – CD 13 titres
Style : Rock Punk Funk
Label : Tot ou Tard
Sortie : 3/11/2014


Note : 7.5/10

Le 18 novembre 2013, il y a moins d’un an, Shaka Ponk clôturait sa longue tournée par un album Live à Bercy. Quelques mois à peine plus tard, le 17 mars 2014, leur nouvel album studio, The White Pixel Ape, trônait en tête de gondole de tous les bons disquaires. On apprenait par la même occasion qu’il faisait partie d’un diptyque et que son pendant sortirait en fin d’année.
Ce second opus en moins d’une année s’intitule The Black Pixel Ape (drinking cigarettes to take a break). Vous ne serez pas étonné de savoir qu’il ressemble fortement à son précédent ayant été enregistré, dans un laps de temps assez proche ! Il est aussi assez proche de leur tubesque The Geeks and the Jerkin' Socks ! Tous les ingrédients de Rock, de Metal, de Funk et de Festif que le groupe a l’habitude maintenant de mélanger dans leur laboratoire musical, pour arriver à cette mixture explosive ! De là à dire qu’il pourrait y avoir une forme d’essoufflement dans l’inspiration de Shaka Ponk, il n’y a qu’un pas… Que nous ne franchirons pas, car le groupe s’est ingénié à mettre de la noirceur, de l’âpreté dans le second album ! D’où le titre et la couverture « Black »… A l’instar du titre Frag Dog, Shaka Ponk monte encore d’un cran dans sa fureur de vivre à 100 à l’heure !

Rythmes binaires et rapides, riffs de guitares qui se transforment en solo dignes d’une période reculée du Heavy Metal, voix entremêlées plus furieuses que jamais ! Come On Cama ou Lucky Boy, 4xget ou Yell ne dérogent pas à la recette et comblent chaque recoin de l’album de cette énergie pure.
A peine quelques titres pour respirer (On the Ro’, The Shell Maid Freak ou Mocks The Party), tous les autres poussent les aiguilles dans le rouge, de bout en bout, pour le plus bonheur des fans, qui ont su, au fil des années, apprécier, plus encore que leurs albums… leurs prestations scéniques, mélangeant concerts et images de synthèse 3D, hallucinantes et hallucinées !
Il est certain que Shaka Ponk va devoir, après cet album, renouveler son inspiration. Mais en attendant, on continue à profiter de ce The Black Pixel Ape , dont le carburant doit être une synthèse de plutonium, d’adrénaline et d’amphétamine ! Et c’est en vente libre depuis le 3 novembre !

Site officiel de SHK PNK

Mike S.


Haut
Tahiti 80 - Ballroom
2014 – 11 titres
Style : Pop
Label : Human Sounds

Sortie : 21 octobre 2014



Note : 8/10

Une pochette d’album aux allures disco, un titre d’album sans équivoque (Ballroom) et un groove épileptique dès les premières notes de Crush, premier titre de ce nouvel album. Tahiti 80 est déjà de retour ! Ballroom est le 6e album et fait suite, en effet, plutôt rapidement, au surprenant EP 5 titres sorti en 2013 (Bang). Surprenant, Ballroom le sera sans doute aussi pour vous, quand vous aurez entendu le saxo de Love By Numbers, le Disco Space de Coldest Summer, que Richard Swift (Black Keys, Shins) ou encore les titres Missing ou le TDK qui a tout du tube pop façon Beach Boys.

Pour donner du volume, des vallonnements à cet album, Tahiti 80 sait aussi diminuer le tempo, avec des titres plus planant comme The God Of The Horizon, qui rappelle les sessions de Wallpaper for The Sun… De quoi donner bien des souvenirs aux fans des rouennais !
Quoi que synthétique dans sa construction, le groupe sait aussi donner à sa musique une âme organique avec ses guitares, ses basses et ses percussions (Back 4 More). Entre Groove et Soul, le plus japonais des groupes français continue d’élargir les murs de la Pop, 20 ans après I.S.A.A.K !
Facebook / Site officiel

Mike S.


