PARTENARIAT PARENT-PROFESSIONNEL ET PROJET SOCIAL. Didier FAVRE

 

Pour une réflexion et des repères à propos du « partenariat » parent professionnel

 

PARTENARIAT PARENT-PROFESSIONNEL ET PROJET SOCIAL

Préambule : Les relations « enfant – parent – professionnel »

Dans le panorama des modes de garde en France, les « établissements à gestion parentale » ont depuis 30 ans profondément changé la donne des relations entre parents et professionnels autour de l’enfant. Le modèle social que nous avons tous connu jusqu’à aujourd’hui est duel (l’enfant ne rencontre qu’un seul interlocuteur à la fois, un professionnel ou  son parent : les espaces familiaux et sociaux sont distincts) ; le modèle que met en œuvre ces structures est de nature ternaire (l’enfant rencontre un professionnel et son parent dans un espace social qui donne une place à la famille en tant que telle : il y a une triangulation entre parent, enfant et professionnel – au service de l’enfant. Dans cette configuration, chacun est amené à négocier sa place et ajuster son rôle en vue du mieux-être de l’enfant.

Ce préambule n’est pas de pure forme, car de nombreuses incidences découlent de cette situation et notamment sa dimension pédagogique (accord sur les valeurs pour l’intervention éducative) et son impact sur la relation employeur-salarié, souvent sur-investie (conflits potentiels, charge affective trop forte) ou sous-investie / déniée (priorité au niveau pédagogique, dissimulation de la tension employeur-salarié).

Dans tous les cas la méconnaissance de ces deux dimensions (rapport salarial et rapport pédagogique) ont une profonde incidence sur la qualité de la vie associative et la qualité du quotidien proposé aux enfants.

Il ne faut en aucun cas perdre de vue que ce qui réunit ici les adultes autour des enfants est une préoccupation de garde et d’éducation collective : tous les éléments de connaissance de ce contexte particulier ont une incidence déterminante sur le quotidien. Ce sont les relations entre adultes qui structurent la vie quotidienne et sa qualité pour les enfants.

La participation parentale : La question de la gestion de ces structures par les usagers eux-mêmes, au delà des motivations politiques et éducatives fondatrices ou d’une quelconque rationalité gestionnaire « du moindre coût », recouvre la situation particulière de la participation des parents à la fonction éducative, d’éveil de soin et de garde, tant de leurs propres enfants que de ceux des autres.

Cette participation du parent à la prise en charge collective de l’éducation du jeune enfant avec des professionnels salariés et diplômés transforme la relation duelle parent enfant ou professionnel enfant dans une relation triangulaire inhabituelle, à la fois intime et sociale.

Qu’entend-on par coopération, collaboration, partenariat, participation, implication ?

Que recouvrent ces différents termes ?

Tous ces termes sont employés « indifféremment » pour cerner cette situation mais pas forcément sans raison. On peut supposer (il faudrait approfondir) que ceci prend un sens dans le projet de la structure d’accueil.

Pour donner quelques points de repères, à partir de la présence des parents au quotidien dans l’accueil et l’éducation des enfants : il faut signaler l’implication générée par la participation (ou inversement).

Les termes partenariat, collaboration et coopération qualifient ce fait de participation.

1. Le partenariat  : il fait référence à une contractualisation entre des partenaires forcément égaux et qui choisissent de travailler ensemble. Si le terme met en avant la réalisation commune d’un projet (c’est bien sûr l’axe de définition que j’ai choisi en tant qu’ ex-professionnel) celui-ci à l’inconvénient de dissimuler les rapports employeurs-salariés et gomme le potentiel « conflictuel » d’une relation forcément inégalitaire. Il y a en effet une mission définie par l’employeur que le salarié ne peut qu’accepter ou refuser. Point de partenariat dans ce schéma là.

2. La collaboration  : elle renvoie fait référence au travail produit ensemble, il ne dit rien de la valeur attachée à l’action produite (vers les enfants), mais signalent de façon neutre un fait, des actes. Si le mot ne dit rien du statut des acteurs ni de leur « complémentarité ». Il a l’avantage d’une plus grande ouverture la collaboration pouvant s’exprimer à différents niveaux sans forcément induire de recouvrement de taches (par exemple autour des missions éducatives confiées au professionnel).

3. La coopération  : elle signifie une situation mieux connue, celui du système coopératif qui signifie bien l’attachement à un intérêt commun et dessine une finalité commune. Elle sous entend un partage des ressources, des outils et des compétences de chacun et un esprit de « bonne volonté ».