Haut
Daran - Le monde perdu
2014 – 11 titres
Style : Chanson Folk
Label : Washi Washa / Warner

Sortie : 3 novembre 2014



Note : 7/10

DARAN. On ne le présente plus. Il fait partie du paysage musical francais. Pourtant, à chaque sortie, en toute discrétion, Daran révise sa copie et se met en danger, en changeant les codes. La monotonie n’est pas synonyme de la musique de Daran !
D’ailleurs, ayant quitté le vieux continent pour aller voir si l’herbe était plus verte dans la Belle Province, Daran s’est offert une forme de liberté, en enregistrant cet album Folk, au combien intimiste : Une guitare, une voix, un Harmonica. C’est à cela que le chanteur réduit son nouvel album. Mais c’est aussi bien plus. Ce sont des textes de Miossec, de Moran ou encore Pierre-Yves Lebert, des simples et attachants, que Daran a su mettre en lumière, avec quelques notes d’harmonica et de guitare Folk, à la manière d’un Bob Dylan ou d’un Johnny Cash. Pas moins que ça !
L’album, Le monde perdu, comprend onze titres et débute avec un manifeste poétique en hommage aux Gens du voyage.

On redécouvre la voix rauque et le propos grave des albums de Daran, d’un coup d’un seul ! Peut-être d’amblée, le meilleur titre de l’album. On passera vite sur le deuxième titre, qui porte bien son nom, Gentil, pour apprécier pleinement un autre titre, Mieux qu'en face, touchant par ses mots et ses notes d’harmonica. On retrouve cet instrument aux connotations roots, tout au long de cet album, qui plonge ces racines dans la Folk américaine et dans le Blues. Rien ne dit, L’Exil ou encore Tchernobyl, qui revient sur un triste événement de notre histoire. Et de conclure « que restera-t-il de nous ? ». Evidemment, ce nouvel opus n’a rien d’enjoué. Mais il le fait dans la douceur et la mélancolie, ce qui a souvent caractérisé le travail de Daran ces dernières années.
Dans la lignée des troubadours américains, de Dylan à Springsteen, Daran nous touche en plein cœur et nous émeut aux larmes !
Facebook / Site officiel

Mike S.


Haut
Cendrio - Parlez-moi de moi
2014 – 12 titres
Style : Chanson electrique
Label : Lest Production / MVS

Sortie : 21 septembre 2014



Note : 7.5/10

Auteur-compositeur-interprête originaire du Sud de la France, entre Cévennes et Toscane, Cendrio livre en 2014, en toute discrétion, son 6e disque, baptisé Parlez-moi de moi.
L'univers de Cendrio, c'est de la chanson sur fond de guitares, le plus souvent electriques. Ses mots sont empreints de son quotidien, de l'actualité, de ses lectures... le tout habilement orchestré, n'oubliant ni la belle mélodie, ni le refrain entêtant. A la bonne heure, Mona Lisa, Ainsi soit-il Giacometi... les chansons de Cendrio se succèdent nonchalamment, jusqu'à se fixer inconsciemment dans votre tête, pour la journée.
Les 12 chansons qui composent ce nouvel album n'ont rien à envier à des Renan Luce ou des Mickaël Miro ;

non, rien, il ne leur manque que le coup de projecteur d'un plus grand média que le nôtre... ... le petit coup de pouce supplémentaire qui ferait la différence, le déclic, qui le ferait arriver "un jour à la bonne heure"...
En attendant, je vous laisse découvrir intimement ce chanteur passionné et passionnant, que vous pouvez écouter ou lire (ses textes) sur son site officiel.
Parlez-moi de moi est un album plein de force, d'énergie, mais aussi de poésie. De quoi confirmer Cendrio comme un auteur incontournable de la scène française.
Site officiel / Facebook

Mike S.


Haut
Chinese Robots - Halo Future EP
2014 – 4 titres
Style : Chemical noisy rock
Label : MRM

Sortie : 26 novembre 2014



Note : 9/10

Pierre H. Perromat (Voix, Guitare, Programation), François Dessaudes (Guitare, Voix), Sylvain Rousselle (Basse, Voix), Caroline Delorme (Claviers) et JP Boinot (Batterie) forment désormais le quintète parisien aux influences Noisy Rock Chinese Robots. Noisy Rock, oui, mais au fur et à mesure que les titres viennent gonfler leur discographie, les frontieres s'élargissent à la Brit Pop, au Rock hypnotique, à l'Electro Rock...
Pour preuve, ce nouvel EP 4 titres à sortir en novembre, baptisé Halo Future. Débutant sur un titre aux accords répétitifs et aux allures atmosphériques, Scorn Dust se mue progressivement, renforçant ses lignes de guitares et de voix, pour devenir plus Noise, pour ne pas dire Post Rock. Le second titre, Sliding, quant à lui, ne cache pas son jeu. Sorte d'Electro Rock à la mélodie Pop, hypnotique de bout en bout, soutenu par une ligne de basse, une voix ensorcelante, des riffs de guitares abrasifs et des boucles de programmation.