En conclusion, chaque structure d’accueil, au regard de sa fondation, de son histoire, de son projet et de ses aléas aura à cœur d’employer le terme qui lui correspond le mieux et peut être souhaitera enrichir les quelques mots utilisés ici pour tenter d’en rendre compte.

Dans la même rubrique


  • Analyse des EHPAD /2 : critique du modèle sanitaire et hospitalier. Michel BASS, avril 2017

  • Le sanitaire : un nouveau léviathan. Michel BASS 2016

  • Une approche de la dignité - Dr. Michel BASS, mai 2013

  • Où en sommes-nous de l’idée de la coordination microlocale comme moyen important d’évolution des pratiques, c’est-à-dire cheville ouvrière de la santé La Roche-sur-Yon / Michel BASS, février 2014

  • Culture d’entreprise, un oxymore ? Michel BASS, août 2014

  • La coéducation, un nouveau paradigme ? La co-éducation contre la coopération, questions et enjeux : à propos des places, des espaces et du pouvoir ! Didier FAVRE. février 2014

  • Accueil parents-enfants en Massif Central . Didier FAVRE. Colloque National ACEPP - Octobre 2013

  • La santé communautaire : des soins à la Santé ? Didier FAVRE - Université d’Evry - 19 juin 2013

  • Quel sens donner à la participation ? Quels possibles, quels enjeux ? Didier FAVRE - pour le CSTS - 28 juin 2013

  • Promotion de la santé mentale. Ou pourquoi est-il si difficile de laisser une place aux stratégies de santé des patients dans la pratique médicale - Dr Michel BASS - 2012 -

  • Pour une alternative à l’incurie de notre système sanitaire et de santé publique - Dr. Michel BASS, janvier 2013

  • A l’écoute des parents, travailler la résonance : se former à la rencontre parent - professionnels ; Didier FAVRE

  • Questions et recherches à propos de la formation des responsables et directeurs de structures d’accueil de jeunes enfants : une évaluation du dispositif ACEPP-CEP Paris X, ACEPP Rhône Alpes-CCRA. Didier FAVRE

  • Prime éducation et travail social : compétences et interactions parents-professionnels en crèche parentale. Didier FAVRE

  • LE QUOTIDIEN DES ENFANTS. Didier FAVRE

  • PARTENARIAT PARENT-PROFESSIONNEL ET PROJET SOCIAL. Didier FAVRE

  • L’enjeu de la « participation » des familles dans un contexte de dérégulation. Mais où est passée la parole des parents ? « EJE journal » Numéro de juillet 2011

  • DES PARENTS EMPLOYEURS ET « USAGERS » EN CRÈCHE PARENTALE : UNE PLACE PARADOXALE ! Didier FAVRE

  • Le management peut-il être motivant ? Intervention du Dr. Michel BASS au séminaire d’Air Formation Toulouse 24 septembre 2010

  • Evaluation des besoins de l’enfant ou évaluation de ses problèmes : Passer d’une démarche technobureaucratique d’expert à un système de coopération équitable. Dr. Michel BASS pour l’ENACT D’ANGERS

  • La réintégration des médicaments dans le budget des EHPAD. Analyse d’une expérimentation.

  • Inégalités de santé, médecine et développement urbain. Eléments de compréhension. Dr. Michel BASS. Août 2009

  • Qualité d’accueils, et évolution des politiques publiques Petite Enfance. Didier FAVRE. Colloque de Lille, 10 février 2009.

  • Agir sur la santé de la population dans une collectivité territoriale. Dr Michel BASS - décembre 2008

  • La Santé Communautaire aujourd’hui. Michel BASS - Revue du soignant en Santé publique n° 27 – sept-oct 2008

  • La question du libéralisme en médecine vu sous l’angle Maussien. Dr Michel BASS

  • Le secret dans la perspective de l’approche communautaire de la santé et de l’économie solidaire. Michel BASS, juin 2000, pour la FMC d’Orléans

  • Du travail en réseau - Dr Michel BASS

  • Que soignons-nous avec nos médicaments ? - Dr Michel BASS 2017 (2003)

  • Les jeunes sont-ils entendables par les adultes, les professionnels dans le cadre de leurs missions ? Dr Michel BASS

  • ANALYSER LES BESOINS DE SANTE DANS UN TERRITOIRE. Michel BASS, 25 mars 2001

  • Intervention à l’AG de l’UDAF de la Drôme – Michel BASS - juin 2007

  • Accueil de la diversité dans les lieux d’accueil, identité et altérité. Michel BASS, 28 mai 2007

  • Coopération entre professionnel et non professionnel dans le champ médico-social ; Didier Favre

  • La main invisible baladeuse. Sébastien LODEIRO