Le 3e titre, l'éponyme du EP, est plus calme, moins tendu, moins hypnotique, avec des claviers façon Pulp et une ambiance plutot Ned's Atomic Dustbin. Pour finir, Gone, redevient hypnotique, réduisant les pistes, quasiment electro à 100 %, avec toujours la voix étonnante de PH, ne relâchant les guitares que sur les dernieres secondes du titre.
Ce nouvel Ep est produit par Enzo Biasizzo et PH Perromat et sort sur le label label Mind Riot Music en version vinyle.
En 4 petits titres, Chinese Robots donne un concentré d'un talent sans faille, que le groupe doit parvenir à confirmer sur un LP au plus vite ! On adore !


Site officiel / Facebook

Mike S.


Haut
Lofofora – L’épreuve du contraire
2014 – 14 titres
Style : Metal Punk
Label : At(h)ome/Base prod

Sortie : 15 septembre 2014



Note : 7/10

25, c’est l’âge de Lofofora cette année ! 20, c’est l’âge du premier maxi, qui nous faisait découvrir L’œuf, No Facho ou encore la reprise radical de Zobi La Mouche des Négresses Vertes… J’ai l’impression que c’était hier ! Et 15 ans, c’est l’âge moyen de ces « Adolescents Attardés » qui forment Lofofora aujourd’hui en 2014 ! C’est d’ailleurs ce que revendique Reuno, dans l’un des titres (Double A) qui composent leur 8e album studio, L’épreuve du contraire.
Un esprit, des mots et une voix Punk posés sur des guitares Metal, c’est la recette de Lofo depuis 20 ans, avec des évolutions notoires, un son de plus en plus brutal, une accélération des rythmiques et des mots de plus en plus revendicatifs. Autant dire, jamais de concessions.
Et puis voici L’épreuve du contraire qui, comme pour nous contredire, offre une nouvelle ouverture à Lofo, avec ce mélange de voix chantée / parlée, qui, me semble-t-il n’était pas aussi marquant dans les albums précédents. Sans doute, pour faire passer des messages, avec plus de force et de compréhension.
Il ne suffit pas toujours de crier plus fort pour être entendu ! Et avec des sujets aussi brulants que ceux évoqués dans les titres Pornopolitique, Le Malheur des autres ou même Notre Terre, Lofofora a toujours des choses à dire, à dénoncer, à reprocher à ceux qui ont décidé un matin qu’ils allaient diriger nos vies et notre avenir ; malheureusement jamais dans l’intérêt du plus grand nombre.
C’est sans doute comme ça que Lofofora s’est réveillé un matin de 2014, plus de deux décennies après le début du groupe, avec un mal de crane terrible, et une envie de tout retourner, pour mieux repartir à la charge ! Mission accomplie, virage négocié avec dextérité, comme ils ont encore pu le prouver sur scène, lors du Hellfest 2014.
Avec ces 14 nouveaux uppercuts contenus dans L’épreuve du contraire, Lofofora a de quoi se faire entendre. Et pourquoi pas, qui sait, sur les radios !

Facebook / Site officiel

Mike S.


Haut
ARCHIVES DES CHRONIQUES 2014 - 2018
MADE IN FRANCE
Mike S.


Haut
ARCHIVES DES CHRONIQUES 2009 - 2013
MADE IN FRANCE
Mike S.


Haut
ARCHIVES DES CHRONIQUES 2006 - 2008
MADE IN FRANCE
Mike S.


Haut
ARCHIVES DES CHRONIQUES 2003 - 2005
MADE IN FRANCE
Mike S.


Haut
ARCHIVES DES CHRONIQUES 2000 - 2002
MADE IN FRANCE
Mike S.


 
 Playlists
    CANAL B
    RCF ALPHA
    NEXT
 Archives
 Les Photos
 Liens
 Recherche
 



Suivez nous :

Facebook LaMagicBox Twitter Lamagicbox